États-Unis

« Ce matin, la première dame Melania Trump a subi une procédure d’embolisation pour traiter un problème bénin au rein. La procédure a été couronnée de succès et il n’y a pas eu de complications. »

— Extrait d’un communiqué publié par la porte-parole de Melania Trump, hier. La femme de 48 ans devrait rester hospitalisée toute la semaine. (AFP)

Mariage princier

Le père de Meghan pourrait ne pas être présent

Le Palais de Kensington a indiqué hier soir que Meghan Markle vivait « un moment profondément personnel » après des informations de presse faisant état de l’absence du père de l’ex-actrice américaine à son mariage avec le prince Harry. « C’est un moment profondément personnel pour Mlle Markle dans les jours précédant son mariage », a indiqué un porte-parole du palais de Kensington, résidence officielle du prince Harry, dans un court communiqué. Le quotidien britannique The Daily Mail a révélé dimanche que Thomas Markle s’est acoquiné avec un paparazzi américain pour réaliser de fausses photos de son quotidien. La vente des photos aurait rapporté 100 000 $ (84 000 euros) dans le monde entier. M. Markle a fait une crise cardiaque il y a quelques jours. — Agence France-Presse

Mouvement de contestation au Nicaragua

L’Église convoque un dialogue national

La Conférence épiscopale du Nicaragua (CEN), qui joue le rôle de médiateur dans la crise secouant ce pays d’Amérique centrale, a annoncé hier la convocation d’un dialogue national pour demain, après environ un mois de manifestations qui ont fait 53 morts. « Après avoir entendu la clameur de la grande majorité de la société et conscients de la gravité de la situation que traverse le pays […], nous annonçons l’ouverture [du dialogue] pour le mercredi 16 mai à 10 h du matin », a déclaré le président de la CEN, le cardinal Leopoldo Brenes. La CEN a appelé les parties à faire preuve de bonne volonté pour qu’il soit possible d’en « arriver à un accord qui puisse se traduire par des actions concrètes ». La contestation, qui a débuté le 18 avril après une réforme des retraites abandonnée depuis, dénonce la confiscation du pouvoir par le président Daniel Ortega, 72 ans, un ex-leader de la révolution sandiniste (1979) au pouvoir de 1979 à 1990, puis depuis 2007. 

— Agence France-Presse

Italie

Toujours pas d’entente sur le futur chef du gouvernement

Le Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème) a demandé hier quelques jours de plus pour former avec la Ligue (extrême droite) un gouvernement d’union, faute d’accord pour l’instant sur les détails de son programme et l’identité de son futur chef. « Comme nous sommes en train d’écrire ce qui sera le programme du gouvernement pour les cinq prochaines années, il est important pour nous de l’achever au mieux, c’est pourquoi nous avons demandé quelques jours de plus », a déclaré Luigi Di Maio, chef de file du M5S, à l’issue d’un entretien avec le chef de l’État. Le patron de la Ligue, Matteo Salvini, a ensuite rencontré le président Sergio Mattarella, après plusieurs jours d’intenses pourparlers. « Il y a encore du travail », avait reconnu M. Salvini hier. Le nom du futur chef du gouvernement reste l’une des grandes inconnues. Chaque camp s’oppose notamment fermement à la désignation du chef de l’autre. — Agence France-Presse

élection présidentielle en Colombie

La guérilla ELN suspend ses « activités militaires »

La guérilla de l’Armée de libération nationale (ELN) a annoncé hier qu’elle cesserait ses « activités militaires » le temps de l’élection présidentielle en Colombie afin de permettre à la population de voter tranquillement. « L’ELN cessera ses activités militaires [du 25 au 29 mai] afin de créer les conditions favorables permettant à la société colombienne de s’exprimer lors des élections », a écrit l’ELN sur Twitter. Le premier tour de la présidentielle aura lieu le 27 mai. La dernière guérilla active en Colombie, qui compte quelque 1500 combattants, a repris la semaine dernière son dialogue avec le gouvernement. L’ELN dit espérer que le gouvernement « répondra par une conduite similaire à cette démonstration d’esprit de conciliation ».  — Agence France-Presse

Attaque au couteau à Paris

Trois proches de l’assaillant en garde à vue prolongée

Les gardes à vue de trois proches de Khamzat Azimov ont été prolongées hier pour déterminer si le djihadiste, qui a tué un homme samedi à Paris, a bénéficié de complicités pour cet attentat, qui a relancé le débat sur le suivi des personnes fichées pour radicalisation. 

Deux jours après cette attaque au couteau sur des passants par un Français de 20 ans originaire de Tchétchénie, sans antécédent judiciaire et fiché S (pour « sûreté de l’État ») depuis l’été 2016, la présidente du Front national, Marine Le Pen a estimé que les fiches S « ne servent à rien ». 

Face aux critiques de l’opposition et à certaines voix réclamant l’internement des individus les plus dangereux, la ministre Jacqueline Gourault a fustigé des critiques « politiciennes, et plutôt très à droite, voire d’extrême droite ». 

L’ex-premier ministre de droite Jean-Pierre Raffarin a, quant à lui, estimé que la France devait « resserrer [son] organisation » en matière de renseignement face au terrorisme, car « il y a des trous énormes dans [son] filet », mais aussi engager « un dialogue multilatéral avec les pays sources de terrorisme ». 

Face à la polémique qui enfle comme après l’attaque djihadiste du 23 mars dans le sud du pays (quatre morts), dont l’assaillant était également fiché S, le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb a rappelé que « les fiches S servent toutes les semaines à démanteler des réseaux, à empêcher des attentats ».

Prolongation exceptionnelle

Du côté de l’enquête, un juge a ordonné hier la prolongation exceptionnelle de la garde à vue des parents de l’assaillant, qui a débuté dimanche matin et peut s’étendre au maximum jusqu’à jeudi matin. Les chambres que la famille louait dans un hôtel meublé parisien ont fait l’objet de perquisitions, sans résultat concluant.

Dimanche après-midi, un ami de l’assaillant, Abdoul Hakim A., âgé de 20 ans aussi, a été interpellé à Strasbourg, ville où la famille Azimov a vécu plusieurs années. Hier, le parquet a prolongé une première fois sa garde à vue pour 24 heures supplémentaires.

Abdoul Hakim A. est suivi par les services de renseignement depuis son mariage religieux avec Inès Hamza, femme radicalisée de 19 ans qui avait tenté de partir en Syrie. En janvier 2017, elle avait été mise en examen pour association de malfaiteurs à visée terroriste et placée sous contrôle judiciaire dans une instruction à Paris où trois autres femmes sont impliquées, selon des sources proches de l’enquête.

C’est en raison de ses liens avec son ami que Khamzat Azimov avait été entendu il y a un an par la section antiterroriste de la brigade criminelle. 

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.