LE CANADIEN

Les jeunes du Canadien s’inclinent 4-3 contre ceux des Maple Leafs

Andrew Nielsen a battu Zachary Fucale sur un tir faible en fin de match et les espoirs du Canadien de Montréal ont baissé pavillon 4-3 face à ceux des Maple Leafs de Toronto, hier, au tournoi des espoirs. 

Daniel Audette, Artturi Lehkonen et Michael McCarron ont touché la cible pour le Tricolore tandis que Fucale a défendu la cage montréalaise durant tout le match. Keaton Middleton, Tony Cameranesi, Tobias Lindberg et Nielsen ont riposté pour les Maple Leafs alors que le gardien québécois Antoine Bibeau était devant le filet. 

Audette a procuré une avance de 1-0 au Canadien en première période en acceptant la remise de William Bitten, mais les Maple Leafs ont répliqué avant la fin de l’engagement grâce au tir de Middleton, que Fucale aimerait probablement revoir. Cameranesi et Lindberg ont permis aux Leafs de retraiter au vestiaire avec une avance de 3-1 après 40 minutes.

Lehkonen, avec son premier dans l’uniforme tricolore, et McCarron ont ramené les deux équipes à la case départ en troisième. C’est finalement Nielsen qui a mis fin au débat en battant Fucale d’un tir des cercles qui lui a passé sous le bras.

— La Presse canadienne

Sergachev aux portes du Centre Bell

Warren Rychel se souvient très bien de la journée, il y a un an, où Mikhaïl Sergachev est arrivé chez lui pour la première fois, au moment d’amorcer sa carrière de hockeyeur junior en Ontario. « Il parlait un anglais cassé, il connaissait à peine quelques phrases, raconte le directeur général des Spitfires de Windsor. Il fallait que j’aille traduire ses propos sur Google ou que j’appelle son agent pour être bien certain de ce qu’il disait. Mais Mikhaïl est un gars qui apprend vite… »

Sergachev apprend vite, en effet, et le jeune homme qui s’est présenté au camp des recrues du Canadien, cette semaine à Brossard, est désormais capable d’avoir une conversation en anglais. « Et je suis sûr qu’il va être capable aussi d’apprendre le français », d’ajouter Rychel d’un ton optimiste.

S’il y a un mot qui peut servir à décrire le défenseur Mikhaïl Sergachev, le premier choix du Canadien au repêchage de juin, c’est bien celui-ci : détermination. Pour un jeune de Nijnekamsk, en Russie, le rêve de la LNH est à peu près impossible, et pourtant, le patineur de 18 ans y est presque. Même que certains le voient dans le maillot du Canadien au moment où la saison va s’amorcer, dans quelques semaines…

Warren Rychel juge que c’est réaliste comme scénario.

« Parce qu’il apprend tellement vite… On peut le voir dans sa maîtrise de l’anglais, dans les efforts qu’il y a mis. C’est la même chose sur la glace. Est-ce qu’il va commencer la saison à Montréal ? C’est possible. Mais je ne le sais pas, parce qu’il n’y a pas tellement de défenseurs de 18 ans qui réussissent un tel exploit. Nous, par contre, on estime que ça lui ferait le plus grand bien de revenir, de jouer pour une très bonne équipe en vue du tournoi de la Coupe Memorial, qui sera présenté ici à Windsor. Mais c’est une décision qui appartient aux dirigeants du Canadien, et je sais qu’ils prendront la bonne. »

DÉFENSEUR OFFENSIF

En débarquant au centre d’entraînement de Brossard cette semaine, Sergachev a admis que le souhait des dirigeants de son club à Windsor était un retour dans les rangs juniors.

« Ils pensent que j’ai besoin d’une autre année pour me développer là-bas, afin de pouvoir prendre part au tournoi de la Coupe Memorial, a-t-il expliqué. Les gens du Canadien ne m’ont encore rien dit à ce sujet. »

« Je suis seulement ici pour montrer aux entraîneurs ce que je peux faire. »

— Mikhaïl Sergachev

Sergachev porte déjà l’étiquette de défenseur à caractère offensif, un titre sans doute acquis à la suite de sa saison de 57 points en 67 matchs l’année dernière, sa première dans la Ligue de hockey junior de l’Ontario. Une année qui s’est conclue de spectaculaire façon pour lui, qui a été sacré meilleur défenseur du circuit en avril.

« Je veux améliorer mon jeu défensif et je veux aussi marquer des buts », a-t-il offert comme réponse quand on lui a demandé ce qu’il avait à faire pour devenir un meilleur joueur.

Warren Rychel, lui, se souvient du moment précis, la saison dernière, où son jeune défenseur s’est mis à se transformer pour le mieux. « C’était lors du temps des Fêtes. À un certain moment, il a pris beaucoup d’assurance. Il ne lançait jamais très fort et puis là, à un moment, il s’est mis à faire des tirs sur réception qui avaient cette puissance… et c’est là qu’il a pris sa place avec notre attaque massive. Ce gars-là est un vrai. »

DES CHOSES À APPRENDRE

En attendant, les paris sont ouverts. Le Canadien, traditionnellement, n’est pas du genre à ouvrir les portes de son temple à des joueurs de 18 ans, et tout porte à croire que Mikhaïl Sergachev, après seulement une année en Amérique du Nord, a encore des choses à apprendre dans les rangs juniors.

« Mais on ne trouve pas tous les jours des défenseurs comme lui, qui sont gros et qui peuvent très bien jouer autant en attaque qu’en défense, de conclure Warren Rychel. Qui sait ? S’il y a des blessures chez le Canadien, ce sont des choses qui arrivent, ça peut changer les choses. Et si le Canadien ne le garde pas à Montréal, ça va me faire plaisir d’aller le chercher en voiture ! »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.