Course automobile  GP3R

« J’ai encore la piqûre des courses »

Malgré un week-end à oublier, Jacques Villeneuve reste positif

Jacques Villeneuve est heureux, même si les résultats n’y étaient pas.

Jacques Villeneuve visait une finale en Championnat américain de rallycross. Son parcours s’est achevé avant la fin de la demi-finale.

Malgré une évolution encourageante durant les deux jours de compétitions, le favori de la foule n’a jamais été capable de se rapprocher des Ford et de ses autres coéquipiers chez Subaru. Encore moins des Volkswagen de Scott Speed et Tanner Foust, qui ont conclu le GP3R sur les deux premières marches du podium.

La vedette mondiale de sports extrêmes Ken Block a pris le troisième échelon (Ford).

Comme des vaccins

Non, Villeneuve n’a pas réalisé ses objectifs. Il partait de loin samedi matin, alors qu’il a oublié de relâcher le frein à main au départ. Résultat, il accusait un bon retard sur le peloton après quelques virages.

Un contact avec une autre voiture l’a empêché de finir la Q2. Il a amélioré ses départs hier, et cela a eu des répercussions dans sa tenue de course. Seul hic, sa Subaru WRX STI n’avait pas assez de vitesse dans la longue ligne droite, devant la Bâtisse industrielle et le Colisée.

« J’ai encore la piqûre des courses. C’est comme les vaccins, c’est à vie », a résumé Villeneuve, à son retour dans les paddocks de l’équipe du Vermont Subaru USA.

« Je suis content du bilan de travail, pas du résultat. Je souris moins derrière un micro que derrière un volant, alors c’est bon signe. J’aime encore ça ! »

— Jacques Villeneuve

Les membres de l’équipe de Villeneuve paraissaient également satisfaits du travail de l’ex-champion mondial de F1. « L’apprentissage a été un peu rude. Par contre, on m’a dit qu’ils étaient contents. Si j’avais eu plus de temps pour des essais, ça aurait pu être différent comme scénario. »

Le patron de l’écurie, Lance Smith, aurait dit que Villeneuve a été le plus constant des trois pilotes de Subaru ce week-end, devant Chris Atkinson et Patrik Sandell, et ce, malgré leur présence en finale. Cette information ne vient toutefois pas de Villeneuve, mais de quelqu’un près de lui.

« Si je reçois un appel l’an prochain, je dis oui, en autant que ce soit aussi professionnel que cette année. C’est comme de la poutine, tu en veux tout le temps, même quand ça fait mal ! »

Speed fidèle à son nom

Comme il fallait s’y attendre, les Volkswagen de Speed et Foust ont dicté le tempo toute la fin de semaine dans le Championnat ARX. « La taille des voitures est plus petite, donc elles pivotent plus facilement. Elles déplacent moins d’air en ligne droite », analysait Villeneuve hier après-midi.

« Sur des petites pistes avec des épingles, c’est moins gênant. Mais ici, avec la longue ligne droite, ça paraît. »

Villeneuve a raison. Ni les voitures Ford ni celles de Subaru n’ont vraiment menacé les représentants du constructeur allemand.

Speed a pulvérisé ses adversaires en gagnant ses quatre manches de qualifications, la demi-finale et la finale. Il a fait honneur à son nom, quoi ! « J’avais encerclé la date du GP3R sur le calendrier en sachant qu’il y avait du gravier ici. C’est sur cette surface que je suis le plus efficace », témoignait Speed, le dernier Américain à avoir évolué à temps plein en Formule 1.

« J’aimerais me mesurer aux gars du Championnat mondial un jour. Le sport progresse, même si l’avenir demeure un peu nébuleux aux États-Unis. J’espère que j’aurai la chance de revenir ici. »

Kristoffersson gagne le GP3R

Johan Kristoffersson, avec sa Volkswagen Polo, est devenu le premier pilote de rallycross à défendre son titre dans les rues de Trois-Rivières, hier après-midi, savourant la victoire devant Timmy Hansen et Sébastien Loeb, de Peugeot, lors d’une finale relevée en termes de qualité de conducteurs. Le Suédois remporte ainsi sa sixième victoire en sept épreuves depuis le début de l’année au Championnat mondial de rallycross de la FIA. Sa victoire de 2018 aura été aussi convaincante que celle de 2017. Talonné par Timmy Hansen dès le départ, il a pris l’avantage dans le virage numéro un, devant les estrades du Stade, et n’a plus été intimidé par la suite. Kristoffersson conforte ainsi sa première position au classement des pilotes.

— Le Nouvelliste

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.