LECTURE

Comprendre le stress pour mieux le combattre

On peut généralement associer le stress à une absence de plaisir. Si notre environnement de travail nous déplaît, les risques de succomber à un état d’esprit négatif à long terme sont grands. Dans Vivement lundi !, la formatrice, coach professionnelle et conférencière Brigitte Durruty tente de comprendre les origines du stress afin de mieux décortiquer et stopper la « bête » qui nuit à notre épanouissement en milieu de travail.

« Quand on vit une absence de bien-être et de fluidité au travail, on a de la difficulté à prendre du recul », explique Mme Durruty. La formatrice française s’appuie sur une approche neurocognitive et comportementale (issue des neurosciences psychologiques) qui s’attarde au fonctionnement du cerveau dans la prise quotidienne de décision.

Le stress, dit-elle, évolue en trois phases qui épuisent le corps : l’alarme, la résistance et l’épuisement. Il a besoin d’un terrain fertile pour se développer et s’installe lorsqu’une personne se trouve dans les trois états suivants : 

– Inquiétude : c’est le moment de la fuite quand se déclarent les premiers signaux. Avec des émotions ressenties comme l’affolement, l’anxiété, la gêne et la peur.

– Colère : c’est le moment de la lutte. Celui où on considère que l’on a raison et que l’autre a tort. On vit avec la contrariété, l’agacement, l’énervement et l’agressivité.

– Lassitude ou tristesse : c’est le moment de l’abattement, de l’amertume, de l’inhibition ou du « moral à zéro »…

Or, plus la situation est potentiellement grave, plus on a intérêt à garder la maîtrise de la situation. Selon Mme Durruty, l’humain a toutes les capacités de création, même en situation extrême. Les solutions sont en lui. « Nous avons tous et toujours la capacité de changer notre état d’esprit. Un état "adaptatif", ça s’entraîne. Il faut se servir davantage de la partie "intelligente" de notre cerveau. »

Le stress, fait-elle comprendre, peut perdurer chez quelqu’un qui refuse de remettre en question ses certitudes, chez quelqu’un qui demeure dans un état d’esprit « sur le pilote automatique ». La réponse au stress se trouve plutôt, croit-elle, dans le système adaptatif, dont on a malheureusement pas assez conscience et que l’on n’exploite pas suffisamment.

Mme Durruty scinde l’état adaptatif en six différentes fonctions (ou piliers) qui devront être stimulées afin de se libérer de l’empire du stress : être curieux et ouvert, s’adapter au contexte et accepter la réalité, nuancer les choses, relativiser les événements, réfléchir et s’appuyer sur son opinion personnelle.

Chacun de ces piliers antistress est détaillé dans le livre.

Vivement lundi !, Comprendre le stress pour être heureux au travail

Brigitte Durruty

Les Éditions de l’Homme

210 pages, 24,95 $

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.