Cet écran a été partagé à partir de La Presse+ Édition du 31 octobre 2013, section AFFAIRES, écran 8

PME INNOVATION

Entrepreneurs « sur le tas »

De parias à entrepreneurs

Renvoyé du Collège Dawson pour s’être aventuré dans ses systèmes informatiques, Hamed Al-Khabaz a reçu plusieurs offres d’emploi. Ce sont toutefois les sirènes de l’entrepreneuriat qui l’ont attiré.

L’histoire d’Hamed Al-Khabaz a défrayé la chronique en janvier dernier, au Québec et ailleurs dans le monde. Le jeune étudiant avait découvert une faille de sécurité dans un logiciel utilisé par le collège et d’autres établissements, gagnant ainsi accès à des renseignements personnels d’environ 250 000 élèves. Il en avait avisé la direction de son établissement, mais avait fini par être renvoyé après avoir un peu trop poussé la note, selon celle-ci.

Quelques entreprises, dont le concepteur du logiciel en question, Skytech, ont alors contacté l’étudiant doué pour lui offrir un emploi. Celui-ci les a finalement toutes refusées pour lancer Outpost.travel, un site de voyages.

« L’idée m’est venue alors que mes parents cherchaient à réserver un chalet dans le Nord, raconte Al-Khabaz. Ils sont nuls en informatique, alors c’est moi qui cherchais pour eux. J’ai fait le tour de plein de sites avant de me dire que ça n’avait pas de bon sens qu’il n’y ait pas un seul site qui regroupe toute cette information. »

« Je crois qu’il était 3h du matin quand Hamed m’a appelé pour me dire : “J’ai trouvé un problème qui a besoin d’une solution”, raconte son partenaire Ovidiu Mija. On s’est assis pendant 48 heures consécutives et, le 1er avril, le site était en ligne. »

Les sites internet qui rassemblent les résultats de recherche de plusieurs bases de données pour les voyages ne sont pas rares, mais Outpost se distingue en ciblant ce que M. Mija appelle « l’économie du partage » ou les « voyages entre pairs ».

Autrement dit, Outpost ignore les hôtels et les compagnies aériennes au profit des sites d’hébergement offerts directement par des individus et des propositions de covoiturage. Elle dégage des revenus en signant des ententes avec les sites vers lesquels elle renvoie ses visiteurs.

Le pied au plancher

À peine deux jours après son lancement, quatre ou cinq après l’idée originale, Outpost.travel était déjà inscrite au Founder Project, un concours opposant des entreprises créées par des étudiants.

Quelques semaines plus tard, elle en sortait gagnante et montait sur scène lors du Demo Day de l’incubateur Founder Fuel. Deux investisseurs ont alors pris contact avec elle.

Les négociations viennent de s’achever et Outpost vient tout juste de conclure sa première ronde de financement, d’une valeur de 200 000 $.

Les quatre jeunes hommes qui forment l’entreprise ont tous en commun d’avoir décroché ou d’avoir été expulsés de l’école. « Nous avons tous appris sur le tas et c’est ce qui nous rassemble, nous sommes très ouverts à toutes les idées, pas seulement à la façon dont on l’enseigne à l’école », confie M. Mija.

Les quatre jeunes hommes vivent leur passion à fond. Le président, M. Al-Khabaz, admet que l’école ne l’intéresse plus. « On adore les lundis, maintenant », résume-t-il.

« C’est la première fois de ma vie que je me lève le matin et que j’ai hâte d’aller faire ce que j’ai à faire », ajoute M. Mija.

Qui : Hamed Al-Khabaz, Ovidiu Mija, Trevor Starick et Dustin Blackman

L’idée : Un site de voyages qui regroupe en un seul endroit les différentes offres d’hébergement et de transport faites par des individus, plutôt que par des entreprises.

L’ambition : «  Résoudre un gros problème que les gens ont, explique simplement Hamed Al-Khabaz. Nous sommes des programmeurs, c’est ce que nous faisons. »

Ils y croient et y ont misé de l’argent : Les quatre employés, deux anges investisseurs anonymes et Ilan Saks, du Founder Project.