Autos vedettes Ron Fournier

Une longue histoire d’amour avec les voitures

C’est quand même tout un hasard : au moment de lui passer un coup de fil pour discuter de voitures, bagnoles et autres engins du même genre, Ron Fournier est justement en train de négocier… sa prochaine voiture ! Ça ne pouvait mieux tomber, et l’ami Ron, comme nous le connaissons tous, a une longue histoire d’amour avec les voitures, qui a commencé à peu près au même moment que sa carrière d’arbitre dans la Ligue nationale de hockey.

LA VOITURE QUI A MARQUÉ MON ENFANCE

Il faut que ce soit la première voiture dans laquelle je suis monté : la Rambler Ambassador de mon père. C’est lui qui me passait cette voiture-là, c’était un gros char, comme il y en avait beaucoup dans ces années-là, parce que c’était comme ça, c’était la mode. C’était juste un véhicule qui me permettait de me déplacer, pas plus compliqué que ça. Ça a marqué ma jeunesse parce que c’est le char que mon père me passait !

MA PREMIÈRE VOITURE

Ma première voiture, c’est un cadeau de mon père : une Camaro d’occasion, de couleur orange. C’est une dame qui avait cette voiture-là, mon père l’avait vue et il lui avait demandé s’il pouvait l’acheter. Je me souviens qu’il était venu me la porter à l’aéroport, alors que je revenais de mon premier match comme arbitre dans la Ligue nationale de hockey, un match préparatoire qui avait été présenté à Lincoln, au Nebraska, entre les Rangers de New York et les Blues de St. Louis. Mon père était arrivé à l’aéroport comme dans une pub à la télé, en me tendant les clefs de la voiture ! Et puis la Camaro était stationnée juste là. C’était une Camaro d’occasion, mais c’était quand même assez spécial d’avoir ça, parce que dans ces années-là, une Camaro, c’était hot. Ça devait être dans le temps de la Z28. J’ai eu une Camaro 1973, une Camaro 1974. J’étais dans la vingtaine et les chars qui faisaient du bruit, j’aimais ça.

MA PIRE VOITURE

J’ai été très chanceux, parce que j’ai dû avoir 30 ou 40 voitures dans toute ma vie, et je n’ai jamais eu de citron. Ça ne m’est jamais arrivé de me demander ce que je faisais là avec un mauvais char. Mais je ne garde pas mes voitures longtemps, et probablement que, à cause de ça, elles n’ont pas le temps de devenir des citrons !

LA VOITURE DE MES RÊVES

Je suis un gars qui vit dans le moment présent, je ne suis pas un grand rêveur, alors non, je n’ai pas vraiment une voiture de rêve qui me vient en tête. Mais ce que je remarque, c’est que mes goûts changent avec les années, et que maintenant, aussi, j’ai des voitures favorites. Ce que j’aime conduire, ces temps-ci, c’est des VUS hybrides. C’est une question de confort, de besoin, c’est plus ce que je veux à mon âge, je trouve ça pratique. Je ne suis plus comme à l’époque où je conduisais des voitures bruyantes dans ma vingtaine… même si je me dis des fois que j’aurais dû garder certaines des voitures que j’ai eues, les Camaro ou les Corvette par exemple, qui sont devenues des voitures de collection. Mais ces voitures-là, passé 40 ans, tu ne te sens plus vraiment bien là-dedans !

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.