Cet écran a été partagé à partir de La Presse+ Édition du 22 octobre 2013, section ARTS, écran 8

MARC CASSIVI

Les valeurs québécoises

Les valeurs québécoises

C’était il y a quelques semaines, à l’occasion d’une discussion sur la couverture médiatique d’un projet dont vous avez peut-être vaguement eu vent. Ça commence par la lettre « C » et, dans un spasme incontrôlable, pousse parfois le quidam à insulter son prochain. Comme un syndrome de la Tourette qui serait hautement contagieux.

Toujours est-il que je participais à la de fin septembre, dans le cadre du Festival Pop Montréal, à une émission spéciale de Q, la quotidienne matinale du brillant Jian Ghomeshi à l’antenne de la radio de la CBC, enregistrée exceptionnellement le soir, devant public.

Je suis resté bouche bée lorsque j’ai vu Ghomeshi être reçu comme un demi-dieu dans un théâtre Olympia archi-comble. Cris de femmes en pâmoison, applaudissements à tout rompre, puis silence religieux au moment de boire les paroles de l’animateur. Ce gars-là est une vraie rock star, me suis-je dit, assis à ses côtés sur la scène, médusé.

Puis j’ai pensé que si Ghomeshi sortait du théâtre, rue Sainte-Catherine, et se promenait un peu dans le quartier, il n’y serait connu ni d’Ève ni d’Adam. Il y aurait peut-être même quelques vieilles dames pour s’inquiéter que ce beau musulman d’origine iranienne ne tente, avec son sourire irrésistible, de les séduire avant de les euthanasier. Désolé, je m’égare…

J’ai écouté cette foule en liesse acclamer le collègue Bernard Saint-Laurent, animateur à CBC Montréal, comme s’il s’agissait de Véronique Cloutier ou de Marc Labrèche, et je me suis dit que le fameux cliché des « deux solitudes » sur le fossé culturel entre francophones et anglophones était toujours aussi valable et pertinent.

Si l’on demandait à des Québécois francophones s’ils connaissent les stars médiatiques canadiennes que sont Jian Ghomeshi, George Stroumboulopoulos, Ron MacLean, Wendy Mesley, Mary Walsh ou encore Peter Mansbridge, je suis convaincu que le pourcentage de « oui » ne serait pas très élevé.

Il ne le serait pas davantage pour l’écrivaine Louise Penny, une autre invitée de cette émission spéciale de Q (à laquelle participaient notamment Antoine Bertrand et Patrick Watson). Même si le plus récent polar de cette ancienne journaliste québécoise, mettant en vedette un inspecteur de la Sûreté du Québec nommé Armand Gamache, s’est retrouvé dès sa parution en tête de la liste des best-sellers du New York Times.

Si l’on demandait à 100 Québécois francophones s’ils connaissent le Prix Nobel de littérature Alice Munro, combien répondraient oui ? Je ne le sais pas et je préfère sans doute ne pas le savoir. Ce n’est pas ce à quoi s’intéressent les médias, du reste. Pour la deuxième fois en moins de 18 mois, on a plutôt demandé aux Québécois anglophones s’ils connaissent les « vedettes » québécoises.

Une « enquête » du Journal de Montréal, publiée hier, conclut que « les anglophones de Montréal connaissent toujours aussi mal la culture populaire québécoise ». À preuve, seulement deux Anglo-Québécois sur un total de 100 interrogés par le Journal connaissent Jean-René Dufort, 4 % savent qui est Guy A. Lepage, et 5 %, Rémy Girard. En est-on vraiment surpris ?

Ce qui me surprend, moi, c’est que 25 % des Anglo-Montréalais connaissent Marie-Mai, alors que je serais incapable de nommer une seule de ses chansons. À chacun ses référents culturels. On se consolera en apprenant que 68 Anglos sur les 100 interrogés connaissent Lise Watier. Le maquillage ne connaît pas de frontière linguistique.

Ce qui me heurte (comme dirait Fabienne Larouche) dans cette nouvelle « enquête », c’est tout ce qu’elle sous-entend. Le non-dit tendancieux, dans le contexte actuel. La sous-question qui se lit si facilement entre les lignes : les Anglos connaissent-ils assez « nos » vedettes pour être considérés comme des Québécois ? Comme si connaître Marie-Mai était un critère d’adhésion aux fameuses « valeurs québécoises ».

Ce n’est pas un hasard, à mon sens, si Jean-François Lisée signait lui-même, il y a à peine 18 mois, juste avant son entrée en politique active, les textes accompagnant un sondage pour le compte du magazine L’actualité sur le rapport des « Anglos » au Québec. On y posait aussi des questions sur la notoriété de personnalités publiques québécoises dans la communauté anglophone.

On y apprenait sans surprise que 56 % des Anglo-Québécois ne savent pas qui est Julie Snyder, que 57 % ne connaissent pas Véronique Cloutier, que 61 % n’ont aucune idée de qui est Normand Brathwaite (contre 75 % dans l’enquête du Journal de Montréal). Aussi, 74 % n’ont jamais entendu parler de Marie-Mai et 86 % de Janette Bertrand, pourtant « l’une des personnalités les plus connues du Québec ».

Lou Doillon ne sait sans doute pas non plus tout ce que Janette Bertrand a fait pour l’émancipation de la femme québécoise. Dimanche à Tout le monde en parle, la chanteuse et actrice française a tranché à sa manière, avec la bienveillance régnant sur le plateau à l’égard de Mme Bertrand, en déclarant qu’elle provenait d’une famille formée de « vrais tolérants » qui ne « portent pas constamment de jugements ».

« J’entendais le débat juste avant que j’arrive, a-t-elle dit. C’est vrai que c’est fantastique d’être élevée par des gens qui ne sont pas “morale”. Ce n’est pas qu’ils n’ont pas de morale, mais qu’ils ne sont pas “morale”. Ils n’ont pas systématiquement une leçon à donner à absolument tout le monde. »

On ne fera pas un débat ici sur le relativisme culturel. C’est une autre question. Mais la perspective culturelle, à géométrie variable, joue certainement un rôle dans notre appréciation d’un débat. Elle se manifeste autant dans l’incompréhension de Lou Doillon face à la complaisance à l’égard d’une femme qui déclare ne pas vouloir être soignée par une médecin voilée que dans l’importance à donner au fait de connaître ou pas Marie-Mai.

Maintenant, si on pouvait cesser de jouer à « qui est le plus québécois » – et partage le mieux nos valeurs communes – , ce serait un pas dans la bonne direction.