États-Unis

Spectaculaire explosion dans une usine chimique du Texas

Trois personnes ont été blessées mercredi avant l’aube lors d’une explosion dans une usine chimique du Texas, un bilan qualifié de « miracle » par les autorités locales, qui ont décrété par précaution l’évacuation obligatoire de la population aux alentours.

Des vidéos et photos diffusées sur les réseaux sociaux montrent une énorme explosion et une boule de feu dans l’atmosphère. Les pompiers ont exigé une évacuation dans un rayon de 800 mètres autour de l’usine.

« Nous nous sommes réveillés avec du verre partout sur nous, des parties du plafond affaissées et des portes arrachées » par le souffle de l’explosion, a raconté à l’AFP Ryan Mathewson, 25 ans, qui vit tout près de l’usine avec sa famille.

Un juge local, Jeff Branick, a déclaré au site local d’informations KFDM News que trois personnes avaient été blessées, mais qu’aucune mort n’était à déplorer, ce qu’il a qualifié de « miracle ».

Un ouvrier souffre de brûlures et a été transporté par hélicoptère vers un hôpital de Houston. Les deux autres blessés ont été victimes de fractures, l’un au poignet, l’autre à la jambe. L’un des deux était déjà sorti de l’hôpital mercredi matin, a ajouté le juge.

Aucun des salariés travaillant sur le site au moment de l’accident n’est porté disparu. Plus de 200 personnes travaillent dans l’usine, selon le site internet du groupe TPC, qui exploite l’usine pétrochimique.

TPC a indiqué que l’explosion avait eu lieu dans une « unité de traitement » vers 1 h du matin et que le site avait été entièrement évacué. L’usine produit du butadiène, gaz inflammable notamment utilisé dans la production de caoutchouc synthétique et dans des mélanges pétrochimiques.

— Agence France-Presse

Hong Kong

La Maison-Blanche promulgue une loi soutenant les manifestants

Dans le face-à-face tendu entre le camp prodémocratie à Hong Kong et Pékin, le président des États-Unis, Donald Trump, a finalement choisi de soutenir les manifestants au risque de se mettre à dos les autorités chinoises, avec lesquelles il cherche à sceller un accord commercial depuis des mois. Après quelques jours d’hésitation, le milliardaire républicain a finalement promulgué en loi mercredi soir l’« acte de 2019 sur les droits de la personne et la démocratie à Hong Kong ». Des sénateurs des deux côtés politiques ont immédiatement salué la décision du chef de la première puissance mondiale. Approuvée une semaine plus tôt à une écrasante majorité par le Congrès, cette résolution menace de suspendre le statut économique spécial accordé par Washington à l’ancienne colonie britannique si les droits des manifestants ne sont pas respectés. La réaction de Pékin n’a pas tardé. Le gouvernement chinois a menacé jeudi de prendre « des mesures de représailles ». La loi promulguée par Washington « est une abomination absolue et dissimule de sinistres intentions », a estimé Pékin, ne précisant pas quelles mesures pourraient être prises.   — Agence France-Presse

États-Unis

Trump se présente en Rocky sur Twitter

Le président américain Donald Trump a tweeté mercredi un photomontage dans une allusion apparente au « torse magnifique » dont il s’est vanté pour rejeter les rumeurs sur sa santé. Visage sérieux, regard frondeur, ceinture dorée de champion, gros gants rouges de boxe et corps huilé devant les cordes du ring : l’hommage à l’affiche du film Rocky III est évident. Avec pour seules différences le visage et la chevelure blonde du président de la première puissance mondiale à la place de l’acteur Sylvester Stallone, qu’il connaît et apprécie depuis longtemps. Ce tweet intervient après des spéculations sur son état de santé, à la suite d’une visite impromptue dans un hôpital militaire près de Washington, qui indignent le septuagénaire.

