Ontario

Savoureux détour par Almonte

À 40 minutes seulement au sud-ouest d’Ottawa, le village d’Almonte est le plus beau fleuron d’un chapelet de petits villages ontariens : Pakenham, Carp, Perth, etc. L’été, ce village de moins de 5000 âmes s’anime et se réchauffe pour une série de festivals d’été pas banals ! En attendant, il offre cafés, restaurants, boutiques et accueil d’une qualité vraiment exceptionnelle. À découvrir.

ALMONTE, ONTARIO — Le nom du village, Almonte, est une curiosité au sein de cette communauté de descendance surtout écossaise et irlandaise. Il vient du général Juan Almonte, qui avait combattu l’invasion américaine au Mexique dans les années 1830. Les loyalistes d’Almonte, eux-mêmes inquiets d’une éventuelle invasion américaine, avaient donc rebaptisé leur village – qui s’est appelé Shepherd’s Falls, Waterford et même Victoriaville – en l’honneur de cet homme dont le nom revenait souvent dans les nouvelles de l’époque.

Aujourd’hui, Almonte fait partie de la municipalité de Mississippi Mills. Pendant longtemps, l’économie du village a été basée sur ses moulins à textile. À un certain moment, il y en avait sept. Puis, ils ont été convertis en condos, en restaurants et autres commerces. Avec le temps, Almonte est devenu un havre de paix pour les citadins qui recherchent un rythme plus tranquille, sans renoncer à une certaine qualité de vie.

« Almonte n’est pas un village, c’est un culte culinaire ! », lance Drew Gilmour, copropriétaire de Hummingbirg Chocolate Maker. C’est d’ailleurs la chocolaterie ultra-artisanale qu’il a lancée avec sa femme Erica qui nous a d’abord mis la puce à l’oreille. Qu’une des rares entreprises canadiennes de chocolat bean-to-bar (expression anglophone désignant le chocolat fait à partir de la fève de cacao et non pas, comme la majorité, avec un chocolat de couverture) soit installée à Almonte inspirait une certaine confiance. Bref, c’est grâce à elle que nous nous sommes retrouvés sur les rives d’une rivière Mississippi glaciale et tumultueuse, en février dernier.

Même par temps frais, Almonte a beaucoup à offrir au visiteur « bon vivant » et consommateur « responsable ». La rue Mill est une succession de petites boutiques faisant un effort pour offrir des produits locaux et des restaurants qui cuisinent le meilleur de leur région.

« Almonte est une communauté tissée serrée et très consciente des enjeux sociaux, écologiques et économiques de la région », affirme Emily Arbour, propriétaire de la très charmante boutique Hello Yellow. La maman qui, dans une autre vie, travaillait en marketing à Toronto, est devenue fana du fait-main. Depuis 2010, elle organise le salon Handmade Harvest, qui cette année se tient les 3 et 4 mai et réunira plus de 55 exposants. La version culinaire, Harvest Food and Drink, a lieu en septembre.

L’été, un festival n’attend pas l’autre : musique celtique, Highland Games, marionnettes (Puppets Up !) et rassemblement de camions Volkswagen (Busfusion). Le village est en pleine effervescence.

Le professionnel de l’hôtellerie Rob Prior a d’ailleurs constaté que l’hébergement était insuffisant pour accueillir tous les visiteurs venus profiter des nombreux attraits du village. Il a donc ouvert le très charmant Almonte Riverside Inn & Kitchen. Quand il fait beau et chaud, on peut sauter dans la rivière à partir du quai de l’auberge et profiter de sa terrasse sur le toit pour faire bronzette.

Bref, Almonte n’a jamais été aussi prêt à recevoir !

Ontario

Equator

Déjà, avant d’arriver au village, on peut faire un arrêt chez Equator, le torréfacteur local. L’entreprise, née dans une petite maison d’Arnprior, près de la rivière des Outaouais, occupe maintenant un spacieux local aux portes d’Almonte dont la partie avant est un café et l’arrière, un atelier de torréfaction, un entrepôt et une salle de dégustation. Le propriétaire, Craig Hall, a reconnu l’importance du commerce équitable il y a 15 ans. Equator achète ses grains de la Coop de solidarité du café équitable, à Montréal. Il remet également 10 sous par livre de café à School Box, un organisme qui vient en aide à des écoles au Nicaragua. Bref, un café sans arrière-goût d’exploitation.

