Établissements de santé 

109 accidents mortels en six mois

Les accidents dans les établissements de santé du Québec ont causé la mort de 109 patients en six mois. À la source de la moitié de ces décès : les chutes. Elles représentent d’ailleurs le tiers des 219 234 événements indésirables déclarés par les établissements de santé dans le dernier registre des incidents et accidents survenus lors de la prestation de soins, rendu public hier. Le rapport démontre que les erreurs de médicaments et dans les tests diagnostiques sont encore très fréquentes.

Établissements de santé

69 831 erreurs de médication

Les omissions ou l’administration d’une mauvaise dose ou du mauvais médicament ont causé la mort de deux personnes au Québec entre le 1er avril et le 1er septembre, l’an dernier. Elles ont aussi coûté cher aux contribuables. Dans 2348 cas, les erreurs de médication ont engendré la prolongation de l’hospitalisation du patient victime de l’erreur. Exploiter un lit d’hôpital coûte 350 $ par jour à la société. La facture grimpe vite.

Établissements de santé

Violence, agressions et harcèlement

Le registre rapporte que 6917 utilisateurs du système de santé ont « possiblement » subi de la violence, des agressions ou du harcèlement lors de leur séjour dans un établissement de santé du Québec. La violence répertoriée a pu être physique, verbale, psychologique ou même sexuelle. Le tiers des victimes serait des personnes âgées de 75 ans et plus.

Établissements de santé

En baisse

Le registre des accidents et incidents, qui couvre la période entre le 1er avril et le 30 septembre 2012, relève les événements des plus banals à ceux causant la mort, déclarés par 268 établissements de la santé publics et privés dans l’ensemble de la province. C’est la quatrième fois que l’exercice est mené. Lors du troisième exercice, d’octobre 2011 à mars 2012, 225 642 incidents et accidents avaient été déclarés, dont 123 mortels. Les chutes et les erreurs de médication étaient les événements les plus répertoriés.

Établissements de santé

Échecs aux tests

Les erreurs dans les tests diagnostiques sont le troisième type d’événement indésirable le plus courant dans les établissements de santé. Elles ont été signalées dans 6917 tests diagnostiques, que ce soit lors du prélèvement, de l’entreposage ou relativement à l’heure de l’examen. Des erreurs d’identité, de salubrité et de stérilité ont aussi été répertoriées. Ces erreurs n’ont pas entraîné la mort de patients, mais l’hospitalisation de 451 personnes a dû être prolongée. Dans un cas, une intervention médicale pour maintenir la vie a dû être pratiquée.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.