Traitement

Sous la dent

À l’hôtel Emirates Palace, à Abou Dhabi, on a fait de la dégustation de plats faits d’or une spécialité. On offre du champagne avec des particules d’or en suspension pour 3000 $ la bouteille. On sert du caviar et des huîtres dorés, dont les Russes raffolent, rapportent le Wall Street Journal.

Envie de sucré ? Optez pour une pointe de gâteau au chocolat enrobé de feuille d’or et un capucino saupoudré d’or. En 2008, 5 kg d’or à manger ont été servis dans ce luxueux établissement.

Un peu partout dans le monde, des chefs redoublent d’imagination pour créer des plats dorés. À Los Angeles, un confiseur a concocté un nougat à base de feuilles d’or 23 carats. À New York, un chef propose un bagel à 1000 $ avec fromage à la crème à la truffe blanche et gelée de Riesling et baies de goji, accompagné d’une feuille d’or. Un autre, un scintillant hamburger avec foie gras, bœuf Kobe, caviar, homard et feuilles d’or pour 666 $ ! Depuis 2009, le Serendipity3, à New York, sert le sundae Golden Opulence (avec feuilles d’or 23 carats et flocons dorés) pour la modique somme de 1000 $. Ce plat, qu’on doit réserver 48 heures à l’avance, a fait son entrée dans le Livre des records Guinness à titre de sundae le plus cher du monde.

« Consommer de l’or est très glamour. Certaines personnes ont beaucoup d’argent à dépenser et aiment le montrer », dit Bernard Lavallée, nutritionniste pour Extenso, Centre de référence en nutrition de l’Université de Montréal.

La consommation de l’or ne date pas d’hier. Durant la Renaissance vénitienne, on servait des amandes sucrées couvertes d'une feuille d’or aux invités pour la bonne santé du cœur, croyait-on, mais surtout comme signe ostentatoire de richesse.

On consomme l’or pour être dans le coup, pour l’originalité. Pas pour son goût (qu’on dit absent) ni pour la sensation en bouche (plutôt désagréable et métallique !). Pas plus pour ses propriétés nutritives. « L’or métallique n’a probablement aucun bienfait. Puisque c’est un métal inerte, il n’est pas absorbé par le système digestif », dit le nutritionniste. Il sort comme il est entré. Il ne causerait donc pas de toxicité en dose modérée. « Toutefois, la consommation de l’or dans l’alimentation a été très peu étudiée parce qu’elle est anecdotique. »

Les foodies fortunés qui seraient tentés de manger de l’or ici, au pays, pourraient être déçus. « L’or est admis comme additif alimentaire [E175] dans l’Union européenne mais, au Canada, il est accepté uniquement dans les boissons alcooliques non standardisées, comme le Goldschläger qui contient de fines paillettes d’or. Il est considéré comme un colorant alimentaire. »

Certains restaurants ont néanmoins de l’or au menu. C’est le cas de la pizzeria Magic Oven, à Toronto, qui offre, depuis quelques années déjà, des feuilles d’or parmi les garnitures au choix… moyennant un supplément de 10 à 35 $, selon la grosseur de la pizza.

Des prétentions frauduleuses ?

Si l’or est vendu en ligne sous toutes ses formes, les adeptes de médecine naturelle semblent préconiser la consommation à tout vent de l’or colloïdal (particules d’or dans un fluide). L’éventail de produits offerts en ligne est impressionnant. On vante les propriétés anti-inflammatoires et antibactériennes de l’or colloïdal, sa capacité d’améliorer le système immunitaire et les performances sportives. On parle aussi de ses vertus contre les troubles de l’humeur, contre l’anxiété et la dépression. Rien de tout cela n’a été démontré. « Les études sont citées à mauvais escient, de façon frauduleuse. On fait un lien avec le médicament contre l’arthrite, alors que ce n’est pas du tout le même produit », dit Bernard Lavallée.

Mieux vaut être prudent avant de faire des provisions de suppléments d’or colloïdal. « L’or colloïdal peut être ionique et on sait que certaines toxicités y sont associées », souligne le nutritionniste. Des entreprises écrivent des avertissements en très petits caractères. « On indique que les boissons proposées ne sont pas faites pour la consommation humaine, alors que l’ensemble des propos du site va dans le sens contraire. L’acheteur doit assumer toutes les responsabilités. C’est extrêmement frauduleux. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.