abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
JUSTICE ET FAITS DIVERS

Les nouvelles du jour

Trois Clercs de Saint-Viateur devant les tribunaux

Trois religieux de la congrégation des Clercs de Saint-Viateur subiront prochainement un procès en lien avec des agressions sexuelles commises sur un enfant de moins de 16 ans vers la fin des années 70 au Collège Bourget, à Rigaud. Un des accusés, Gérard Whissell, 74 ans, a été enseignant et directeur de cette école mixte de niveaux primaire et secondaire, avant de devenir économe provincial des Clercs.

Les autres sont Georges Montpetit, 81ans, et Laurent Madore, 76 ans. Ils ont été arrêtés en 2011, mais ont récemment été cités à procès. Des procès séparés se tiendront en septembre et en novembre au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield, où ils seront accusés d’attentat à la pudeur et de grossière indécence, en vertu du libellé en vigueur dans le Code criminel à l’époque des faits reprochés. Mais les gestes dont ils sont accusés correspondraient à une accusation d’agression sexuelle aujourd’hui.

La porte-parole de la Sûreté du Québec, la sergente Ingrid Asselin, s’est faite avare de détails quant à la nature, la durée et le contexte des agressions. Elle précise qu’elles ont été commises dans une école privée vers la fin des années 70.

« La victime est un homme qui a porté plainte en 2010. L’enquête étant toujours en cours, nous faisons appel au public pour déterminer si d’autres personnes pourraient fournir des informations à nos enquêteurs », a-t-elle indiqué. En clair, on cherche à savoir si les trois hommes auraient pu faire d’autres victimes.

Dans un bulletin d’information du Collège de Rigaud fondé il y a plus de 160 ans par les Clercs, il est mentionné que Whissell a enseigné et dirigé l’institution pendant plus de 30 ans. Il a ensuite été nommé économe provincial des Clercs vers la fin des années 2000. Un poste parmi les plus importants d’une congrégation religieuse, qui s’apparente en gros à celui d’un trésorier.

C’est lui qui a négocié pour la communauté la vente du centre 7400, l’ancien Institut des sourds et muets sur le boulevard Saint-Laurent, dans Villeray, à un promoteur qui le transforme actuellement en condos. Une école aussi au centre de scandales sexuels impliquant des religieux des Clercs de Saint-Viateur.

Le frère Whissell a ironiquement déjà agi à titre de porte-parole des Clercs auprès des médias lorsqu’une demande de recours collectif a été déposée en cour supérieure à Montréal au nom de victimes alléguées de sévices sexuels de la part de religieux dans ce même Institut des sourds et muets. Il avait refusé de commenter les allégations.

Il a continué d’occuper sa fonction d’économe même après avoir été arrêté en 2011.

Quant au frère Laurent Madore, il écrit couramment dans la publication Viateurs Canada. Dans un texte, il y raconte ses « 40 années en pastorale ».

Il y parle de ses nombreux voyages, de la Gaspésie à Haïti notamment, et brièvement de son passage à Rigaud où il indique avoir été « directeur des pèlerinages et animateur de diverses célébrations » au Sanctuaire Notre-Dame-de-Lourdes, autre propriété des Clercs, voisine du Collège Bourget.

Moins d’informations sont disponibles concernant le frère Montpetit, qui habite la résidence des Clercs à Outremont, tout comme le frère Whissell.

Le directeur du Collège Bourget, Jean-Marc Saint-Jacques, indique que le frère Whissell a dirigé l’école jusqu’en 2000, après y avoir été professeur.

« Notre politique dans ce genre de situation est de collaborer avec les autorités. Mais dans ce cas-ci, nous n’en savons pas plus que vous », a-t-il commenté.

La SQ indique que si des gens ont des informations supplémentaires à fournir au sujet des trois religieux, il est possible de contacter les enquêteurs au 1-800-659-4264.