Inspiration à l’horizon

Toronto et les tours Marilyn Monroe

Rappelant les courbes séduisantes de l’actrice Marilyn Monroe, les tours jumelles d’Absolute World ajoutent du mouvement et de la beauté à la silhouette rigide de Mississauga, en banlieue de Toronto. Fruits d’un concours international d’architecture, les deux gratte-ciel présentent un effet saisissant découlant d’une idée toute simple. Coup d’œil sur ces constructions aux formes de rêve.

Caractéristiques techniques

Date de construction : 2012

Nombre d’étages : 56 (1re tour) et 50 (2e tour)

Hauteur : 180 m (1re tour) et 161 m (2e tour)

Constructeur : Fernbrook Homes Cityzen Development Group

Architecte : Ma Yansong

La création en chiffres

Si la hauteur d’une cinquantaine d’étages paraîtrait plutôt modeste au centre-ville de Toronto, c’est amplement suffisant pour la banlieue de Mississauga. Les tours jumelles d’Absolute World sont les plus hautes du secteur, qui ne compte que six édifices de plus de 100 m.

À chaque étage, tout le plancher subit une rotation de 1 à 8 degrés (pour la première tour) ou de précisément 4 degrés (pour la deuxième). Résultat : la torsion évoque avec fluidité des courbes naturelles, comme les méandres d’une rivière. Entourés de balcons ininterrompus, les niveaux offrent des vues panoramiques imprenables, toutes légèrement différentes.

Cette idée d’apparence simple amène un défi de construction de taille : comme les éléments structuraux demeurent fixes au cœur d’un plancher rotatif, l’aménagement de chaque étage devient unique. Alors qu’un projet typique demande de trois à quatre mois de préparatifs avant le début de l’excavation, celui-ci nécessite une année complète.

Un premier concours international d’architecture en 40 ans

En novembre 1994, les promoteurs immobiliers Fernbrook Homes et Cityzen Development Group organisent une compétition internationale pour déterminer un design gagnant, la première du genre dans le Grand Toronto en plus de 40 ans. La Ville de Mississauga s’implique dans le développement et siège à la table des juges.

Après avoir reçu 600 lettres d’intention et 92 propositions, c’est l’idée de Ma Yansong, de la firme MAD Architects, qui conquit le cœur des décideurs.

Une tour trouve sa jumelle

À l’origine, il est prévu de ne construire qu’une seule tour à la forme distinctive. Cependant, quelques jours après le dévoilement des plans, tous les appartements sont déjà vendus  ! En réponse à la demande inattendue, les promoteurs achètent un terrain voisin et commandent un nouvel immeuble à l’architecte Ma Yansong.

L’artiste est catégorique : une seconde tour ne devrait pas être une simple copie de la première, mais plutôt un complément. Même si le deuxième édifice utilise la même technique de rotation des planchers, les angles et la progression sont tout autres, façonnant une silhouette à la fois apparentée et distincte.

Selon l’architecte, une seconde tour vient renforcer le concept original. Une seule construction aurait pu être vue simplement comme une jolie œuvre, mais c’est l’ajout d’une deuxième qui en fait un véritable milieu de vie.

Un accueil chaleureux

Alors que les tours jumelles répondent à la plupart des conventions des édifices en hauteur – un noyau central, une structure sobre et une façade de verre – , le résultat est perçu comme fondamentalement différent. Pendant le concours d’architecture, les résidents locaux ont été appelés à participer au choix de la proposition gagnante, pour mieux «  s’approprier  » l’immeuble et nourrir le sentiment d’appartenance.

Tant aux yeux du public que des médias, Absolute World est considéré comme un lieu inspirant, un édifice emblématique. Le surnom de « tours Marilyn » leur est attribué avec amour. Bien que d’autres constructions affichent des volumes curvilinéaires d’une grande complexité, les tours d’Absolute World y parviennent grâce à une idée d’une élégante simplicité, à l’exécution impeccable.

Source : Council on Tall Buildings and Urban Habitat

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.