Les vins de la semaine

Bons vins à petits prix

Après les excès probables des dernières semaines, voici quelques suggestions de vins abordables et passe-partout. Non seulement ils offrent un très bon rapport qualité-prix, mais ils sont aussi issus d’une viticulture respectueuse de l’environnement. Ce n’est pas parce qu’on veut boire moins cher qu’on ne peut pas boire bon !

Un passe-partout argentin

Voilà un très bel exemple de pinot gris, qui met de l’avant le caractère rond et fruité du cépage. Le nez est parfumé, avec des accents de pêche, de poire bien juteuse et d’orange. Très sec, mais avec une bouche ronde, souple et caressante. De délicates notes épicées, poivre blanc, gingembre, qui proviennent du raisin et non du bois (le vin est élaboré en cuves inox), ainsi que des saveurs d’agrumes lui apportent ce qu’il faut de fraîcheur. Très bien fait et passe-partout, il accompagnera entre autres des tacos de poisson, des acras de morue, des pâtes au saumon fumé.

Piedra Negra Pinot Gris Los Chacayes Valle de Uco 2019, 15,25 $ (00556746), bio, 13 %

Garde : de 2 à 3 ans

Un bordeaux à garder sous la main

J’ai déjà recommandé ce vin et ce millésime. Mais quand c’est bon, c’est bon. D’autant plus à petit prix. L’année 2016 a été excellente à Bordeaux. Ce vin est sur nos tablettes depuis plus d’un an. Je suis curieuse de goûter le 2017, issu d’une année beaucoup plus difficile, mais en attendant je fais provision du 2016. Un vin modeste, mais fin, hyper classique et savoureux. Il offre une matière mûre, une bouche fraîche avec de la tenue et des tanins modérés. Du vrai bon bordeaux pour tous les jours. Il accompagnera aussi bien des viandes rôties, grillées ou en sauce qu’un ragoût de champignons ou un pâté chinois.

Château Puy-Landry Côtes de Castillon 2016, 15,55 $ (852129), bio, 13 %

Garde : de 4 à 5 ans

Le fruit d’une coopérative modèle

L’excellente cave coopérative des Vignerons d’Estézargues est un modèle du genre. Alors qu’on a longtemps associé ce type de structure à une production de qualité moyenne, elle élabore de très bons vins grâce à une viticulture et des vinifications soignées. Élaborée avec du grenache, surtout, cette cuvée en offre tout le fruit mûr et juteux. Des arômes de mûre et de framboise sont rehaussés par des notes de fleurs et de viande fumée apportées par un peu de syrah. La bouche est suave et caressante, aux accents d’épices et de garrigue. Ample et chaleureux, avec de légers tanins, il gagnera à être servi légèrement rafraîchi. Saucisses grillées, chili con carne, couscous.

La Montagnette Côtes du Rhône Villages Signargues 2018, 16,90 $ (11095949), 14,5 %

Garde : de 2 à 3 ans

Gourmand

À la carte

La scène gastronomique montréalaise se réinvente sans cesse. Ouvertures de restaurants, nouveaux menus, évènements... Nous vous présentons chaque semaine ce qu’il ne faut pas manquer pour bien boire et bien manger.

En vedette

Cuisine « thaïwaiienne » et culture hip-hop chez The Farsides

Voilà plus de cinq ans que le restaurateur John Edward Gumbley, président du groupe Jegantic (Bord’Elle, Muzique) et ses collaborateurs rêvent à ce projet d’envergure qu’est The Farsides, qui a trouvé assise depuis trois semaines dans le Vieux-Montréal, à l’intérieur d’une toute nouvelle construction rue Notre-Dame, tout juste à l’ouest de McGill.

À l’origine, une envie : faire revivre la culture hip-hop des années 90, dans laquelle M. Gumbley et ses partenaires ont grandi (The Pharcyde, célèbre groupe hip-hop de cette décennie, a visiblement inspiré les restaurateurs). « Le hip-hop est une façon de vivre, ça fait vraiment partie de notre culture. Chaque élément du décor a son histoire », explique Jason Tull, partenaire, tout en nous montrant les grandes œuvres murales peintes par l’artiste graffiteur Bryan Beyung, où apparaissent différents personnages et références à la culture populaire de l’époque, ainsi que les multiples collages et objets sur les murs et le bar, qui raviveront les souvenirs de bien des nostalgiques. Le design de l’endroit, immense avec sa mezzanine et sa terrasse arrière à venir l’été prochain, est signé Atelier Lovasi.

