Cet écran a été partagé à partir de La Presse+ Édition du 1 février 2014, section ACTUALITÉS, écran 6

CHRONIQUE

Vous savez pourquoi je suis ici ?

Vous savez pourquoi je suis ici ?

Simon Benzekri est arrivé au Québec à 19 ans. Il en a 65 et est juif sépharade du Maroc. Il est encadreur sur le Plateau depuis mille ans. Il fait galerie aussi. Au début, sa boutique se trouvait rue Laurier, là où il y a Fous Desserts, si vous connaissez. Il est maintenant un peu plus haut dans Saint-Hubert. Tout le monde sur le Plateau est allé faire encadrer la photo de ses enfants, une gravure ou une aquarelle de sa belle-sœur chez Simon Benzekri. Moins aujourd’hui. Aujourd’hui, les gens achètent leurs cadres chez Costco (en même temps que leurs livres), des cadres chinois en plastique.

L’autre jour, une policière est entrée chez Simon et la première chose qu’elle a dite c’est : vous savez pourquoi je suis ici ? 

C’était une police sociocommunautaire. Le même uniforme et le même ton que les polices-polices, mais avec les communautaires, ça a l’air qu’on peut jouer aux devinettes.

Vous savez pourquoi je suis ici ?

Peut-être qu’elle veut un chocolat, s’est demandé Simon tout bas. Simon donne des chocolats aux enfants depuis mille ans. Il a toujours fait ça. Les enfants entrent dans la boutique, bonjour Simon, ça va ? Deux banalités, trois niaiseries, mangent leur chocolat, puis s’en vont en courant, sont en retard pour l’école bien sûr, l’école Laurier, un demi-coin de rue plus bas. Ils ont 9, 10, 11, 12 ans. Deux sont entrés tandis que j’étais là, deux frères, deux magnifiques petits crapauds rigolards et allumés. On a parlé soccer, on a parlé Ronaldo et Neymar. Vous savez qui sont Ronaldo et Neymar ?

Hé, vous me suivez ? Je le savais ! Vous êtes resté accroché à : Simon donne des chocolats aux enfants. Ah ha ! Un vieux qui donne des chocolats aux enfants. Je vous félicite, vous pourriez facilement vous recycler comme policière sociocommunautaire.

Ça fait mille ans que Simon donne des chocolats aux enfants. Jamais d’histoire plate. Jamais de rumeur. Jamais jusqu’à la semaine dernière : la maman de deux petites filles est allée voir Simon. Je ne veux plus que vous donniez des chocolats à mes filles. Elle n’était pas fâchée, pas amicale non plus.

Ce sont surtout des petits garçons qui vont chez Simon. Six ou sept. Des copains d’Adrien. La maman d’Adrien est cliente de la boutique. Simon a connu Adrien bébé, l’a vu grandir. Adrien a 10 ans maintenant, il passe à la boutique tous les jours, il amène ses copains…

Jamais le moindre incident depuis mille ans, sauf que l’autre jour, un autre petit garçon qui n’est jamais allé à la boutique a demandé à un éducateur de l’école : est-ce que tu trouves ça normal qu'untel et untel et untel aillent chercher des chocolats chez ce monsieur-là ?

L’éducateur a rapporté la chose à la directrice, qui en a parlé avec la travailleuse sociale et avec la policière communautaire du quartier. Il a été décidé que la policière irait voir Simon.

Vous savez pourquoi je suis ici ?

Le petit Adrien est allé protester poliment auprès de la directrice. Franchement, madame, la police, était-ce bien nécessaire ? Pas dans ces mots-là, mais c’est ce qu’il voulait dire. La directrice n’a pas interdit aux enfants d’aller à la boutique. Elle exige seulement, depuis deux semaines, qu’ils aient la permission de leurs parents. Les parents ont dit non, bien sûr. Sauf la maman du petit Adrien.

Quant aux deux magnifiques petits crapauds dont je parlais tantôt, ils ont juste oublié de demander à leurs parents : vos parents savent que vous êtes ici ?

Ben non !

Faudra mettre un inspecteur là-dessus.

***

Béatrice, la femme de Simon : mon conjoint ne donne pas seulement des chocolats aux enfants, c’est le genre à cuisiner des portions gigantesques de bouffe pour les distribuer aux voisins, il a déjà hébergé un couple dans la boutique en attendant qu’il trouve à se loger, il aime les gens, on vous le dira dans le quartier, mon conjoint est un homme foncièrement bon qui s’émerveille encore du genre humain…

Enfin ! Qui s’émerveillait jusqu’à ce que débarque cette policière de la Ville de Montréal.

Vous savez pourquoi je suis ici ?

Comment il aurait su ?

***

Lotfi Belgherbi, 20 ans, étudiant en mathématiques à l’Université de Sherbrooke : je suis né la porte voisine de la boutique de Simon. Mes parents venaient d’arriver d’Algérie, j’ai littéralement grandi chez Simon… Je fréquentais l’école Laurier, le midi j’allais manger à la boutique, et à 3 h 30, je retournais à la boutique où je faisais mes devoirs avec l’aide de Simon. Il a toujours donné des bonbons, des chocolats aux enfants, c’est pas étonnant ce qu’il lui arrive. Ce qui est étonnant, c’est que ça ne lui soit pas arrivé avant. Je viens de l’appeler…

Que lui avez-vous dit ?

Je lui ai dit ce que je lui ai déjà dit cent fois : Simon, fais attention, ton cœur il est trop grand pour la société dans laquelle tu vis.

Vous lui avez dit ça ? Ton cœur est trop grand pour…

Exactement.

***

Mustapha Belgherbi, le père de Lotfi, fonctionnaire au ministère du Revenu : je n’en reviens pas, la police chez Simon ! C’est de la pure diffamation. Simon est une personne tellement remarquable ! L’être le plus généreux que je connaisse. Et voilà que même si personne ne dit le mot, tout le monde l’a maintenant à l’esprit : pédophile. C’est pire que de la diffamation. On peut tuer quelqu’un comme ça…

***

Le tuer, je ne sais pas, mais le blesser, sûrement. Simon fanfaronnait un peu quand je l’ai visité dans son capharnaüm, un peu amer aussi que tout cela soit parti de l’école Laurier, la meilleure école de Montréal, répète-t-il souvent à ses petits invités. Toutes les religions, toutes les couleurs, votre école est ouverte sur le monde, y a de tout dans votre école…

Ah ça ! lui a répondu l’autre jour un petit Français venu lui aussi pour la distribution de chocolat, ah ça, pour y avoir de tout… y a même des cons.

Pas la directrice, en tout cas. Elle ne pouvait pas faire moins dès lors que des parents s’inquiétaient. Pas le petit garçon qui a allumé la mèche non plus. Pas les parents, on les comprend. Ciel ! leur petit trésor chez Ali Baba ? Même pas la policière finalement, même si ce n’était pas la meilleure introduction…

Vous savez pourquoi je suis ici ?

Mais oui, madame, on sait pourquoi vous étiez là. Parce que la bonté est suspecte.