Cuisine de rue

Coderre veut des camions « partout en ville »

Le maire veut étendre le projet de cuisine de rue
à travers la métropole l’an prochain, une sortie qualifiée d’« insultante » par les restaurateurs.

Un an après le retour de la cuisine de rue à Montréal après une absence de 66 ans, le maire Denis Coderre estime que le projet-pilote a fait son temps. L’an prochain, plus de camions sillonneront la métropole, et pas seulement l’arrondissement de Ville-Marie, a-t-il annoncé hier.

« Le projet-pilote, c’est assez, on va l’élargir partout en ville. Montréal, sa diversité, ce n’est pas seulement son centre-ville, c’est l’ensemble de ses arrondissements. Que ce soit à Rosemont, à Montréal-Nord, ailleurs… »

La cuisine de rue ne sera « probablement pas » offerte dans les 19 arrondissements, estime-t-il. « Évidemment, il y a toute une question de marché, de capacité, d’accessibilité. J’ai créé une table des maires exactement pour ça. »

Il se refuse en outre à préciser quel sera le nombre de camions autorisés – ils sont 30 cette année. Le maire a cité l’exemple du chalet du mont Royal et de la berge en face de l’île Sainte-Thérèse, à Pointe-aux-Trembles, comme des lieux d’intérêt.

« À chaque occasion, il peut y avoir des opportunités. Dans le contexte des célébrations du 375e, on va être en mesure de regarder où on peut avoir des points de chute de façon inclusive et complémentaire. Il y a plein de bouffe de rue à New York et ça n’empêche pas que les restaurants sont pleins pareil. »

MONTRÉAL « UNIQUE »

Badin, il a annoncé qu’il allait profiter de la conférence de presse d’hier matin pour goûter à l’un des hot-dogs de Sô6 (prononcer « saucisse »), restaurateur qui fait partie du projet-pilote cette année. Quel est son péché mignon ? lui a-t-on demandé. « Tout ce qui est comestible, a-t-il répondu en riant. J’ai la gueule de l’emploi, malheureusement. » 

Les journalistes ont saisi la balle au bond pour lui rappeler que des métropoles comme Toronto et New York ont une offre culinaire nettement plus abordable et populaire que celle qui est offerte à Montréal.

« Montréal est unique. Vous voulez nous comparer à Toronto et New York ? Nous devons regarder ça, c’est une partie de notre culture et de notre joie de vivre. Je suis un facilitateur. » — Denis Coderre, maire de Montréal

« HORS DE QUESTION »
POUR LES RESTAURATEURS

La sortie du maire Coderre a été qualifiée d’« insultante » par l’Association des restaurateurs du Québec, qui craint qu’on n’assiste l’an prochain à une explosion du nombre de camions.

« Avant de dire n’importe quoi, M. Coderre devrait se pencher sur le dossier pour être sûr qu’il ne pile pas sur le gros orteil de personne, dit son porte-parole, François Meunier. L’élargissement dans toute la ville, c’était prévu. Mais permettre n’importe quoi n’importe comment, ça, c’est hors de question. »

M. Meunier rappelle qu’un comité est actuellement chargé de définir le cadre réglementaire de la cuisine de rue pour l’année prochaine. Plus d’une vingtaine de fonctionnaires et des représentants des principaux groupes y siègent. Il a tenu sa première réunion… hier matin.

« Nous, on a accepté de participer au processus à la condition qu’il soit fait intelligemment. […] Les restaurateurs qui ont pignon sur rue en arrachent dans certains secteurs. J’aimerais ça qu’on ait un maire qui se rappelle qu’il y a des gens qui sont déjà là et qui ont droit eux aussi à avoir leur place au soleil. »

Cuisine de rue

Qu’est-ce qui mijote ?

Les styles culinaires des 30 restaurateurs de rue retenus en 2014, dans leurs mots.

ALEXIS LE GOURMAND

« Une grande variété de produits gourmets maison, du terroir et importés. »

BOÎTE À FROMAGES

Un menu « tournant principalement autour de la raclette et de recettes à base de fromages d’ici, principalement ceux de la Fromagerie Damafro ».

LES BRIGANDS

Propose une large variété de « tourtières, pâtés et autres “pies” ».

CAFÉ LARUE & FILS

Un café de rue offrant cappuccino, latte et desserts fins.

CAFÉ MOBILE DISPATCH

Se présente comme le « premier camion d’espresso et fournisseur/traiteur de cafés spécialisés à Montréal », avec « pâtisseries uniques ».

CAMION AU PIED DE COCHON

Au menu : son sandwich au porc décliné de trois façons, « le tout empilé dans un beigne ». Avec la fameuse poutine au foie gras de Martin Picard et les manchons de canard. 

