Budget militaire du Canada

Trump confronte Trudeau devant la presse

Londres — Justin Trudeau a dû répondre mardi devant la presse aux questions posées par Donald Trump sur les dépenses militaires du Canada, alors même que le président américain menaçait d’imposer des mesures de représailles commerciales contre les pays qui n’en font pas assez.

Le président Trump a qualifié le Canada de « légèrement délinquant » lors d’un point de presse commun en marge d’une importante réunion de l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord (OTAN), mardi à Londres. Il s’agissait du premier tête-à-tête entre les deux hommes depuis la réélection de M. Trudeau en octobre.

D’autres membres de l’OTAN, notamment le secrétaire général de l’alliance et le président de la Lettonie, où 600 soldats canadiens sont déployés pour contrer la menace russe, ont également rappelé à La Presse canadienne l’importance d’investir davantage dans la défense.

Après l’annexion par la Russie de la Crimée, territoire ukrainien, les 29 membres de l’OTAN avaient convenu en 2014 de cesser de réduire leurs budgets de défense et de s’employer à investir 2,0 % de leur produit intérieur brut (PIB) dans leurs forces armées au cours de la prochaine décennie.

M. Trump a estimé mardi que cette cible était essentielle pour assurer que tous les membres de l’alliance militaire contribuent équitablement.

Lors de sa rencontre avec M. Trudeau, le président américain semblait prêt à donner l’absolution au Canada, alors qu’il qualifiait d’« inacceptables » les pays « délinquants » qui consacraient 1,0 % ou moins de leur PIB à leurs forces armées – tout en qualifiant le Canada de « légèrement délinquant ». Le Canada consacre 1,31 % de son PIB à la défense.

M. Trump, qui a menacé à un moment donné d’imposer des mesures de représailles commerciales contre les pays qui ne dépensent pas suffisamment, a convenu mardi que le Canada n’atteignait pas la cible de 2,0 %, tout en ajoutant : « Mais il progresse. » Lorsqu’on lui a demandé si le Canada devrait avoir un plan pour atteindre cet objectif, M. Trump a lancé à la blague : « Nous allons mettre le Canada sur un plan de recouvrement. » Se tournant ensuite vers M. Trudeau, il lui a demandé : « Où en êtes-vous, maintenant ? »

Le premier ministre a alors tenté d’éviter la question en soulignant le plan de son gouvernement, dévoilé en 2017, d’augmenter les dépenses militaires de 70 % sur 10 ans, ce qui comprend l’achat de nouveaux avions de chasse et de navires de guerre. « OK », a dit M. Trump, mais « où en êtes-vous maintenant ? », en termes de pourcentage du PIB. M. Trudeau s’est alors tourné vers sa délégation – le ministre de la Défense, Harjit Sajjan, le ministre des Affaires étrangères, François-Philippe Champagne, et le chef d’état-major, le général Jonathan Vance –, et chacun y est allé de son chiffre. Le premier ministre a finalement tranché pour « 1,4 % ».

« Ils y arrivent », a déclaré M. Trump aux journalistes, apparemment satisfait. « Ils savent que c’est important de faire ça – et leur économie va bien. Ils y arriveront rapidement, je pense. Et regardez, c’est à leur avantage. »

Une cible réelle ?

En vertu du plan des libéraux, la cible de 1,4 % ne devrait être atteinte qu’au cours de l’exercice financier 2024-2025 ; au-delà de cet exercice, on ne prévoit aucun échéancier pour atteindre la cible de 2,0 % de l’OTAN.

Par ailleurs, les libéraux ont modifié en 2017 la façon dont le gouvernement calcule ses dépenses militaires, afin d’inclure des éléments tels que les programmes pour anciens combattants et la Garde côtière canadienne. Ce changement comptable a été approuvé par l’OTAN.

Le gouvernement libéral a refusé de dire s’il croyait réellement à l’objectif de 2,0 %. Il a plutôt souligné à plusieurs reprises que les contributions du Canada aux missions de l’OTAN en Lettonie, en Irak et ailleurs dans le monde permettaient de mieux mesurer ses contributions à l’alliance.

Le secrétaire général de l’OTAN, Jens Stoltenberg, s’est félicité de ces efforts. Dans une interview exclusive à La Presse canadienne, il a salué les progrès accomplis par son « allié de grande valeur » dans la hausse de ses dépenses militaires depuis quelques années. M. Stoltenberg a toutefois réaffirmé qu’il était important que chaque membre investisse davantage dans sa propre défense – et il s’attend à ce que les pays de l’OTAN honorent les engagements qu’ils ont pris il y a cinq ans.

Sommet de l'OTAN

D’autres nouvelles

Zizanie

Une série de passes d’armes entre Donald Trump, Emmanuel Macron et Recep Tayyip Erdoğan a aggravé la zizanie au sein de l’OTAN mardi, avant le sommet de son 70e anniversaire. Les récentes déclarations du président français jugeant l’alliance née en 1949 en état de « mort cérébrale » et la montée des tensions avec le président turc au sujet de son intervention en Syrie ont électrisé les échanges dans les heures qui ont précédé le début des commémorations à Londres. Le milliardaire américain a lancé les hostilités en qualifiant les propos d’Emmanuel Macron de « très insultants » et « très, très méchants » : « Personne n’a besoin de l’OTAN plus que la France ».

Différends avec la Turquie

Le patron de l’OTAN Jens Stoltenberg a défendu l’organisation, se disant « en désaccord » avec les propos du chef de l’État français. « Il ne faut pas mettre en doute l’unité et la volonté des Alliés de se défendre les uns les autres », a-t-il insisté. Mais en interne, l’intervention lancée par Ankara en octobre dans le nord-est de la Syrie, sans en informer les autres membres de l’alliance, a fait monter la tension. « Quand je regarde la Turquie, ils se battent à présent contre ceux qui ont combattu à nos côtés. Et parfois, ils travaillent avec des intermédiaires » du groupe djihadiste État islamique, a renchéri M. Macron face à la presse avec Donald Trump. 

La Chine, l’espace et la Russie au menu

Les échanges musclés d’hier ont éclipsé les défis dont doivent débattre les membres de l’OTAN, qui se réunissent mercredi matin dans un golf de luxe à Watford, en périphérie de Londres, après un dîner mardi soir autour de la reine Élisabeth II à Buckingham Palace. En tête des préoccupations : la montée en puissance de la Chine et la militarisation de l’espace, en plus des relations difficiles avec la Russie. Vladimir Poutine a dénoncé mardi le comportement « pas correct, voire grossier » de l’OTAN, accusée par le Kremlin d’avoir continué à s’agrandir malgré les promesses faites, selon Moscou, avant la chute de l’URSS. Mais il s’est dit prêt à coopérer avec l’alliance atlantique.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.