abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
abcdefghijklmnopqrstuvwxyz
CANADIEN-LIGHTNING

Retour en chiffres sur le troisième match

Retour en chiffres
sur le troisième match

12-3

Les trois périodes du match ont donné lieu à trois séquences radicalement différentes. En première période, le Canadien domine totalement un adversaire tétanisé et ce n’est que par l’état de grâce qui touche alors Lindback que les Floridiens peuvent se retirer au vestiaire en tirant de l’arrière par un seul but. Après n’avoir obtenu qu’une chance lors des 15 premières minutes, on voit les hommes de John Cooper se réveiller graduellement. Ils se fendront d’une poussée offensive marquée en deuxième période, basée notamment sur un échec avant des plus féroces, avant de voir le Canadien prendre définitivement le contrôle en fin de deuxième.

10:23

C’est le temps qui s’écoule entre la deuxième et la troisième présence de Brendan Gallagher en deuxième période, après qu'il s’est fait mettre la tête dans la bande par Callahan. Après avoir cédé trois avantages numériques au CH et connu un début de match misérable, le Lightning devait secouer sa torpeur et la charge a été menée, les coups portant toujours un peu plus haut, un peu plus loin (excusez l’emprunt à Ginette Reno). Brière et Subban s’impatientent et lorsque Gallagher s’absente, le CH plie les genoux. Michel Therrien doit alors couper son banc et remanier ses trios, ce qui émousse la principale arme de la formation, soit une attaque fondée sur deux trios de contre-attaque (ceux d’Eller et de Plekanec) et deux trios à vocation offensive (Brière et Desharnais). Brière est peu à peu cloué au banc et, privés de Gionta (qu’on envoie appuyer Plekanec et Prust), Eller et Bourque perdent de leur mordant. Lorsque le petit #11 ressurgit sur la glace, les trios sont réunis et la machine se désenraye. L’absence de Stamkos (atteint à la tête) en fin de période étiole définitivement l’élan du Lightning.

5-7-8

C’est le nombre de présences obtenues respectivement par Vanek, Desharnais et Pacioretty en deuxième période. Après avoir connu une première période du tonnerre (pas moins de quatre chances de marquer obtenues par Pacioretty), Vanek semble se blesser en début de deuxième période et les trois compères perdent leur efficacité : ils accordent deux chances de marquer au Lightning à forces égales et n’en génèrent plus aucune et ne créent que trois tentatives de tirs en troisième, malgré quatre mises en jeu en zone offensive.

50-50

Plekanec aura passé 50 % de son temps de glace à forces égales contre Stamkos et Eller 50 % du sien contre Filppula, l’un comme l’autre terminant avec un solde positif aux chances de marquer. De plus, des 18 mises en jeu faites en présence de Stamkos, quatre seulement seront en l’absence de ces deux centres. Plekanec était appuyé par Emelin et Markov, Eller par Subban et Gorges. Un mot en terminant sur Subban et Gorges : duo le plus utilisé à forces égales, ils ont été les plus pingres sur les entrées de zone accordées à l’adversaire. Le Lightning se bat vaillamment, mais seules les blessures semblent désormais susceptibles de fêler le cadre défensif des Montréalais.