— Agence France-Presse

République démocratique du Congo

La rougeole a fait plus de 5000 morts en 2019

La rougeole a fait plus de 5000 morts en République démocratique du Congo depuis janvier, deux fois plus que l’épidémie de virus Ebola qui sévit depuis août 2018 dans ce pays, a annoncé mercredi l’Organisation mondiale de la santé (OMS). « La flambée en RDC est la plus grande du monde. C’est l’une des plus importantes que nous ayons vues », a dit Kate O’Brien, directrice du département d’immunisation de l’OMS, lors d’une conférence de presse à Genève. Elle a précisé qu’au 17 novembre, 250 270 cas et 5110 morts avaient été enregistrés en RDC. Mme O’Brien a souligné que l’épidémie s’était répandue « dans tout le pays » et que les plus vulnérables étaient « les enfants et les bébés ». 

— Agence France-Presse

Allemagne

Un diamant de 49 carats volé dans un musée

Un diamant de 49 carats figure parmi la dizaine de pièces volées lundi lors d’un cambriolage spectaculaire dans un musée de Dresde, dans l’est de l’Allemagne, a annoncé mercredi la direction du musée Grünes Gewölbe. Les voleurs, toujours recherchés, se sont emparés d’une dizaine de pièces comportant au total plusieurs « centaines » de diamants. Onze pièces ont été volées complètement, tandis que des parties individuelles de trois autres pièces manquaient également. Le blanc de Dresde, également appelé Diamant blanc de Saxe, est l’un des joyaux les plus précieux de la collection de l’ancien souverain saxon Auguste le Fort, prince-électeur de Saxe et roi de Pologne au XVIIIe siècle. 

— Agence France-Presse

Grèce

L’ONU exhorte Athènes à améliorer les conditions des migrants

La Grèce doit « intervenir » d’urgence pour améliorer les conditions « misérables » et inacceptables dans ses camps de migrants surpeuplés, a exhorté mercredi le haut commissaire de l’ONU aux réfugiés en visite à Lesbos. Médecins sans frontières (MSF) plaide pour sa part pour que les migrants vulnérables soient « évacués d’urgence ».

« Quelle que soit la situation de ces gens, nous ne pouvons accepter qu’ils vivent dans des conditions si misérables, exposés à la violence et à l’exploitation », a plaidé le chef du Haut Commissariat aux réfugiés (HCR) Filippo Grandi, après avoir visité le camp de Moria.

« Ces conditions de vie nécessitent une amélioration urgente », a-t-il ajouté.

Refonte des camps

Sa visite intervient alors que le gouvernement grec a annoncé un vaste programme de refonte des camps de demandeurs d’asile dans les cinq îles égéennes les plus exposées en raison de leur proximité avec la Turquie.

Ces centres, prévus pour accueillir environ 7000 personnes, mais dans lesquels se trouvent plus de 39 000 migrants, sont devenus des zones d’attente pour les demandeurs d’asile qui patientent pendant des mois, voire des années, jusqu’à ce que leur demande soit traitée.

Le gouvernement conservateur de Kyriakos Mitsotakis a annoncé la semaine dernière la fermeture des trois camps les plus surpeuplés et les plus insalubres et leur remplacement par des centres fermés, afin de tripler la capacité d’accueil des îles de Lesbos, Samos et Chios.

Conditions détériorées

Les conditions se sont encore détériorées avec les pluies abondantes des derniers jours dans le camp surpeuplé de Moria, qui compte 16 000 migrants, selon le HCR, soit plus du triple de sa capacité.

« La situation est vraiment très mauvaise, a rapporté Sleem, 22 ans, venu d’Irak. C’est le début de l’hiver, il pleut partout, les tentes ne peuvent pas y résister, rien ne peut résister à la pluie. Ils ne nous traitent pas comme des êtres humains ici. »

MSF sonne l’alarme

Le président international de MSF a par ailleurs demandé mercredi à Athènes d’« évacuer d’urgence » les migrants vulnérables qui se trouvent dans les camps surpeuplés des îles grecques.

Christos Christou a visité ces camps la semaine passée, et il a dénoncé lors d’une conférence de presse à Bruxelles des conditions comparables à celles observées dans des zones de guerre ou de catastrophe naturelle.

« Des milliers de personnes vivent dans des conditions inhumaines à l’approche de l’hiver », a estimé M. Christou, qui a montré du doigt les responsables européens, jugeant que leurs politiques infligent une souffrance « simplement impossible à mesurer ».

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.