Billets de banque

5 $

La Banque du Canada prépare l’émission d’un nouveau billet de 5 $, a révélé le gouverneur de la banque centrale, Stephen Poloz, qui a précisé qu’elle lancerait bientôt des consultations publiques sur le choix de la personne qui devrait figurer sur le nouveau billet. Le premier chef de gouvernement francophone du Canada, Sir Wilfrid Laurier, figure actuellement sur le billet de 5 $.  — D’après La Presse canadienne

Transport

Partenariat entre Taxelco et Netlift

Les entreprises Taxelco et Netlift ont annoncé jeudi la création d’un nouveau partenariat stratégique qui vise à stimuler le transport automobile électrique partout au Québec et à mutualiser les opérations de taxi. Les systèmes informatiques que possèdent les deux entreprises de Montréal seront mis à la disposition de l’ensemble des taxis du Québec. Taxelco est propriétaire de Taxi Hochelaga, de Taxi Diamond et de Téo Techno. L’entreprise, qui est devenue la propriété de Pierre Karl Péladeau au printemps dernier, se présente comme le plus grand groupe d’intermédiaires de taxi à Montréal et au Québec. Netlift est pour sa part une plateforme intelligente de transport qui permet de combiner covoiturage, gestion du stationnement et déplacements en taxi pour des trajets plus rapides et moins coûteux, affirme-t-elle. Netlift permet notamment de connecter les résidants d’une ville qui partagent le même trajet quotidien pour qu’ils voyagent ensemble. Il y aurait actuellement plus de 300 véhicules marqués Netlift.

— La Presse canadienne

Médias

Perte et baisse de revenus chez Postmedia

Postmedia Network Canada a affiché une perte de 3 millions à son premier trimestre, ses revenus ayant diminué de 8,5 % par rapport à l’an dernier. Le propriétaire du plus grand groupe de journaux au Canada a vu ses revenus totaliser 156,7 millions pour le trimestre clos le 30 novembre, en baisse par rapport à un chiffre d’affaires de 171,3 millions pour l’an dernier. Les revenus publicitaires numériques ont progressé de 11,1 %, mais les revenus numériques d’ensemble n’ont pris que 8,5 %, soit 2,8 millions, à 35,6 millions. De leur côté, les revenus publicitaires pour les médias imprimés ont cédé 12,9 millions à 64,14 millions, tandis que les revenus liés au tirage ont diminué de 3,1 millions à 50,3 millions. La perte nette par action s’est établie à 3 cents, a précisé Postmedia, comparativement à celle de 2 cents du premier trimestre de l’an dernier.

— La Presse canadienne

Hydro-Québec

Le projet d’interconnexion franchit une autre étape

Le projet de construction d’une ligne de transport d’électricité à travers le Maine qui permettrait à Hydro-Québec de vendre son électricité au Massachusetts a obtenu le feu vert de la Commission d’aménagement du territoire du Maine. La décision est un pas de plus dans le long processus réglementaire que doit franchir le projet. Hydro-Québec attend des revenus de 10 milliards de son contrat conclu avec le Massachusetts. Central Maine Power, le partenaire d’Hydro-Québec, a dû modifier le tracé original et accepter d’enfouir une partie de la ligne de transport pour obtenir cette dernière approbation. Le projet doit encore recevoir l’aval du ministère de l’Environnement du Maine, du US Army Corps of Engineers et du ministère de l’Énergie des États-Unis. Hydro-Québec et Central Maine Power font aussi face à la possibilité que leur projet soit soumis à un référendum dans l’État du Maine, ce qui pourrait le retarder ou le torpiller.

— Hélène Baril, La Presse

Formation

Deloitte obtient 1,2 million de Québec

L’entreprise Deloitte veut poursuivre le développement de son offre de services en sécurité informatique et intelligence artificielle et vient d’obtenir, pour ce faire, un coup de pouce du gouvernement du Québec.

Le ministre du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, a en effet annoncé jeudi l’attribution d’une somme de 1,2 million à Deloitte pour parfaire la formation de travailleurs dans des domaines comme la sécurité informatique et l’intelligence artificielle – services que Deloitte veut encore développer pour ses clients du Canada et de l’étranger.

Deloitte a ouvert en 2016 à Montréal son Centre de développement canadien, qui offre des services de consultation en technologies de l’information à ses clients. Avec l’aide financière reçue de Québec, 213 des employés actuels de ce centre pourront parfaire leurs compétences, en plus de 230 nouveaux employés qui doivent être embauchés d’ici 2022.

« Cinquante pour cent de ces emplois-là, ce sont des nouveaux diplômés, des gens qui sortent avec un diplôme technique ou universitaire, qui viennent essentiellement ajouter une formation sur une technologie plus concrète, disponible dans le marché […], et la deuxième clientèle qui est visée, ce sont des gens qui sont déjà dans le marché du travail, qui ont passé les 5, 10 ou 15 dernières années à travailler sur une technologie qui date des années 2000 et qu’on va venir reconvertir dans une technologie au niveau de l’infonuagique, de l’intelligence artificielle », a expliqué Philippe Meunier, associé du Centre de développement canadien de Deloitte.

M. Boulet a souligné que les différents programmes d’aide du ministère du Travail, de l’Emploi et de la Solidarité sociale visaient à accroître l’employabilité des travailleurs sous toutes ses formes, même pour des diplômés universitaires ou collégiaux qui sont dans un secteur technologique, et même s’il s’agit de bons salaires, comme dans le cas présent.

« Ça consolide donc à peu près 443 emplois et ce sont des emplois dont le salaire moyen est de 65 000 $. Ça varie entre 48 000 $ et 145 000 $. Ça reflète bien le portrait des conditions de travail dans le domaine des technologies de l’information, qui compte à peu près 210 000 travailleurs au Québec. Ce sont des emplois de qualité, qui contribuent à augmenter la richesse collective des Québécois, en plus de rehausser les compétences », a noté le ministre.

Afin de faire face aux différents défis en matière de main-d’œuvre, le ministre a déjà lancé plusieurs programmes, pour faciliter l’embauche et la rétention de travailleurs d’expérience, par exemple, mais aussi pour favoriser l’intégration de personnes immigrantes, handicapées, autochtones ou bénéficiaires de l’aide sociale.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.