Robert Frank 1924-2019

Un monument de la photographie s’éteint

Le photographe américain d’origine suisse Robert Frank, qui a influencé des générations de photographes avec son livre The Americans (1958), est mort au Canada lundi, à 94 ans, a confirmé, hier, sa galerie new-yorkaise. L’ouvrage s’inscrivait dans la lignée de la Beat Generation, mouvement littéraire et artistique, où suivre l’instinct l’emporte sur les fondements des techniques du photojournalisme, où les photos sont comme happées et non plus cadrées. Frank a aussi réalisé des films et des documentaires, dont Cocksucker Blues sur les Rolling Stones. — Agence France-Presse

Musique

Bloc-Notes

Les rendez-vous du mélomane

MODERNE, POSTROMANTIQUE

Chostakovitch pour amorcer l’ultime saison de Kent Nagano avec l’OSM

Créée en 1962, la Symphonie no 13 de Dmitri Chostakovitch, pour voix de basse, chœur de basses et orchestre, dite Babi Yar, évoque un grand massacre par balles mené en URSS les 29 et 30 septembre 1941 : 33 771 Juifs furent alors assassinés par les nazis et leurs collaborateurs antisémites. Aux abords du même ravin de Babi Yar périrent dans les mois suivants près de 150 000 Juifs, prisonniers de guerre soviétiques, communistes, Tziganes, Ukrainiens et otages civils. Avec Kent Nagano au pupitre de l’OSM pour le programme d’ouverture, cette symphonie de Chostakovitch implique le Chœur de l’OSM et la basse russe Alexander Vinogradov. Dans ce même esprit de chant masculin, l’OSM jouera Six pièces pour chœur d’hommes, op. 35 de Schoenberg. Et le grand pianiste russe Denis Matsuev attaquera la Rhapsodie sur un thème de Paganini, op. 43, de Rachmaninov.

À la Maison symphonique le 17 septembre, 19 h et le 18 septembre, 20 h

POSTROMANTIQUE, MODERNE

Et revoilà Mahler à l’OSM avec Nagano

Le moins qu’on puisse dire, c’est que le maestro Nagano démarre en lion pour son ultime saison à la direction de l’OSM : trois jours après avoir exécuté le programme d’ouverture, il choisit pour plat principal la Symphonie n5 de Mahler. Ce programme est assorti de l’Introduction et Allegro pour harpe, flûte, clarinette et quatuor à cordes de Ravel, qui mettra en relief les solistes de l’OSM : Jennifer Swartz, harpe, Andrew Wan, violon, Olivier Thouin, violon, Victor de Almeida, alto, Brian Manker, violoncelle, Albert Brouwer, flûte, et Todd Cope, clarinette.

À la Maison symphonique le 19 septembre, 20 h, et le 21 septembre, 14 h 30

CONTEMPORAIN

Cinéconcert avec Philip Glass et son ensemble

À Montréal, l’ensemble du fameux compositeur américain Philip Glass célèbre son cinquantenaire en proposant l’unique représentation au Canada du cinéconcert KOYAANISQATSI – Life out of Balance. La projection du célèbre film documentaire sera accompagnée en temps réel par le Philip Glass Ensemble, y compris la participation du compositeur sous la direction de Michael Riesman. La trame musicale de ce film sans dialogue et sans narration est sans doute l’une des œuvres les plus connues de Philip Glass. Réalisé par Godfrey Reggio en 1982, KOYAANISQATSI a été le premier film de la trilogie QATSI, qui a révolutionné le film documentaire en décrivant la relation de l’humain avec la technologie. Le premier de ces trois films fait l’objet d’un culte que nous aurons l’occasion de vivre pleinement.

