App Store

Payer pour se démarquer

Il est de moins en moins possible d’y échapper : pour se démarquer sur l’App Store, il faut payer. Parfois plus cher que pour développer son appli.

Pour faire la promotion de ses jeux, l’éditeur québécois de jeux mobiles Ludia peut dépenser jusqu’à 600 000 $ en une seule semaine. « Ça peut dépasser le budget de développement du jeu », confie le PDG, Alex Thabet.

Pour obtenir du succès, il faut frapper fort et rapidement, estime-t-il.

« C’est très important de concentrer nos efforts dans le moins de temps possible, de façon à se hisser dans le top 10 ou le top 5 des plus populaires sur l’App Store. Une fois qu’on est là, on commence à obtenir des téléchargements “organiques”. »

Il n’est pas le seul à s’être rendu à cette réalité.

« Il n’y a aucun doute, le budget de marketing doit être important », estime lui aussi Rémi Racine, PDG de Behaviour, aussi active dans les jeux vidéo. « Ça doit être au moins 50 % du budget de développement, sans quoi, ça va être difficile. Il y en a qui y arrivent, mais c’est difficile. »

Une bonne méthode, selon M. Racine, est d’« acheter » les 100 000 premiers utilisateurs, pour se constituer une base. « Même les gros jeux qui fonctionnent le font quand ils veulent modifier le profil démographique de leurs joueurs ou investir de nouveaux territoires », observe-t-il.

Le PDG du studio Sava Transmédia, Alain Tascan, estime pour sa part qu’il faut débourser entre 1 et 5 $ pour attirer chaque nouveau joueur. « En faisant cela, on peut espérer atteindre le top 20. Mais encore là, il faut réussir à y rester. »

Un nouveau venu : Facebook

Où investir cet argent ? Les possibilités sont variées et commencent inévitablement par la publicité mobile ou placée directement à l’intérieur d’autres jeux produits par le même éditeur ou un partenaire.

Un nouvel acteur important a toutefois fait son entrée sur ce marché il y a quelques mois : Facebook. L’application Facebook pour les appareils iOS et Android permet maintenant à des annonceurs de s’afficher dans son fil d’actualité. Quand le produit annoncé est une application mobile, on peut même insérer un bouton qui lance directement l’installation. La méthode fait fureur.

« Ils n’étaient pas là il y a un an et ils sont déjà devenus notre plus important canal », souligne Alex Thabet.

Ubisoft, qui a fait appel à ce procédé pour faire la promotion de son jeu mobile Watch_Dogs Live, estime que cette stratégie lui a permis de réduire son coût d’acquisition de 50 % et a généré 90 % des téléchargements.

« Ce placement a de nombreux avantages, car il permet d’accéder à une source de connexion mobile très importante sur notre cible et d’exploiter la richesse des possibilités de ciblage de Facebook », explique Lucile Bousquet, directrice sénior, marketing et communications.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.