Maternité

« Un ange envoyé par Dieu »

Il y a quelques semaines, Eva Yacoub n’en menait pas large. La maman de 37 ans était complètement désemparée, ne sachant plus vers qui se tourner pour l’aider à s’occuper de sa petite Holy, qui avait à peine trois semaines. « Je ne connais personne ici, dit la femme qui a fui l’Égypte avec son mari Ossama il y a deux ans. Je n’ai ni famille ni amis. J’ignore tout du système de santé, et même si j’ai déjà une fille de 8 ans, Gowis, j’ai oublié entre-temps comment on s’occupe d’un bébé. »

Au bord de la dépression, elle a appelé le CLSC qui l’a dirigée vers Espace famille Villeray, un organisme à but non lucratif qui aide les parents et les familles avec de jeunes enfants du quartier montréalais du même nom. On lui a envoyé Maude Raby, une intervenante périnatale qui vient « relever » Eva trois heures par semaine. La maman pourrait profiter de ces instants pour récupérer un peu, prendre l’air. Mais non. Eva a besoin d’échanger avec quelqu’un, de rire, de confier ses inquiétudes. Elle est avide de tous les conseils lui permettant de prodiguer les meilleurs soins à Holy. « Ces trois heures sont pour moi, déclare-t-elle avec enthousiasme. Je veux en profiter au maximum. Maude m’aide même avec mon français ! On lit le journal ensemble. »

Soutenir des femmes comme Eva est un privilège, affirme l’assistante périnatale. 

« C’est une grande marque de confiance que me font les familles en me laissant entrer dans leur intimité, en partageant avec moi les premiers instants de la vie de leur enfant. »

— Maude Raby, assistante périnatale

Les yeux embués, elle raconte qu’Eva l’a attendue pour donner le premier bain à Holy, une grande étape dans la vie de tous les parents. « Elle s’en faisait parce que le nombril du bébé était mal cicatrisé. Comme elle craignait de la baigner, elle a préféré lui faire une toilette de chat jusqu’à mon arrivée… »

Avec Eva, il s’agit davantage de sortir la nouvelle maman de son isolement. De manière générale, Maude est cependant appelée à faire toutes sortes de tâches : prendre soin du nouveau-né, bien sûr, mais aussi faire la vaisselle, assembler un lit de bébé, plier des vêtements et même changer des essuie-glaces ! « J’essaie de faire en sorte que les mamans soient plus à l’aise dans leur rôle et qu’elles connaissent mieux les ressources du quartier, explique-t-elle. J’espère les rendre moins inquiètes et surchargées dans leur quotidien. »

Les mamans qu’elle aide le lui rendent bien. Maude cuisine parfois avec Eva. Elle repart avec des recettes et des repas à réchauffer sous le bras. « Mes enfants n’en sont que plus heureux !, remarque l’assistante en riant. Cela résume bien l’expérience des relevailles : c’est le plaisir d’être ensemble dans la maternité. »

Eva prend à l’occasion des clichés de Maude portant la petite Holy dans ses bras et les envoie à sa famille. « Selon ma mère et mes sœurs, Maude est un ange envoyé par Dieu, dit-elle. Il n’y a pas de meilleure description. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.