À la Maison symphonique samedi, 20 h (à guichets fermés)

Saison d’Arte Musica

grand départ multidisciplinaire

La jeune compagnie BOP | Ballet Opéra Pantomime présente Le vaisseau-cœur, premier programme de la saison d’Arte Musica. Très ambitieux, ce rituel choral fusionne prière, poésie, danse et musique moderne d’inspiration mystique. Y prennent part plus de 50 artistes autour d’œuvres des compositeurs français Francis Poulenc et Olivier Messiaen. Sous la direction musicale d’Hubert Tanguay Labrosse et dans une mise en scène de Cédric Delorme-Bouchard, les solistes seront accompagnés par l’orchestre de chambre I Musici de Montréal et par un chœur de 27 adolescentes de l’école Joseph-François-Perrault. Quatre danseuses et deux solistes évolueront également dans un espace scénique inédit. Une composition d’Alexis Raynaud, codirecteur artistique de BOP, sera jouée en guise de prélude à cet événement multidisciplinaire.

À la salle Bourgie du Musée des beaux-arts de Montréal, ce soir et demain

JAZZ MODERNE

L’ONJM aime… Miles Smiles

Sous la direction du compositeur et tromboniste Jean-Nicolas Trottier, qui en signe aussi les arrangements, ce programme rend hommage au fameux quintette dirigé par Miles Davis, constitué de Wayne Shorter, Herbie Hancock, Ron Carter et Tony Williams. Sous la bannière Miles Smiles (également le titre d’un grand album du quintette paru en 1967), l’Orchestre national de jazz de Montréal (ONJM) reprendra les grands crus imaginés sous la direction artistique de Miles entre 1965 et 1968. En première partie de programme, Jean-Nicolas Trottier dirigera une formation réduite de l’ONJM afin d’exécuter un répertoire de sa conception. Les saxophones seront joués par Jean-Pierre Zanella, Samuel Blais, André Leroux, Frank Lozano, Alexandre Côté ; les trompettes par Jocelyn Couture, Aron Doyle, David Carbonneau, Bill Mahar ; les trombones par David Grott, Taylor Donaldson, David Martin, Bob Ellis ; le piano par Charles Trudel, la guitare par Nic Ferron, la contrebasse par Rémi-Jean-Leblanc, la batterie par Kevin Warren.

À l’Astral samedi, 20 h

MUSIQUE ANCIENNE

Rencontre entre les ensembles Caprice et Constantinople

L’Ars subtilior, prolongement de l’Ars Nova du Moyen Âge, est l’objet d’une rencontre entre les ensembles Caprice et Constantinople. La locution « ars subtilior » provient de la musicologue Ursula Günther et désigne le raffinement de l’Ars nova, soit l’une des premières formes de « grande musique » en Europe. On comprendra que l’Ars subtilior a été caractérisé par la complexité rythmique et polyphonique dans le contexte médiéval. Dans ce programme inédit, les instruments des musiciens de Constantinople (setâr, kanun, oud et percussions) se mêlent à la lutherie baroque de l’Ensemble Caprice (flûtes à bec et vièle) ainsi qu’aux chants de la soprano Rebecca Dowd et du chanteur persan Kiya Tabassian. Le dialogue sera donc médiéval, européen et oriental, autour de compositeurs tels Llibre Vermell, Matteo di Perugia et Johannes Ciconia.

À la salle Bourgie le 21 septembre, 20 h

JAZZ GROOVE

Soirée tribale avec Moon Hooch et Saxsyndrum

Moon Hooch est l’un des précurseurs d’un jazz groove à la fois minimaliste, tribal et puissant, inspiré des cultures électro et hip-hop. Établi à Brooklyn, ce trio explosif est constitué du batteur James Muschler et des saxophonistes Mike Wilbur et Wenzl McGowen. Les jazzophiles présents à l’Astral le 30 juin 2016 se souviennent d’une soirée paroxystique ; plusieurs d’entre eux se déplaceront de nouveau, même si le trio américain n’a sorti que des singles depuis lors. Également au programme, le duo électro-jazz Saxsyndrum compte asséner quelques claques supplémentaires.

Au Belmont ce soir, 20 h

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.