abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
CHARTE DE LA LAÏCITÉ

Un débat dérape à l'UQAM

Un débat dérape à l’UQAM

Un débat sur la laïcité s’est transformé hier en tir groupé contre tous ceux qui ne défendaient pas l’interdiction du voile, et plus particulièrement contre la Fédération des femmes du Québec. Excédée d’être chahutée et interrompue, la présidente de la FFQ, Alexa Conradi, a claqué la porte, suivie quelques instants plus tard par le député de Québec solidaire Amir Khadir.

La véritable vedette de cet événement qui se déroulait à l’UQAM et qui était organisé par le Mouvement laïque québécois (MLQ) était Djemila Benhabib. Pratiquement chaque prise de parole de l’ex-candidate du Parti québécois était chaudement applaudie par une foule conquise.

« Les femmes en niqab sont du côté des oppresseurs », a-t-elle déclaré dans une diatribe enflammée rapidement noyée par les « bravos » de la foule. « Je ne peux pas dialoguer de quelque façon que ce soit avec les islamistes […] un océan de sang nous sépare », a-t-elle renchéri.

Si tous les invités s’entendaient sur la nécessité d’un État laïque, ils ne partageaient pas la même approche pour y parvenir. Une majorité de personnes dans la foule, dont plusieurs étaient membres du MLQ, appuyaient de nombreux aspects de la Charte des valeurs de laïcité du Parti québécois.

En milieu de débat, Mme Benhabib a attaqué la FFQ en affirmant que la Fédération était favorable au port du niqab pour les éducatrices en garderie. Mme Conradi, les joues rougies par l’impatience, s’est aussitôt défendue en expliquant que la FFQ avait brièvement laissé entendre qu’elle y était favorable, en 2012, avant de corriger le tir.

« La FFQ ne soutient pas le port du niqab dans les garderies subventionnées… on ne soutient le niqab nulle part ! », a précisé la présidente, sur un ton irrité.

Mme Conradi ne souhaitait pas parler des signes ostentatoires, mais plutôt des écoles privées confessionnelles subventionnées ou de l’exclusion qui crée un terreau fertile pour le fondamentalisme religieux, selon elle. Mais le public revenait systématiquement à la question du voile.

Le professeur à la faculté de droit de l’Université de Montréal Daniel Turp, qui animait le débat, a invité la foule à faire preuve d’un peu plus de retenue.

« C’est comme dans les pays arabes, on ne peut plus s’exprimer ! », a rétorqué une vieille dame. La consigne n’a pas été respectée.

« Salle hostile »

Galia Vaillancourt, ex-candidate de Coalition Montréal, s’est avancée au micro pour dénoncer l’arrivée en politique municipale de Mindy Pollak, une juive orthodoxe qui ne défendra, selon Mme Vaillancourt, que les intérêts de sa communauté.

Luc Lemoine, un ancien directeur d’école de Côte-des-Neiges, s’est dit indigné que des enfants en bas âge « subissent » le ramadan.

Mme Conradi tentait d’intervenir en affirmant que plusieurs craintes ne reposaient que sur de mauvaises interprétations. Mais la foule criait qu’il s’agissait plutôt de faits. Après quelques échanges, elle s’est levée et a quitté la salle.

« C’est une salle hostile », a ajouté M. Khadir qui a claqué la porte à son tour, quelques minutes plus tard. « Tu n’es plus à la hauteur de ce que tu as déjà été », lui a balancé une dame du fond de la salle.

« Je suis choquée par la violence de l’auditoire et son incapacité à écouter une opinion différente. Les personnes huaient… j’ai posé une question et c’était intimidant. Je suis vraiment inquiète », a soupiré Sonia Djelidi à la sortie du débat.

« On déplore la façon dont ça s’est terminé, a reconnu Lucie Jobin, présidente du MLQ. Il y a eu un malentendu et [Mme Conradi] a été insatisfaite du déroulement. Elle s’est sentie lésée et insultée, je crois. » Outre cet épisode, Mme Jobin soutient que plusieurs personnes ont pu faire entendre leur opinion.