Analyse

L’heure du bilan

Opposés à l’équipe B des Tiger-Cats, hier soir à Hamilton, les Alouettes l’ont emporté, 30-28. Ils ont ainsi conclu leur saison avec une fiche de 5-13 grâce à cette deuxième victoire d’affilée.

L’attaque des Alouettes a connu un deuxième bon match de suite, tandis que la défense a provoqué 4 revirements. Les visiteurs n’ont jamais tiré de l’arrière dans la rencontre.

Une victoire qui semblait dans la poche pendant presque tout le match a toutefois failli glisser des mains des Alouettes. Les Tiger-Cats, qui jouaient sans une dizaine de leurs meilleurs joueurs, dont le quart-arrière Jeremiah Masoli, sont passés bien près de l’emporter. Le botteur Lirim Hajrullahu a cependant raté une tentative de placement de 49 verges sur le dernier jeu du match.

C’est Johnny Manziel qui a amorcé le match au poste de quart chez les Alouettes. Il a relativement bien fait, lançant notamment sa 6e passe de touché de la saison.

Antonio Pipkin a pris le relais à partir du deuxième quart et a été l’étoile de la rencontre. Pipkin a fini le match avec 217 verges par la passe, une passe de touché et deux touchés au sol. Matt Shiltz a également obtenu du temps de jeu au quatrième quart. Il a été victime d’une interception qui a redonné vie aux Tiger-Cats dans les dernières minutes.

Le receveur le plus productif et le plus constant des Alouettes en 2018, Eugene Lewis, a marqué les deux touchés des siens par la voie des airs.

C’est autour de Lewis, du porteur de ballon William Stanback et de leur groupe de jeunes quarts que les Alouettes devront construire leur attaque.

La ligne offensive a quant à elle accordé 4 autres sacs. Au total, c’est 67 sacs que l’équipe de Mike Sherman a permis. C’est 22 de plus que toute autre équipe du circuit.

Le facteur Trestman

Les joueurs des Alouettes rencontreront les médias pour une dernière fois avant de partir en vacances, ce matin. En fin de soirée, hier, on ne savait toujours pas quand l’état-major du club ferait la même chose.

Les victoires des Alouettes contre les Argonauts de Toronto et les Tiger-Cats en fin de saison auront-elles suffi à convaincre Robert et Andrew Wetenhall que leur équipe s’en allait réellement dans la bonne direction ?

Est-ce que le congédiement de Marc Trestman par les Argonauts, annoncé hier matin, changera la donne ? Wetenhall père et Trestman avaient une très bonne relation, à l’époque où ce dernier dirigeait à Montréal. Les Wetenhall songeraient-ils sérieusement à ramener Trestman dans leur organisation ?

Il y a également le dossier Kavis Reed. Le président Patrick Boivin a récemment indiqué que Reed continuait de mener son plan. Est-ce que les Wetenhall ont encore une aussi grande confiance en ce plan que Boivin ?

L’heure de la retraite ?

Plusieurs joueurs ont peut-être disputé le tout dernier match de leur carrière, hier soir. Luc Brodeur-Jourdain, John Bowman, Chip Cox et Stefan Logan sont les quatre dont les probabilités qu’ils prennent leur retraite – de leur plein gré ou pas – semblent les plus élevées.

Il serait étonnant que des annonces surviennent aujourd’hui, mais il sera assurément question de l’avenir de ces vétérans. Au moins, s’ils choisissent de tirer leur révérence, ils auront pu savourer la victoire lors de leur dernier match local, dimanche dernier, et à leur toute dernière partie, hier. Et compte tenu de la façon dont les deux dernières années se sont déroulées, ce n’est pas rien.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.