Plan stratégique 2020-2024

Hydro-Québec pense à son prochain grand barrage

Hydro-Québec voit arriver la fin de ses surplus et réfléchit aux options possibles pour répondre à la demande future d’électricité. La construction d’un autre grand barrage est tout à fait parmi ces options, a indiqué jeudi son président-directeur général, Éric Martel.

« On ne l’exclut pas du tout », a-t-il précisé lors d’un point de presse qui a suivi la publication du plan stratégique de la société d’État pour les quatre prochaines années.

La construction d’un autre grand projet comme la Romaine fait partie des options, tout comme les centrales solaires et les parcs éoliens. « Ça pourrait bien être un cocktail d’un peu de tout », a-t-il dit.

La décision dépendra de plusieurs facteurs, dont les choix que feront les marchés voisins. Si le nord-est des États-Unis se lance à fond dans le solaire et l’éolien, il aura besoin d’énergie de base pour prendre la relève en l’absence de soleil ou de vent, a expliqué M. Martel.

La capacité du Québec d’équilibrer les différentes formes d’énergie renouvelable « est unique », et pourrait être très recherchée, selon le PDG d’Hydro, qui répète que la société d’État pourrait devenir la « batterie » du nord-est du continent.

« On pourrait avoir une nouvelle Romaine, ça va dépendre des besoins », a-t-il expliqué.

La décision de se relancer dans la construction de nouvelles installations de production dépendra aussi de l’évolution des besoins en électricité du Québec. « Si une usine qui consomme beaucoup ferme, on va reporter la décision », a-t-il expliqué.

De même, l’avenir du contrat d’approvisionnement à bas prix avec Churchill Falls, qui prend fin en 2041, pèsera dans la balance.

Des doutes

Pierre-Olivier Pineau, professeur à HEC Montréal et spécialiste en énergie, doute de la nécessité de construire de nouvelles installations de production d’électricité. « Le plan d’Hydro-Québec ne parle pas d’efficacité énergétique et des kilowattheures qui pourraient être économisés », a-t-il commenté après la présentation du président devant le Cercle canadien de Montréal.

Aussi, le projet Muskrat Falls de Terre-Neuve-et-Labrador entraînera une production supplémentaire d’électricité qui devra trouver preneur, a-t-il souligné.

Au cours des quatre prochaines années, Hydro-Québec a l’intention d’augmenter ses profits annuels de 50 %, de 2,8 milliards à 4,2 milliards. En 2030, le bénéfice net devrait être de 5,2 milliards, soit un bond de 73 % par rapport à la rentabilité actuelle.

« Ça ne se fera pas sur le dos des Québécois », a assuré Éric Martel.

Hydro compte sur l’augmentation des exportations pour atteindre cet objectif, notamment sur le contrat à long terme conclu avec le Massachusetts, et sur des acquisitions au Québec et hors Québec. Même si les acquisitions sont dans les plans d’Hydro-Québec depuis 2016, aucune transaction n’a encore été conclue. Éric Martel affirme que l’objectif demeure et qu’il faut être patient pour faire les bons choix.

Les nouveaux marchés, comme l’électrification des transports et les centres de données, devraient aussi aider Hydro à augmenter sa rentabilité.

Les technologies développées par Hydro-Québec, notamment dans les batteries et la motorisation électrique, devraient commencer à contribuer au bénéfice, prévoit Éric Martel.

Hydro-Québec souligne avec fierté qu’elle a développé des technologies uniques au monde, notamment dans les matériaux de batteries, un secteur où elle travaille depuis 1967. Ces activités n’ont cependant jamais généré de profit, a reconnu M. Martel.

Produire de l’hydrogène

Hydro-Québec a l’intention de se lancer dans la production d’hydrogène, soit en fournissant de futurs producteurs en énergie verte, soit en produisant elle-même de l’hydrogène propre. Produit à partir de l’électrolyse de l’eau, l’hydrogène peut remplacer le carburant fossile pour des usages qui se prêtent mal à l’électrification, comme le transport routier et ferroviaire. « L’hydrogène propre représente une occasion de croissance économique pour le Québec, au même titre que les centres de données », estime maintenant la société d’État.

Un deuxième contrat avec le Massachusetts

Un deuxième contrat d’approvisionnement en électricité avec l’État du Massachusetts pourrait être conclu par Hydro-Québec, selon son président. « On a des surplus pour conclure deux contrats et demi », a-t-il affirmé. Le premier contrat signé avec le Massachusetts dépend de la construction d’une ligne de transport très controversée à travers le Maine. Hydro-Québec est en discussions préliminaires avec l’État de New York pour un contrat similaire. Un deuxième contrat avec le Massachusetts fait partie des options, comme une éventuelle entente avec le Nouveau-Brunswick et les autres provinces maritimes, qui veulent se débarrasser du charbon, a fait savoir Éric Martel.

Augmenter la part de l’électricité

Le Québec est le royaume de l’hydroélectricité, mais cette forme d’énergie ne satisfait que 35 % des besoins totaux des Québécois. La plus grande partie des besoins en énergie du Québec est comblée par les énergies fossiles, soit le pétrole (41,6 %) et le gaz naturel (14,6 %). Hydro-Québec y voit des occasions de croissance. « Notre plan est extrêmement ambitieux, parce que je crois qu’on a le droit de rêver au Québec », a fait valoir jeudi le président de la société d’État. Le secteur du transport est celui où Hydro-Québec pense pouvoir augmenter sa part de marché. Elle investit massivement dans le déploiement de bornes de recharge rapide dont le nombre devrait augmenter à 1600 au Québec en 10 ans, exigeant un investissement de 120 millions.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.