Des contrats d’urgence attribués pour faire face à la tempête

Ses contrats de déneigement arrivant à échéance hier, le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dû attribuer des contrats d’urgence pour faire face à la tempête hivernale attendue sur le sud du Québec. À l’inverse, la Ville de Montréal ne prolongera pas les ententes avec ses déneigeurs privés, estimant que ses cols bleus suffiront à la tâche.

Tempête hivernale

Le MTQ surveille depuis mercredi l’évolution du système qui doit entraîner une dernière (du moins en théorie) tempête hivernale sur le sud du Québec. La tempête attendue donne toutefois de sérieux maux de tête aux météorologues puisque celle-ci naîtra de la rencontre de deux systèmes dépressionnaires, l’un en provenance des Grands Lacs et l’autre du sud des États-Unis, par la côte Est. Au moment d’écrire ces lignes, Environnement Canada ne prévoyait plus d’importantes accumulations de neige, mais un épisode de neige mélangée avec du grésil demain, suivi en fin de journée de pluie verglaçante.

Prévisions difficiles

Voilà, les modèles prévisionnels météorologiques ne s’entendent pas, souligne le météorologue Steve Boily, d’Environnement Canada. Le modèle américain s’attend à ce que le système dépressionnaire des Grands Lacs soit plus important, ce qui amènerait plus d’air doux et donc de la pluie. Le modèle canadien anticipe que la dépression en provenance du sud sera plus énergique, drainant plus d’air froid. Cela risque d’entraîner demain un épisode d’abondante pluie verglaçante, pouvant durer de 20 à 24 heures. Enfin, le modèle européen, lui, prévoit des précipitations nettement moins importantes sur la région de Montréal.

Fin de saison

Appréhendant néanmoins un risque d’accumulation de neige, le MTQ a préféré ne pas courir de risque. En effet, les contrats de ses déneigeurs dans la région de Montréal couvrent la période du 21 octobre au 13 avril. À la fin de la saison hivernale, plusieurs entrepreneurs retirent l’équipement de déneigement de leurs camions afin de remplir d’autres contrats. Le MTQ a ainsi jugé préférable de prolonger leur saison en leur accordant des contrats d’urgence dans la région de Montréal, le Centre-du-Québec, Lanaudière, les Laurentides, la Montérégie et l’Outaouais, une mesure « exceptionnelle ». « L’important pour nous, c’était d’avoir des contrats en vigueur pour pouvoir entretenir », résume Guillaume Paradis, porte-parole du MTQ. Le montant de ces contrats n’est pas encore public et sera diffusé plus tard. S’assurer de la disponibilité des déneigeurs privés est essentiel pour le MTQ, puisque ceux-ci assurent 86 % du déneigement dans la région de Montréal.

Pas de prolongation à Montréal

À la Ville de Montréal, les contrats de déneigement se terminent le 15 avril. En vertu des ententes, les déneigeurs sont tenus d’offrir 50 % de leurs effectifs en déblaiement des rues et trottoirs du 1er au 15 avril. Le personnel de la Ville se tiendra prêt à intervenir, s’il le faut, à partir de lundi, alors que les contrats de déneigement seront échus. « La Ville est prête pour le cocktail météo prévu cette fin de semaine », assure Youssef Amane, porte-parole du cabinet de l’administration Plante.

Faible risque d’inondations

La sécurité civile a par ailleurs indiqué hier qu’elle poursuivait ses opérations de surveillance de la crue des eaux. Malgré le cocktail météo de pluie, pluie verglaçante et neige attendu, l’Organisation de la sécurité civile du Québec évalue que ces précipitations « n’auront pas de réelles répercussions sur la crue des eaux ».

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.