Cet écran a été partagé à partir de La Presse+ Édition du 17 octobre 2013, section ACTUALITÉS, écran 6

PIERRE FOGLIA

La laïcité

La laïcité

J’ai dit l’autre jour mon accord avec cette Charte des valeurs même si je préférerais, moi aussi, qu’on l’assouplisse et qu’on la nomme Charte de la laïcité. Je me tais depuis, en fait je me retiens de réagir et de capoter face à ce que j’appelle les « canadienneries » de tous ceux-là qui, commodément, voient dans la Charte le projet raciste d’un gouvernement péquiste.

Dans n’importe quel autre pays, ce débat oppose les laïcs aux non-laïcs. Ici, encore une fois, il oppose souterrainement le Québec au reste du Canada. Quoi ? Il n’y a pas à Toronto, à Ottawa, à Vancouver, dans le West Island même, un seul intellectuel laïc pour se porter à la défense de la Charte ?

Que des psys comme ceux de McGill qui osaient écrire hier contre la Charte que la divine Providence est un gage de bonne santé mentale ? Ils sont la preuve par l’absurde que ça prend effectivement une Charte de la laïcité et ça presse.

Mais j’allais parler des Janettes. Avec lesquelles je ne suis pas d’accord non plus. Je ne crois pas, comme elles le disent, que la laïcité soit un truc pour lutter contre les inégalités entre hommes et femmes ni contre les inégalités sociales en général.

Dans ma république laïque, le combat pour l’égalité des sexes n’aurait pas avancé d’un poil grâce à la Charte ; il resterait entièrement à faire ou à compléter, la laïcité n’est pas une panacée.

La laïcité n’est pas non plus un truc pour dire aux musulmanes ôtez votre voile. C’est même le contraire. La laïcité leur dit mettez-le, ôtez-le, on s’en crisse. C’est pas notre problème. Si vous le portez librement, good, si vous le portez parce que votre père, votre mari ou vos frères vous y obligent, mauvaise nouvelle : contrairement à ce que suggèrent les Janettes, la laïcité ne vous aidera en rien non plus. Il y a d’autres chartes pour ça.

La laïcité n’est pas un truc pour faire avancer l’islam, pour l’éclairer de nos Lumières, quand je dis les nôtres, je pense à celles de Rousseau, de Voltaire, de Montesquieu. Quand l’islam se mettra à avancer (donc à se dépolitiser), ce ne sera pas éclairé par Montesquieu ni par Janette Bertrand, il avancera par les islamistes modérés, par d’autres « printemps » à faire, surtout à refaire. La laïcité, la nôtre, ne jouera aucun rôle. Pas plus que la guerre en Afghanistan a ouvert les écoles aux filles et fait tomber les burkas.

Qu’est-ce que la laïcité ? C’est un peu tout le contraire de ce qu’on en dit en ce moment. Ce n’est pas la répression de la religion, du religieux, du sacré, de la spiritualité. C’est la liberté de pratiquer toutes les religions en y ajoutant, très important, la liberté si rare dans les pays islamiques de ne pas avoir de religion.

La laïcité consacre essentiellement la séparation de l’Église et de l’État ainsi que ses institutions ou, si vous préférez, sépare le religieux du politique.

Pourquoi séparer l’Église de l’État ?

Essentiellement parce que les chrétiens que nous étions, après s'être fait écœurer pendant des siècles par les curés, ont voulu être régis par des lois civiles et non par des commandements divins.

La laïcité est cet espace civique où le respect des différences doit devenir pour cinq minutes, juste cinq minutes, le respect du grand Tout, le respect de l’État, que pour ma part je continuerai de nommer République.

On se dispute beaucoup ces jours-ci au Québec pour savoir si cet espace civique inclut les hôpitaux, les garderies, les tribunaux, l’armée et la police, des détails pas très importants si vous voulez mon avis. Sauf pour ce qui concerne les écoles.

En fait, à la question qu’est-ce que la laïcité, on pourrait se contenter de répondre : c’est avant tout une école où l’on n’enseigne plus Dieu.

J’ose dire que l’école est l’église de la laïcité. Une église où le citoyen exprime sa foi dans une culture commune. Le mot église vous embrouille ? Le creuset alors. La laïcité est l’école – le creuset – d’où sort un pays, son âme.

Vous dites ? Notre école est déjà laïque ? Allez-y voir. Certes, on n’y enseigne presque plus Dieu (cela n’est pas vrai mais faisons semblant de le croire), on n’y enseigne presque plus Dieu mais l’Autre l’a remplacé. Quel Autre ? Vous savez bien, l’Autre. Le Dieu de nos écoles, celui de toutes les vertus, l’Autre.

Vous entendez la grogne ? C’est le non-Autre qui commence à en avoir plein le cul d’être invisible.

***

Les maisons de tourisme du Vermont distribuent gratuitement une carte géographique du Vermont très bien faite. Calquée sur celle-ci, moins réussie, on trouve aussi une carte « bikeways » dont le rabat de l’édition 2013-2014 montre un jeune couple de cyclistes noirs.

On peut se promener des semaines au Vermont sans y rencontrer un seul Noir. Le Vermont est avec le Maine un des États les plus blancs d’Amérique ; aussi, ces deux-là, photographiés rue Church (la rue piétonne de Burlington) ont-ils l’air de deux lapins de garenne sur une banquise. J’imagine que cela doit s’appeler de « l’illustration positive ».

L’Amérique est beaucoup le continent de l’illustration positive. De la valorisation, souvent exacerbée, de l’Autre et de sa différence. Même quand y a pas d’Autre. En fait, surtout quand y en n’a pas, on l’aime encore plus.

La laïcité propose, et de un, de ne pas inventer un Autre quand y en n’a pas. Et de deux, quand y en a un, elle suggère une cordiale indifférence à sa différence.