Sondage

L’athlète québécois de la décennie

La Presse vous invite à choisir l’athlète québécois qui a le plus marqué la dernière décennie sportive. L’équipe des sports a présélectionné 16 candidats, à vous de faire le reste !

Méthodologie

L’équipe des sports a présélectionné 16 noms puis déterminé les confrontations du premier tour par tirage. Le vote est entièrement entre les mains des lecteurs.

Erik Guay
Ski alpin

LE PLUS GRAND SKIEUR DE L’HISTOIRE DU PAYS

Victime d’une grave blessure à un genou quelques semaines après son premier podium en Coupe du monde, en 2003, ralenti ensuite par des maux de dos récurrents, Erik Guay aurait très bien pu passer comme une étoile filante dans le firmament du ski alpin canadien.

L’athlète de Mont-Tremblant a plutôt retroussé ses manches, a pris sa carrière et sa santé en main pour devenir, à force de détermination et de conviction, le plus grand skieur de l’histoire du pays.

Sa décennie sur les pentes a commencé par deux cinquièmes places aux Jeux olympiques de Vancouver. En descente et en super-G, il a raté le podium par 24 et 3 centièmes, des écarts qui le hanteront jusqu’à la fin de sa carrière, mais qui témoignent en même temps de sa faculté de skier à son mieux quand la pression est à son comble.

Dans la foulée des Jeux, Guay est monté trois fois sur le podium en Coupe du monde, décrochant le globe de cristal du super-G grâce à une victoire aux finales de Garmisch-Partenkirchen.

Ce n’était qu’un début. Le descendeur a ajouté 12 podiums à son palmarès, portant son total à 25, soit 5 de plus que Steve Podborski, légendaire Crazy Canuck.

L’hiver suivant, Guay a été sacré champion du monde de la descente, toujours à Garmisch, station de Bavière où il vivra plusieurs de ses plus beaux moments.

Malgré un autre coup dur aux Jeux de Sotchi, où il s’est présenté le genou en compote, le père de trois filles (aujourd’hui quatre) a continué de se réinventer, tout en exerçant le leadership d’une équipe canadienne parfois instable.

En 2017, Guay a réalisé son plus grand exploit à Saint-Moritz : un deuxième titre mondial (en super-G) et une médaille d’argent en descente. À 35 ans, il devenait alors le plus vieux champion de l’histoire.

Une autre blessure l’a empêché de prendre part aux Jeux de PyeongChang. Il s’est retiré l’automne dernier après une tentative de retour à Lake Louise, là où tout avait commencé pour lui. À 37 ans, il a quitté la compétition sous les louanges de ses plus grands concurrents, dont le Norvégien Aksel Lund Svindal. Sur ses jambes et avec toute sa tête, qu’il mettra dorénavant à contribution pour Canada Alpin.

Eugenie Bouchard
Tennis

Une étoile, assurément

D’Eugenie Bouchard, nous retenons sa chute spectaculaire. Mais pour tomber de si haut, encore faut-il avoir atteint le sommet.

Triple championne junior de Wimbledon, l’athlète de Westmount réussit avec brio son passage chez les pros. À l’automne 2013, à 19 ans, elle se qualifie pour sa première finale de la WTA, à Osaka. Quelques semaines plus tard, elle reçoit le titre de « révélation de l’année ». Sa carrière décolle.

Début 2014, Bouchard participe à la demi- finale des Internationaux d’Australie. Aucune Canadienne avant elle ne s’est rendue aussi loin dans un tournoi du Grand Chelem. En mai, elle gagne le tournoi de Nuremberg, puis s’incline en demi-finale de Roland-Garros contre la future gagnante, Maria Sharapova. En juin, à Wimbledon, elle remporte toutes ses manches jusqu’à la finale, perdue contre Petra Kvitova.

Pendant ces six mois, Bouchard bat notamment Venus Williams, Angelique Kerber, Simona Halep, Ana Ivanovic et Karolina Pliskova. Cinq joueuses qui occuperont le premier rang mondial.

Cette séquence lui vaut une notoriété instantanée. Au Québec, bien sûr, où plus de 700 000 téléspectateurs regardent en direct la finale de Wimbledon à RDS. Mais aussi à l’international. Elle devient le visage de la WTA. Elle fait la une des magazines de sport et de mode, en Amérique comme en Europe. Elle signe d’importantes ententes de commandite avec des géants comme Nike, Colgate et Coca-Cola. Elle compte aujourd’hui plus de deux millions d’abonnés sur Instagram.

Avec du recul, Eugenie Bouchard fut-elle une étoile filante ? Peut-être. Mais une étoile qui nous aura tous éblouis.

Très, très, très fort.

VOTEZ

https://paroleauxlecteurs.lapresse.ca/index.php?r=survey/index&sid=72739&lang=fr&userInfo=true

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.