Itinérance

De plus en plus de personnes âgées dans la rue

Inquiétude dans le milieu de l’itinérance : de plus en plus de personnes âgées se retrouvent à la rue parce qu’elles sont souvent seules ou ostracisées et que leur âge leur ferme pratiquement toutes les portes du marché du travail, révèle une étude obtenue par La Presse, qui sera publiée aujourd’hui.

« On remarque une surpopulation des personnes âgées dans la rue par rapport au reste de la société, explique Jean Gagné, de la TELUQ, expert des questions d’itinérance. Beaucoup arrivent dans la rue après l’âge de 50 ans parce qu’ils ont perdu leur logement ou leur travail, ou parce qu’ils ont des problèmes cognitifs, de démence ou d’alcoolisme. Ils n’ont pas été itinérants toute leur vie. »

L’étude qualitative réalisée par l’organisme PAS de la rue à Montréal, qui accueille des sans-abri et des gens très pauvres de plus de 55 ans, montre aussi du doigt le creux financier entre le moment de la perte d’emploi et l'âge d'admissibilité à la pension de vieillesse, à 65 ans (ou 67 avec la réforme du gouvernement Harper). « Déqualifiés du milieu de travail, sans économies ou sans assurances et seuls, les revenus d’aide sociale représentent pour les 55-64 ans la source de revenu ultime », lit-on dans le document. Ce n’est pas suffisant.

Grande précarité

Selon la professeure Lucie Gélineau, experte des questions de pauvreté, une personne seule a besoin de 13 000 $ par année pour vivre décemment. La somme moyenne reçue de l’aide sociale est d’environ 700 $ par mois. Certains reçoivent aussi peu que 400 $.

Des chiffres tirés d’une autre étude, menée actuellement sur le même enjeu par le chercheur Jean Gagné, révèlent que 38 % des baby-boomers atteignent aujourd’hui la retraite dans un état de grande précarité, contre 10 % en 2001-2002. Au PAS de la rue, la clientèle a bondi de 51 % en deux ans. Plus de la moitié des gens qui fréquentent l'organisme ont de 55 à 65 ans.

Ces gens, surtout des hommes, choisissent parfois consciemment de passer la nuit dans les refuges, où ils ont accès à de la nourriture, des vêtements et des toilettes, selon l’étude. D’autres n’ont d’autre choix que de faire la tournée des soupes populaires.

« Comme ils sont plus fragiles et qu’ils ne sont pas des habitués de ce milieu, ils sont victimes d’abus dans les refuges. Ils sont plus faciles à victimiser, parce qu’ils ne connaissent pas la rue », explique Jean Gagné

Si le phénomène est difficile à chiffrer, il s’aggrave, observent plusieurs intervenants du milieu, qui tiendront un point de presse ce matin pour lancer un appel à l’aide. « La situation est inquiétante, et des changements politiques, sociaux et structurels devront se faire pour prévenir cette situation », martèle Sébastien Payeur, directeur de PAS de la rue.

Comme pistes de solution, l’étude de son organisme propose notamment d’assurer un meilleur revenu aux gens âgés, d’améliorer leurs conditions de travail et leur sécurité d’emploi, de favoriser l’accès au logement social pour les personnes de 55 ans sans problèmes lourds, mais présentant de très faibles revenus, et de mettre sur pied une ressource pivot destinée à ce groupe d’âge afin de les aider à s’en sortir.

« On a beau essayer de s’en sortir, personne ne veut de nous. Disons qu’on n’a pas le profil idéal pour un employeur », racontait il y a quelques mois à La Presse Yvan Grenier. L’homme de 60 ans a vécu quelques années sans domicile fixe, passant d’un dortoir à l’autre, avant de finalement s’en sortir en passant le balai dans la rue. Il avait auparavant travaillé 20 ans pour une entreprise d’aviation, dont plusieurs années en tant que chef magasinier.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.