451, rue Ottawa

Ontario

Almonte Riverside Inn & Kitchen

Jusqu’à tout récemment, Almonte n’était pas très gâté en matière d’hébergement. Puis, Rob Prior, un professionnel de l’hôtellerie ayant travaillé dans plusieurs établissements, a décidé de remédier à la situation. Il a acheté la maison d’un juge à la retraite et l’a transformée en auberge de six chambres confortables et décorées avec soin. Pour l’instant, la portion « Kitchen » du Riverside est en redéfinition – avis aux intéressés, on cherche un ou une chef ! –, mais l’aubergiste prépare de délicieux et copieux petits-déjeuners dans la cuisine-salle à manger vitrée qui donne sur la rivière Mississippi. Entre 139 et 269 $.

451, rue Ottawa

Ontario

Tin Barn Market

Les deux propriétaires de cette petite caverne d’Ali-Baba se promènent dans les marchés de la Nouvelle-Angleterre, les bric-à-brac, les puces d’un peu partout et les antiquaires. Elles y dénichent des trésors, parfois un peu abîmés, qu’elles recyclent, réparent, réorientent puis revendent. Elles mettent également de l’avant les créations de quelques artisans locaux travaillant dans le même esprit qu’elles. Stylistes, décorateurs et accessoiristes, attention à votre portefeuille !

73, rue Little Bridge

Ontario

Hello Yellow

Emily Arbour travaillait en marketing à Toronto avant de revenir dans son village natal. En y remettant les pieds, elle a constaté qu’Almonte avait beaucoup changé, s’était peuplé de gens curieux et créatifs. Hello Yellow est sa deuxième boutique rue Mill – elle a vendu la première, qui était située presque en face. C’est le paradis du fait-main. Les habitués des salons d’artisanat montréalais reconnaîtront quelques créateurs, mais il y a aussi de jolies exclusivités du coin. À l’image de son nom, la boutique est charmante et colorée.

72, rue Mill

Ontario

Hello Yellow

Emily Arbour travaillait en marketing à Toronto avant de revenir dans son village natal. En y remettant les pieds, elle a constaté qu’Almonte avait beaucoup changé, s’était peuplé de gens curieux et créatifs. Hello Yellow est sa deuxième boutique rue Mill – elle a vendu la première, qui était située presque en face. C’est le paradis du fait-main. Les habitués des salons d’artisanat montréalais reconnaîtront quelques créateurs, mais il y a aussi de jolies exclusivités du coin. À l’image de son nom, la boutique est charmante et colorée.

72, rue Mill

Ontario

Pêches et poivre

Tenue par une Québécoise d’origine, cette épicerie fine répond aux besoins des gourmets les plus raffinés, avec ses nombreuses conserves, ses fromages, ses farines faites de céréales ancestrales et ses articles de cuisine fabriqués par des artisans. En tant que touriste, on y va pour faire provision du divin beurre de miel à la cannelle, de confitures locales et de savons faits de matières grasses recyclées. Tout le monde est gagnant !

89, rue Mill

Ontario

Mill Street Crepe Company

Pour le repas du midi, ce ne sont pas les options qui manquent à Almonte : le lumineux Palms Coffee Shop, l’historique Café Postino, dans l’ancien bureau de poste, le familial Foodies. Nous avons choisi la crêperie populaire, avec ses copieuses salades, ses soupes maison et, bien évidemment, ses crêpes salées et sucrées aux garnitures bien gourmandes.

14, rue Mill, 613-461-2737

Ontario

Heirloom
Café Bistro

Plusieurs personnes nous ont dit que ce grand restaurant au bord de la Mississippi est une attraction touristique à part entière. « Il y a des gens qui viennent à Almonte uniquement pour manger au Heirloom. » Sa réputation est peut-être un peu surfaite, mais cette table installée dans l’ancien Victoria Woolen Mill offre un cadre (historique) fort agréable et une cuisine locale réconfortante.

7, rue Mill

Ontario

Hummingbird Chocolate Maker

Créée il y a un an et demi par un couple de travailleurs humanitaires, Erica et Drew Gilmour, la petite chocolaterie artisanale a du mal à fournir. C’est avec de l’équipement maison « patenté » par Drew que les passionnés font du chocolat bean-to-bar, donc à partir de la fève de cacao. Nous vous parlerons davantage de cette chocolaterie dans le cahier Gourmand du 12 avril. À surveiller !

83, rue Little Bridge

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.