parti conservateur

Démonstration de force dans le fief de Maxime Bernier

Saint-Elzéar — Le Parti conservateur a fait une démonstration de force en Beauce, fief de Maxime Bernier, hier. Le chef Andrew Scheer a du coup confirmé que l’ex-maire Richard Lehoux affronterait le fondateur du Parti populaire du Canada.

Dans une salle bondée à Saint-Elzéar, M. Scheer était accompagné de 12 députés québécois, 13 candidats, deux sénateurs et une vingtaine de maires de la région pour présenter son candidat.

M. Lehoux, qui a fait carrière comme producteur laitier, a été maire de Saint-Elzéar et président de la Fédération québécoise des municipalités (FQM).

« Lors des prochaines élections, il n’y aura qu’une seule alternative sérieuse pour remplacer le gouvernement de Justin Trudeau, a lancé M. Scheer aux militants. Si vous voulez changer de gouvernement en 2019, il faut voter conservateur en faisant un X à côté de Richard Lehoux. »

Allusions en filigrane

Le chef conservateur a consacré l’essentiel de son discours à critiquer le premier ministre Justin Trudeau. Il n’a pas prononcé le nom de M. Bernier, mais il a fait allusion à son ancien collègue à plusieurs reprises.

Maxime Bernier a démissionné avec fracas du PCC en août pour fonder le Parti populaire du Canada. Il souhaite abolir le système de gestion de l’offre qui régit la production du lait, des œufs et de la volaille, une position vivement contestée par de nombreux producteurs agricoles, y compris dans sa propre circonscription.

M. Scheer a fait écho à ce thème dans son allocution.

« Vous avez ma parole : les conservateurs continueront de défendre ceux et celles qui dépendent de notre système de gestion de l’offre », a-t-il déclaré.

En point de presse, le chef conservateur a convenu que le choix d’un ancien producteur laitier pour affronter M. Bernier n’était pas fortuit. Il y voit un symbole « que les préoccupations des gens de la région, le présent député ne s’en occupe pas ».

« Les gens qui vivent ici en Beauce vont avoir un choix, un choix entre quelqu’un qui est un rassembleur, quelqu’un qui peut travailler en équipe pour avancer les intérêts d’une région, ou quelqu’un qui met ses propres ambitions avant toutes les autres choses. »

— Andrew Scheer, chef du Parti conservateur du Canada

Les prochaines élections fédérales auront lieu dans un an. Mais, comme La Presse le rapportait il y a 10 jours, le Parti conservateur s’active déjà à déloger Maxime Bernier de sa circonscription afin de s’assurer que son Parti populaire du Canada (PPC) demeure une aventure de courte durée.

Richard Lehoux était pressenti pour porter les couleurs de la formation politique depuis plusieurs jours. Deux autres maires de la région avaient envisagé de briguer l’investiture aussi, mais ils ont finalement abdiqué pour se rallier à sa candidature.

L’ancien maire s’est présenté comme le candidat le plus soucieux des préoccupations des Beaucerons. Il n’a pas nié que son passé de producteur laitier l’aiderait à faire passer ce message dans cette circonscription agricole.

« J’ai été producteur laitier pendant 35 ans, je connais bien les enjeux, a dit M. Lehoux. Alors on pourra en débattre, il n’y a aucun problème. »

Lutte serrée en perspective

Malgré l’importante mobilisation derrière M. Lehoux, les conservateurs s’attendent à une lutte serrée en Beauce. Élu pour la première fois à la Chambre des communes en 2006, Maxime Bernier a remporté la victoire par plus de 20 000 votes lors des dernières élections en 2015.

M. Scheer a néanmoins souligné que c’est lui – et non M. Bernier – qui avait reçu le plus d’appuis dans la circonscription lors de la course à la direction du Parti conservateur, l’an dernier.

M. Bernier avait perdu cette course par quelques centaines de votes face à M. Scheer. Le député a réagi par l’intermédiaire de son compte Twitter à la candidature de M. Lehoux.

« Bienvenue en Beauce, Andrew Scheer, a-t-il écrit. J’espère que toi et ton candidat du CARTEL DU LAIT allez expliquer aux Beaucerons pourquoi ils doivent payer des centaines de $ de trop par année pour maintenir en place le système socialiste de Pierre Trudeau. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.