Mais ce n’est pas tout : embrassant sans complexe un certain éclectisme, inspiré par leurs voyages en Thaïlande et à Hawaii, les propriétaires proposent dans l’assiette leur vision d’une cuisine fusion « thaïwaiienne ». La carte puise dans les deux cultures culinaires pour proposer des plats exotiques et colorés, créés conjointement par le chef consultant Dino Luciano (gagnant de MasterChef USA saison 8) et le chef montréalais d’origine laotienne Athiraj Phrasavath (Mercuri, SLK Rd, Thip Thip). Bol Poké, sashimi de poisson ou salade « 808 » (indicateur régional de l’île) se côtoient sur le menu, qui propose un grand nombre d’options végés, curry vert de courge, salade de papaye verte, pad thaï au homard et vivaneau entier farci de riz au jasmin. On déguste le tout en sirotant un des cocktails « tiki » de la carte élaborée par Lawrence Picard. Une bonne idée pour se réchauffer un peu durant l’hiver !

690, rue Notre-Dame Ouest

— Iris Gagnon-Paradis, La Presse

Ateliers culinaires

Cuisiner avec Fisun Ercan

Fisun Ercan, chef du restaurant Su, a acheté une fermette à Saint-Blaise, en Montérégie. Depuis l’automne, elle y donne des ateliers culinaires. La réponse étant favorable, la néo-maraîchère d’origine turque a décidé de remettre ça cet hiver, avec huit nouvelles dates. Les ateliers sur les légumineuses et les épices, donnés en janvier et en février, sont déjà complets, mais ceux sur la cuisine avec le yogourt et celle aux herbes (février et mars) sont toujours ouverts. Ils sont d’une durée de quatre heures et coûtent 125 $ chacun. Saint-Blaise-sur-Richelieu se trouve à environ 45 minutes de route du cœur de Montréal.

— Ève Dumas, La Presse

Évènement

Made with Booze, la finale

Made with Booze est une compétition de mixologie qui en est à sa cinquième édition, et où s’affrontent les meilleurs bartenders de la province dans des soirées relevées, un projet du groupe Burgundy Lion et plus spécifiquement de Drahos Chytry, qui officie au Pub Bishop & Bagg. Après une première ronde de duels entre les 32 participants le printemps dernier – chacun ayant pour thématique un pays différent – les 16 mixologues restants se sont affrontés dans une deuxième ronde durant l’automne, qui avait cette fois pour thématique des alcools et des spécificités gustatives (vermouth & salé ou encore amaro & acidité). Le tout s’est poursuivi avec huit semi-finalistes, qui devaient créer des cocktails originaux et délicieux afin de se rendre à la finale, qui se déroulera le 14 janvier dès 19h30 au Pub Burgundy Lion. Les quatre finalistes sont Nicolae Arman (Coldroom), Maximilien Jean (Le Flamant), Arnaud Leduc (Four Seasons) et Julie Cateysson et s’affronteront au cours de quatre défis durant la soirée. Le gagnant se verra offrir un voyage à Prague en compagnie de Drahos Chytry. Entrée gratuite, premier arrivé, premier servi.

— Iris Gagnon-Paradis, La Presse

À Québec

Un bar à vins et son « indice de picolabilité »

Au pied du cap Diamant, à l’extrémité ouest du Petit Champlain, un nouveau bar à vins a ouvert ses portes. Terroir — Vins et Compagnie est exploité par les propriétaires du bistro corse Petits creux sur l’avenue Cartier. Ils offrent cette fois une place de choix aux alcools du Québec. Dans un local feutré et exigu, l’endroit est parfait pour se poser après une visite du Vieux-Québec. L’adresse ne compte qu’une trentaine de places. L’ambiance devient vite chaleureuse et festive pendant qu’on regarde la carte où les rouges sont classés selon «  l’indice de picolabilité  », un barème original, créé pour classer les vins du plus léger au plus corsé. Pour accompagner les boissons, on sert des bouchées, escargots, terrines, charcuteries tranchées sur place, rien de compliqué  ! En sirotant son verre, on imagine avec envie la jolie terrasse qui sera ouverte l’été prochain et qui doublera la capacité de l’établissement.

72, boulevard Champlain, Québec

– Karyne Duplessis Piché, collaboration spéciale

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.