À petites doses

La Voie lactée impliquée dans une méga-collision

Quelques milligrammes de toute l'actualité scientifique de la semaine

Le centre de la Voie lactée doit sa densité à une collision avec une galaxie naine il y a 10 milliards d’années, selon une nouvelle étude européenne. S’appuyant sur des données du télescope spatial européen Gaïa, cette analyse montre que l’âge, la chimie, la distribution et le mouvement des étoiles du centre de notre galaxie dérivent de cette collision, qui a créé un halo très dense autour du noyau de la Voie lactée.

Quiz science

Quelle conclusion des archéologues ont-ils tirée de la comparaison entre ces deux types de pointes de flèche ?

Réponse : La pointe de flèche de droite a été retrouvée au site de Buttermill Creek, entre Dallas et Austin, découvert en 2006, dont l’occupation remonte à 15 000 ans. Les archéologues pensent maintenant qu’il est la preuve de deux migrations préhistoriques distinctes vers le sud des États-Unis, l’une vers le Texas, l’autre vers le Sud-Ouest américain. Cette dernière migration est considérée comme à l’origine de la culture Clovis, apparue il y a 13 000 ans, dont les pointes de flèche étaient plus pointues (photo de gauche).

De 1,2 à 2,4 milliards US par année

C’est le financement qui permettrait de protéger adéquatement les 282 refuges pour lions du monde, selon une nouvelle étude de l’ONG américaine Panthera, publiée dans la revue PNAS. Or, le financement actuel n’est que de 384 millions US, ce qui laisse vulnérables près de 90 % des populations de lions.

Du coton comestible

Les autorités agricoles américaines ont approuvé à la mi-octobre une première variété de coton transgénique comestible. Mis au point par des biologistes de l’Université A&M du Texas, il contient moins de gossypol, pesticide naturel qui rend les graines de coton indigestes. Les chercheurs texans veulent maintenant demander à la Food and Drug Administration (FDA), responsable des aliments, l’autorisation d’en vendre au public.

Le thorax du Néandertalien

Le thorax de l’homme de Néandertal était plus large que celui de l’homme moderne, ce qui signifie qu’il dépendait davantage de mouvements du diaphragme pour l’inspiration, selon une nouvelle analyse du squelette de Néandertalien le plus complet jamais retrouvé. Découvert en 1983 en Israël, le squelette Kébara 2 date de 60 000 ans. La modélisation de son thorax a été faite par des anthropologues d’une demi-douzaine de pays et publiée dans Nature Communications.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.