CHAUD DOGS

Des produits de style « hot-dog artisanal ». Propose « quelque chose d’unique » à Montréal.

LE CHEESE

Les « grands classiques du fromage » : macaroni au fromage, grilled cheese, ainsi qu’un gâteau au fromage frit.

CRÊPE-MOI !

Choix de crêpes salées et de crêpes sucrées, avec farine de sarrasin ou de froment.

DASFOODTRUCK

Sur la carte : schnitzels de poulet et de poisson, saucisse bratwurst, poutine bavaroise, chou braisé.

DIM SUM MONTRÉAL

Des dumplings « raffinés en petites portions, cuits à la vapeur et spécialement servis chauds dans des paniers en bambou ». On sert notamment des dumplings aux crevettes ou farcis au porc, aux crevettes et aux champignons.

FOUS TRUCK, BAR À CROISSANTS

Affirme offrir « le meilleur croissant de Montréal », avec café latte, confiture maison, fromage et chocolatine.

GAUFRABEC

Choix de gaufres belges (liégeoise, bruxelloise et salée), nature, avec crème, chocolat, ou fromage, épinards et pommes.

LE GOURMAND VAGABOND

Une « sandwicherie mobile » qui offre, par exemple, l’Américain Parisien (jambon, œuf cuit dur, tomates et laitue frisée) et Le Comptoir des Indes (dinde vindaloo tranchée, purée de pois chiches, tomates et laitue frisée).

GRUMMAN ’78

Se spécialise dans les tacos en tous genres.

LANDRY & FILLES

Offre des « ployes », ces crêpes salées du Nouveau-Brunswick, ainsi que des cretons et du saumon maison, du canard braisé et du poulet BBQ.

LUCILLE’S

Ce restaurant se spécialise dans les fruits de mer. Le menu du camion n’est pas disponible sur internet.

LUCKY’S TRUCK

Une cuisine « réconfortante et gourmande » mettant de l’avant les produits du terroir et les petits gibiers du Québec. En vedette : sa poutine de canard confit, ses végéburgers de betterave et chèvre chaud et sa limonade à la lavande.

NOMADE SO6 PAR ACCORDS

« Un concept unique axé sur des saucisses grillées avec des accompagnements des plus originaux », comme arachides et coriandre ou viande fumée.

Ô SŒURS VOLANTES

« Boulettes en assiette avec accompagnement équilibré et salades composées en cônes de tortillas ». On y offre également des salades de saumon fumé et salicorne, de poulet grillé, croûton et parmesan en sauce crémeuse, et des desserts comme le pouding chômeur et le gâteau aux carottes.

P.A. & GARGANTUA

« Comfort food de prédilection », on affirme offrir « les meilleurs grilled cheese du royaume ». Le menu est composé « de produits frais et locaux ».

LA PANTHÈRE MOBILE

Cuisine végétarienne et végétalienne. Offre des falafels, salades et soupes, ainsi que des sandwichs.

PAS D’COCHON DANS MON SALON

Sa spécialité : le pulled pork en sandwich, ainsi que des huîtres et des salades saisonnières.

PHOENIX 1

« Naanwichs » au poulet tandouri, porc braisé, gravlax et chocolat-banane.

LE POINT SANS G

Gnocchis frits, burger de quinoa aux champignons avec tapenade d’aubergine, grilled cheese à la mortadelle, salades de saison, biscuit mystère ou brownie cru.

LE QUAI ROULANT

Fish & chips accompagné de sauce tartare aux herbes salées. On y propose un beignet de crabe « sur une laitue croquante inondée de sauce des Mille-Îles », un sandwich Godfather garni d’une saucisse artisanale, des chips maison et un thé glacé au sirop d’orange sanguine.

LE SUPER TRUCK

Spécialités telles que le « poulet frit croustillant recette d’antan », une salade de magret de canard fumé du Lac Brome et des collations comme les « bâtonnets frits de macaroni au gruyère ».

LE TUKTUK

Propose un « échantillon des plats cuisinés dans les rues de Bangkok », principalement des plats populaires du centre et du nord-est de la Thaïlande.

WINNEBURGER

Le menu du camion offre une variété de hamburgers classiques, « ainsi que des chips de type marmite faites à la main par une compagnie artisanale du Nouveau-Brunswick ».

ZOE’S

Zoe’s « fait partie d’une nouvelle génération de créateurs culinaires, avec une nourriture de rue amusante et renouvelée, tout en respectant des recettes d’antan ». On y promet des « sandwichs exceptionnels » et des « petites bouchées délicieuses en ajout ».

Sources : Association des restaurateurs de rue du Québec, sites internet

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.