NFL

Trois matchs à ne pas rater

Nouvelle-Angleterre au Tennessee, demain, 13 h

Il y a plusieurs anciens Patriots chez les Titans, dont leur entraîneur-chef Mike Vrabel, qui a gagné trois Super Bowls comme secondeur avec les Pats. Le demi offensif Dion Lewis et les demis de coin Logan Ryan et Malcolm Butler ont également savouré des championnats en Nouvelle-Angleterre avant d’accepter des offres plus riches des Titans. Malgré les blessures de Rob Gronkowski et de Sony Michel, les Patriots ont remporté leurs six derniers matchs. Les Titans sont quant à eux restés dans la lutte pour une place dans les éliminatoires avec leur victoire de lundi à Dallas.

Miami à Green Bay, demain, 16 h 25

Les Dolphins ont perdu leur quart partant, Ryan Tannehill. Leur groupe de receveurs est l’un des plus faibles de la NFL. Leur défense est correcte, sans plus, et la discorde au sein de l’organisation semble faire partie de leur quotidien. Malgré tout ça, l’équipe d’Adam Gase montre une étonnante fiche de 5-4. Brock Osweiler y est pour beaucoup, ayant offert un rendement plus qu’honnête depuis qu’il a remplacé Tannehill. À Green Bay, le temps commence à manquer pour les Packers. Avec les Vikings et les Bears qui connaissent de bonnes saisons, les Packers devront probablement gagner au moins six de leurs huit derniers matchs pour se donner une chance d’accéder aux éliminatoires.

Dallas à Philadelphie, demain, 20 h 20

Troy Aikman a dit en début de semaine que les Cowboys devaient procéder à des changements organisationnels s’ils veulent connaître plus de succès. Traduction libre : Jerry Jones doit céder son poste de directeur général. Ça fait longtemps qu’on en parle, mais ça n’arrivera pas. Les Eagles ont obtenu le receveur Golden Tate à la date limite des échanges et restent donc convaincus qu’ils peuvent devancer les Redskins et gagner l’Est de la Nationale. Et avec un quart comme Carson Wentz et un très bon groupe de receveurs à sa disposition, aucune équipe ne souhaiterait se frotter aux champions défendants en janvier.

NFL

Changements majeurs à l’horizon chez les Ravens

Les Ravens de Baltimore sont en relâche cette semaine et c’est une très bonne chose pour eux. Car on soupçonne que tout le monde dans le club avait besoin d’une petite pause.

C’est la dernière saison du vénérable Ozzie Newsome cette année. En 2002, l’ancien ailier rapproché des Browns de Cleveland est devenu le premier Afro-Américain à officiellement obtenir un poste de directeur général dans la NFL. Or, il est avec les Ravens depuis leur toute première année d’existence, en 1996, et a été l’architecte de leur première équipe championne, en 2000.

Il était déjà convenu depuis 2013 que Newsome céderait son poste à Eric DeCosta, son assistant de longue date, au terme de la saison de 2018.

Le dernier tour de piste de Newsome s’est très bien amorcé. Les Ravens ont gagné trois de leurs quatre premiers matchs, dont un au Heinz Field contre leurs ennemis jurés, les Steelers. À ce moment, Baltimore semblait être l’équipe à battre dans la division Nord de l’Association américaine.

Tout s’est écroulé depuis. Les Ravens ont perdu quatre de leurs cinq dernières parties et l’avenir de John Harbaugh et de Joe Flacco avec l’équipe n’a jamais semblé aussi précaire.

Harbaugh et Flacco sont arrivés chez les Ravens à quelques mois d’intervalle, en 2008. Aidés par une redoutable défense qui aura un jour trois de ses membres au Temple de la renommée (Ray Lewis, Ed Reed et Terrell Suggs), Harbaugh et Flacco ont participé aux éliminatoires à leurs cinq premières saisons.

Les Ravens ont même gagné au moins un match éliminatoire tous les ans de 2008 à 2012. En 2014, ils sont devenus la première équipe de l’histoire de la NFL à gagner 10 matchs éliminatoires à l’étranger.

Le zénith

C’est toutefois après la saison de 2012 que Flacco et les Corbeaux ont atteint le zénith. Flacco a lancé 11 passes de touchés et aucune interception dans les 4 victoires des siens, dont celle contre Colin Kaepernick et les 49ers de San Francisco au Super Bowl.

Les Ravens lui ont donc accordé un contrat de six ans d’une valeur de 120,6 millions peu de temps après cette conquête. Trois ans plus tard, Flacco a obtenu une nouvelle prolongation de trois ans pour 66,4 millions. Au total, c’est donc 187 millions pour neuf ans.

Le problème, c’est que les performances de Flacco régressent depuis sa victoire au Super Bowl. Les Ravens l’ont mieux entouré en transformant entièrement leur groupe de receveurs pendant la saison morte, des changements qui ont donné de bons résultats en septembre : 1252 verges (moyenne de 313 par match), 8 touchés et 2 interceptions.

Ça s’est gâté depuis, au point où Harbaugh a dû annoncer que Flacco resterait le partant de l’équipe au retour de la relâche.

Mais pour combien de temps ? Lamar Jackson souffle au cou de Flacco et fait déjà partie de l’attaque. Il est parfois utilisé comme quart, d’autre fois comme ailier espacé.

Lors de la défaite des Ravens contre Pittsburgh, dimanche dernier, Jackson a été laissé sans surveillance dans la zone des buts sur un jeu en particulier. Flacco ne l’a pas vu – ou l’a ignoré – et les Ravens ont finalement dû se contenter d’un placement. Flacco n’a pas apprécié que les Ravens repêchent Jackson en fin de première ronde, en avril dernier, et ça paraît.

Sept matchs pour sauver leur poste

Le propriétaire des Ravens, Steve Bisciotti, n’a pas caché qu’il avait sérieusement songé à congédier Harbaugh, l’hiver dernier. Les Ravens venaient de rater les éliminatoires pour une troisième année de suite.

DeCosta voudra-t-il repartir à neuf avec un entraîneur-chef qu’il aura lui-même choisi ? Et avec Jackson aux commandes de l’attaque ? En remerciant Flacco, les Ravens gagneraient beaucoup de flexibilité en ce qui concerne le plafond salarial pour les prochaines années.

C’est clair, la seule façon pour Harbaugh et Flacco de bloquer des changements majeurs, c’est de gagner. Les Ravens ont actuellement une fiche de 4-5. Pour sauver la saison des Ravens et leur poste, ils ne peuvent pratiquement plus perdre.

Les prédictions de Miguel Bujold

Detroit à Chicago : Chicago

La Nouvelle-Orléans à Cincinnati : La Nouvelle-Orléans

Atlanta à Cleveland : Atlanta

Nouvelle-Angleterre au Tennessee : Nouvelle-Angleterre

Jacksonville à Indianapolis : Jacksonville

Arizona à Kansas City : Kansas City

Buffalo chez les Jets de NY : Jets de NY

Washington à Tampa Bay : Tampa Bay

Chargers de LA à Oakland : Chargers de LA

Miami à Green Bay : Green Bay

Seattle chez les Rams de LA : Rams de LA

Dallas à Philadelphie : Philadelphie

Giants de NY à San Francisco : San Francisco

La semaine dernière : 10-2

Total de la saison : 81-42-2

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.