politique

Une commission « Vivre dans la dignité » sera bientôt lancée

QUÉBEC – Une commission parlementaire se penchera sur les conditions de vie des résidants des centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD). Les consultations devraient débuter à la fin du mois d'août ou au début du mois de septembre.

Les députés membres de la Commission de la santé et des services sociaux ont accepté, hier, la demande de l’ex-ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, et de sa collègue Stéphanie Vallée. Elles réclamaient que la commission se penche sur les conditions de vie dans les CHSLD, à la suite d’histoires récentes de maltraitance et de cauchemar bureaucratique. « On a fait une commission sur le droit de mourir dans la dignité, et je pense qu’on devrait aussi examiner comment vivre dans la dignité », affirmait Marguerite Blais à La Presse, la semaine dernière.

La commission doit maintenant définir plus précisément son mandat et décider si elle se déplacera en région.

L’Association québécoise d’établissements de santé et de services sociaux et le Regroupement provincial des comités des usagers ont écrit une lettre conjointe à la commission pour appuyer l’initiative. Mais ils préviennent qu’« un certain nombre de conditions doivent être réunies ».

« Les travaux d’une telle commission doivent impérativement se faire dans un climat serein et non partisan. De plus, le mandat de cette commission devrait être large et porter sur les véritables déterminants des conditions de vie des personnes hébergées en CHSLD », comme l’état des installations, le financement et la formation du personnel, écrivent-ils. Et « la solitude que vivent les personnes hébergées doit être abordée ».

Selon eux, « la commission doit veiller à mettre en valeur les meilleures pratiques déjà en place dans les établissements et permettre de témoigner du dévouement quotidien du personnel ». Ils soulignent que « l’inquiétude » au sujet de la qualité de vie des aînés « prend souvent sa source à des événements regrettables qui ne reflètent pas la qualité des services offerts dans l’ensemble des établissements ».

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.