BOUGER

Les complexes ? Du ballet !

Je devais avoir cinq ans. À travers la porte vitrée, je regardais mon père s’éloigner. Je portais un léotard rose bonbon et des chaussons trop grands, qui n’avaient d’égal que ma fierté. J’étais une ballerine.

Je retrouve, 33 ans plus tard, ce sentiment de joie et de légèreté en osant à nouveau pointer les pieds et tendre les bras dans un cours de ballet pour tous. Je suis certes plus pesante et sans doute moins mignonne, mais le plaisir y est toujours. Êtes-vous comme moi une ballerine à la retraite qui aimerait à nouveau enfiler le collant ? Ou êtes-vous plutôt de celles qui en ont toujours rêvé secrètement ? Allez hop, on se (re)met au ballet.

Pour tous, promis ! 

« Pour les minces, les vieilles, les rondes, les athlètes, les molles, les mamans, les têtues, les tatouées et les garçons » : c’est ainsi que la publicité de Ballet Hop m’a convaincue de me lancer (je suis en effet mince, molle, tatouée et maman !). C’est donc pour tous, « promis ! », nous assure Camille, la proprio du joli studio de la rue Saint-Laurent, à Montréal. Et c’est vrai ; dans la salle, se trouvent des femmes de toutes tailles et de tous âges (enfin presque, de 18 à 45 ans, je dirais). « Elles ont toujours rêvé de danser ou l’ont fait plus jeunes, mais n’ont jamais trouvé d’endroit qui leur convenait par la suite. Elles viennent avec leurs amies et s’en font de nouvelles. Elles sont là pour le plaisir et pour les bienfaits que procure la danse sur le corps et l’esprit », renchérit Camille.

Pas chassés et autres pliés

Il y a le ballet pur et dur, la « vraie » technique, diront certains. Et il y a celui qui s’adapte, évolue, celui qui sent l’air du temps. On y ajoute un peu de yoga, de musculation ou de stretching et, surtout, on le pratique sur des musiques populaires. Bonjour Beyoncé et Pink ! Le cours pour lequel j’ai opté s’intitule Sans chichis. Le ton est donné, on ne se prendra pas au sérieux. La classe débute avec une série d’échauffements pour tout le corps (rotations, jeux de bras, grands pliés), suivie d’une bonne période de musculation, allant des fameux push-ups aux redressements assis en passant par diverses planches abdominales. Ça brûle et ça shake de partout. C’est simple et très efficace. La deuxième portion de la classe se joue à la barre. La fameuse barre. C’est là que le cœur s’emballe ; première position, bras bien arrondis, paumes vers soi. On contracte les abdos et on serre les fesses. S’ensuivent 30 minutes de postures de ballet classique. Notre professeure nous guide lentement mais sûrement à travers cette routine complète. Le cours se termine avec une chouette chorégraphie et des révérences. J’ai eu chaud, j’ai les muscles à plat, mais surtout, je suis joyeuse. C’est un entraînement qui rend heureuse.

Du bon ballet

Les bienfaits du ballet sont nombreux et réels. Camille le voit chez ses participantes. « J’observe une augmentation de la force et de la définition musculaires. Le ballet tonifie, allonge et affine le corps. C’est une excellente discipline pour la posture, la souplesse, l’équilibre et la précision dans le mouvement. Les participants qui pratiquent régulièrement deviennent plus rapides, plus forts et plus souples. » On dénote également de nombreux bienfaits psychologiques – ce qui est non négligeable – grâce à la libération d’endorphines : augmentation de l’estime de soi, capacité de mémorisation accrue, meilleures concentration et coordination, plus grande facilité à gérer le stress et sommeil plus réparateur. Enfin, comme le ballet comprend également un côté artistique, on y exprime sa créativité, on y retrouve de la rigueur, de la discipline, et même une dimension émotive et introspective semblable à celle du yoga ou de la méditation. Bref, c’est une discipline très complète.

Choisir la bonne école

En vue de choisir la bonne école, interrogez-vous sur ce que vous recherchez. Certaines écoles se targuent d’enseigner un ballet tout ce qu’il y a de plus classique : les pas de base et autres techniques et ce, dans la plus pure tradition. Un enseignement de très grande qualité qui conserve l’héritage, comme nous le propose le programme récréatif de l’École supérieure de ballet du Québec. Isabelle, 42 ans, s’y rend religieusement depuis sept ans : « C’est un moment paisible après une longue journée au bureau. J’en ai besoin. Et j’aime beaucoup mon école ; les professeurs y sont de haut niveau et partagent avec nous une réelle passion pour la danse. » Dans cette école hautement réputée, les élèves ont la chance d’être accompagnés d’un(e) pianiste et se voient enseigner l’histoire de la danse. « L’an passé, j’ai décidé d’y inscrire Eva, ma nièce de trois ans. Nous y allons ensemble tous les samedis matin, un moment plus-que- précieux », confie Isabelle. L’école Louise Lapierre Danse offre également un programme de ballet parent-enfant.

Ligue de garage de ballet

D’autres écoles optent plutôt pour un ballet décontracté, où l’apprentissage des techniques se marie au plaisir et où certaines traditions sont remplacées par d’autres. Pour ma part, je recherchais un ballet qui ne soit pas intimidant. « Ici, on est très simples, franchement amicales et on ne se prend pas au sérieux. On enseigne un ballet authentique et rigoureux, mais pour de vraies femmes, avec leur poids, leur âge et leur niveau d’expérience. On fonctionne avec des horaires flexibles, sans tenue vestimentaire stricte, sans chignon et sur toutes sortes de musiques. Nos professeures sont accessibles, elles ont du plaisir à être là et elles projettent un mode de vie sain et atteignable », nous assure Camille. C’est vrai qu’il y a une ambiance de ligue de garage de ballet dans ce cours. On apprend ensemble, sans jugement aucun, le tout dans le plaisir et ça finit souvent en éclats de rire.

Oui, dans la classe, il y a des rondes et des molles, des musclées et des ricaneuses, mais il y a surtout moi, heureuse comme à cinq ans.

Où aller pour danser

Ballet Hop 5380, Saint-Laurent, Montréal www.ballethop.com

Louise Lapierre Danse 1460, Mont-Royal Est, Montréal www.louiselapierredanse.ca

Programme récréatif de l’École supérieure de ballet du Québec 4816, Rivard, Montréal www.esbq.ca

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.