Golf Championnat Valspar

Tiger Woods s’approche d’un premier titre depuis 2013

PALM HARBOR, Floride — Quand Tiger Woods a calé une approche coupée à partir de l’arrière du neuvième vert, on a pu entendre un rugissement familier. Quelques instants plus tard, Woods a levé son fer droit avec sa main gauche après qu’un autre oiselet lui eut permis de se retrouver à égalité en tête au Championnat Valspar.

Corey Conners a entendu les cris de la foule pendant tout l’après-midi et ça l’a fait sourire.

Après tout, le golfeur de Listowel, en Ontario, a réussi six oiselets lors d’une ronde de 68 (- 3) et il détient un coup d’avance avant la ronde finale. Même les golfeurs souhaitant battre Woods ont parlé avec émotion du plaisir de revoir l’ancien golfeur no 1 au monde si près du sommet de sa forme d’antan.

« Je peux vous confirmer qu’il est de retour. Le rugissement, on l’a entendu. C’est amusant d’entendre la foule être aussi bruyante et de le voir si bien jouer. »

— Brandt Snedeker, qui a joué en compagnie de Woods et qui a égalé son score de 67

Conners, qui participe seulement à son 17e tournoi de la PGA en tant que professionnel, a sauvé la normale au 17e trou malgré une visite dans une fosse de sable. Il a enchaîné avec une autre normale au 18e.

Il se retrouve à- 9 après 54 trous et il jouera en compagnie de Justin Rose (66), aujourd’hui. Rose, Woods et Snedeker se retrouvent tous à un coup de la recrue canadienne.

Conners aura donc une autre occasion de jouer derrière Woods et ses milliers de partisans.

« Je pouvais presque savoir ce qu’il faisait sans même le voir, a raconté Conners. Ce sera amusant. C’est spécial de le suivre comme ça. Je m’attends à ce qu’il soit au cœur de la lutte [aujourd’hui]. Mais j’espère aussi connaître une bonne journée. »

Conners a souri quand il a entendu les cris de la foule pour féliciter Woods après son coup spectaculaire au neuvième trou.

Pendant plusieurs années, entendre ces cris était un mauvais présage pour les autres golfeurs. Conners a grandi en idolâtrant Woods pour ses 14 titres majeurs et ses 79 victoires. Et il est difficile de ne pas se laisser gagner par l’engouement que suscite le retour de Woods.

Conners est tout de même resté concentré et il a presque calé son approche au neuvième trou.

Woods semblait sur le point de prendre le contrôle du tournoi après son oiselet au 10e trou. Il a toutefois gaspillé deux autres occasions d’oiselet et il est resté coincé à - 8.

Cela n’a pas pour autant calmé l’enthousiasme de la foule.

« Je marchais le long du sixième trou et je regardais le quatrième vert, a raconté Rose. J’ai demandé à mon cadet s’il se souvenait d’avoir vu une foule comme celle-là. Il y avait huit rangées de spectateurs. Ça n’aurait certainement pas été comme ça s’il n’avait pas été là. »

Woods ressent aussi des émotions qu’il n’avait pas ressenties depuis un certain temps.

« C’est excitant, a-t-il admis. J’ai la sensation de jouer un peu mieux, de faire moins d’erreurs. J’ai pu grimper au tableau des meneurs. Je sais que c’est congestionné, mais au moins, je ne suis qu’à un coup de la tête. »

Woods n’a pas gagné depuis son triomphe par sept coups à l’Invitation Bridgestone en août 2013. Il a subi une quatrième opération au dos il y a seulement 10 mois.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.