Rénovation et construction

Foyers au bois :  que faut-il savoir avant d’acheter ?

Se réunir en famille autour d’un feu de foyer exerce un attrait indéniable, surtout à l’approche des jours plus froids. Mais avec l’implantation de normes strictes en matière de pollution atmosphérique, il est tentant de croire que se procurer un appareil de chauffage au bois relève de l’impossible. Or, il s’agit là d’un mythe tenace. Voici donc un tour d’horizon des éléments à considérer avant d’acheter un nouveau foyer.

Depuis l’instauration du Règlement sur les appareils de chauffage au bois, il y a exactement 10 ans, les foyers et poêles à bois offerts sur le marché québécois doivent respecter de nouvelles normes environnementales. Mais il n’est pas si simple de s’y retrouver parmi toutes les certifications existantes !

Ce qu’il faut retenir, c’est qu’un appareil de chauffage au bois conforme portera le sceau de l’Association canadienne de normalisation (CSA) ou du Laboratoire des assureurs du Canada (ULC). Également conformes à cette réglementation, les foyers certifiés EPA auront quant à eux été identifiés par l’Agence américaine de protection de l’environnement comme des appareils émettant significativement moins de particules polluantes.

Des vérifications essentielles

Pour s’éviter bien des mauvaises surprises — et des dépenses imprévues —, quelques vérifications s’imposent avant de se procurer un foyer. Si la réglementation provinciale encadre leur distribution, certaines villes et municipalités ont adopté des critères plus restrictifs encore, qui visent directement leur utilisation. C’est le cas de Montréal, notamment, où il est interdit de faire usage d’un foyer qui émettrait plus de 2,5 g/h de particules fines. Mieux vaut donc vérifier la réglementation municipale en vigueur afin de vous assurer d’opter pour un appareil qui la respecte.

Avant d’entamer les travaux, il peut être judicieux de discuter de votre projet avec votre assureur. Celui-ci pourrait avoir des exigences qu’il sera bon de connaître au préalable, par exemple la production d’une attestation ou la réalisation d’une inspection de conformité. Et pourquoi ne pas en profiter pour vous informer de l’incidence éventuelle de l’installation d’un foyer sur votre prime d’assurance selon l’appareil que prévoyez installer ?

Chaleur ou ambiance ?

Le moment est venu de réfléchir à ce que vous voulez. Cherchez-vous à vous doter d’un appareil de chauffage d’appoint performant qui réchauffera vos aires de vie de façon efficace ? Ou souhaitez-vous principalement profiter de l’ambiance invitante que procurera un foyer ? La gamme de produits offerts sur le marché est vaste, et en cernant précisément vos besoins réels, un conseiller spécialisé pourra vous présenter les modèles les mieux adaptés à vos besoins.

Troquer le bois contre le gaz

Parmi les options alternatives au chauffage au bois, les foyers au gaz (alimentés par le gaz naturel ou le propane) gagnent des adeptes au Québec. Sur ce type de foyer, c’est le sceau de l’Association canadienne du gaz (CGA) qu’il faut rechercher. Le foyer au gaz cumule les avantages : facilité d’utilisation, plein contrôle sur la chaleur émise et sur la durée d’utilisation, risque d’incendie presque nul, etc.

Toutefois, si vous rêvez de vous détendre près de l’âtre au son du crépitement des bûches et de humer l’odeur du feu, ce type d’appareil vous laissera sur votre appétit. Il faut aussi savoir que l’apparence des flammes et des bûches décoratives tend à varier d’un modèle à un autre. Voilà quelque chose à surveiller au moment de faire votre choix.

Une installation dans les règles de l’art

Au Québec, l’installation d’un appareil de combustion au gaz doit être réalisée par un technicien autorisé. Le recours à un professionnel accrédité est aussi fortement recommandé pour une installation dans les règles de l’art de votre nouveau foyer au bois. Pensez notamment à la revente éventuelle de votre propriété ; vous pourriez avoir à fournir une attestation de conformité confirmant que l’installation de l’appareil respecte les codes et normes applicables ainsi que les directives du manufacturier. Pas de chances à prendre, donc. Pour exercer vos talents de bricoleur autour de la maison, n’ayez crainte : une foule d’autres projets se présenteront à vous !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.