Chronique

Pas de crash pour Clash

La série Clash, une nouveauté attendue de Super Écran et VRAK, tient très bien la route. Pas de dérapage scénaristique ici, ni d’accident de casting ou de contravention pour invraisemblance.

Cette quotidienne destinée à un public de jeunes adultes réunit un noyau d’acteurs montants fort doués. Je pense ici à Alex Godbout et à Alexandre Nachi, qui incarnent dans Clash deux joueurs de soccer de 20 ans, Christophe et Robin, handicapés dans un grave accident d’auto. Les deux jeunes hommes fréquenteront le centre de réadaptation L’Atrium, le point d’ancrage où se posent presque tous les personnages de cette série écrite par Martine D’Anjou (O’, Sur-Vie).

Après un passage remarqué dans Fugueuse, l’actrice Ludivine Reding campe Jasmine, la copine danseuse professionnelle de Christophe (Alex Godbout). Jasmine, Christophe et Robin (Alexandre Nachi) roulaient dans la même voiture, qui a fini sa trajectoire, écrabouillée, quasiment dans le fossé.

Mais que s’est-il vraiment passé dans les minutes ayant précédé cette sortie de route catastrophique, qui a seulement épargné Jasmine ? 

Clash comporte un volet « suspense policier » habilement tricoté. Un criminel bien connu est mêlé à cette affaire glauque qui a brisé des rêves et des amitiés.

Le premier épisode de Clash, rythmé par You Can’t Always Get What You Want des Rolling Stones, roule à fond la caisse. L’histoire progresse rondement et, dans un ballet bien chorégraphié, nous découvrons une bonne partie des protagonistes de ce feuilleton qui plaira aux fans de L’académie, Jérémie, La dérape ou Le chalet.

À l’écran, ça paraît que l’équipe de District 31 œuvre également sur Clash. Vous y retrouverez le même style nerveux et la cadence rapide propre au poste 31.

Avant de poursuivre, sachez que Super Écran relaiera Clash en rafale à partir de samedi à 19 h 30. Quatre épisodes collés et réarrangés pour épouser la forme d’un film de 84 minutes, sans publicité. Le 5 novembre, Clash atterrira sur VRAK à raison d’un épisode par jour, du lundi au jeudi, à 19 h 30, tout de suite après District 31 à Radio-Canada.

De retour aux intrigues, en plus des deux stars du soccer, vous découvrirez la mannequin Arielle (Rose-Marie Perreault), qui a subi de graves brûlures. Il y a aussi l’étudiant en biologie David (Félix-Antoine Cantin), victime d’une agression sauvage, qui a dégénéré en AVC. Il est attachant et rigolo, ce David. Sa blonde Jessica, tout aussi sympathique, est jouée par Laurence Latreille, alias Ariane dans Fugueuse.

La distribution de Clash est imposante et l’énumérer au complet vous perdrait dans des détails peu utiles pour le moment. 

Sachez toutefois que Chantal Fontaine incarne la travailleuse sociale responsable de Christophe, Robin, David et Arielle. Joey Scarpellino interprète le petit ami acteur de la top-modèle Arielle.

Clash explore également les relations tendues entre les parents et leurs enfants adultes. Dans plusieurs cas, c’est loin d’être évident. Le personnage de pianiste d’Evelyne de la Chenelière est particulièrement tordu et complexe. Préparez-vous à au moins deux triangles amoureux.

Et malgré la lourdeur des sujets abordés, Clash garde un ton optimiste. Les liens qui unissent les éclopés se solidifieront au fil des semaines. En fait, Clash, c’est un récit sur la résilience et l’amitié.

J’ai vu les quatre premiers épisodes hier et j’en aurais regardé davantage, ce qui est bon signe. À la quatrième demi-heure, l’utilisation de la chanson Fille de personne II d’Hubert Lenoir vous décrochera assurément un sourire.

Les plaintes de son (bis)

Est-ce l’humidité qui a déréglé votre oreille interne ou l’eau de piscine qui obstrue encore votre canal auditif ? Depuis lundi soir, les courriels de plaintes sur les séquences inaudibles dans vos séries préférées s’entassent de nouveau dans ma boîte.

Et elles visent presque toutes les productions : Le jeu, Demain des hommes, Discussions avec mes parents, Blue Moon, Faits divers, alouette. Vous n’entendez rien, vous devez ajouter les sous-titres ou reculer trois fois pour tout comprendre.

J’en profite pour repasser une 63e fois le message aux producteurs et aux diffuseurs. Baissez donc le son de la musique ambiante, augmentez celui des répliques, et votre public râlera peut-être un peu moins, merci.

Égalité pour Unité 9 et O’

Les séries Unité 9 (989 000) et O’ (922 000) ont pratiquement terminé à égalité dans la course aux cotes d’écoute mardi soir. C’est rare que les détenues de Lietteville souffrent autant devant les membres de la famille O’Hara.

À 21 h, L’heure bleue (871 000) de TVA a doublé le premier épisode de Faits divers 2 (422 000) à Radio-Canada. Sans surprise, District 31 demeure au top du palmarès des séries les plus regardées, avec 1 222 000 fans. Le tricheur s’en sort toujours bien en compagnie de ses 930 000 accros.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.