Agriculture

La nouveauté est dans les champs

Le paysage agricole change. Le maïs et le soya occupent encore une grande place dans les champs du Québec, mais de nouvelles pousses apparaissent un peu partout. Aperçu de ces cultures émergentes.

200 nouvelles fermes par année

La Montérégie est un sol fertile… pour les fermes. On en lance 200 nouvelles par année, selon Christian St-Jacques, président de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles de la Montérégie. Il s’agit dans la moitié des cas de petites fermes, avec des productions innovantes. « Dans certains cas, ce sont des retraités qui entament une deuxième carrière, ou encore des jeunes qui se lancent dans la production maraîchère, précise-t-il. Il y a aussi la relève qui arrive et qui veut diversifier la production de la ferme familiale. » En Montérégie, la production agricole génère des revenus de plus de 1 milliard de dollars et 15 300 emplois en dépendent directement.

Petits fruits à la mode

La culture des petits fruits est à la mode. Les argousiers, les camerises et les sureaux fleurissent de plus en plus dans nos campagnes, et s’ajoutent à l’offre existante de fraises, framboises et bleuets. « C’est une culture dans laquelle il est facile de se lancer, et c’est aussi plus facile à vendre », explique Christian St-Jacques, président de la Fédération de l’Union des producteurs agricoles de la Montérégie. Plusieurs de ces producteurs de petits fruits transforment eux-mêmes leur production et la vendent à la ferme.

Un menu diversifié pour les bêtes

Pour la première fois en 2018, des cultures considérées comme émergentes seront admissibles à l’assurance récolte. Il s’agit du chanvre, du lin, du seigle, des gourganes sèches et de féveroles. Certaines de ces productions, comme la gourgane, sont destinées à diversifier l’alimentation animale. D’autres, comme le seigle, sont des productions délaissées qui reviennent au goût du jour, précise Christian St-Jacques.

Chia, quinoa et bio

Populaires auprès des consommateurs, le chia, le quinoa et d’autres grains biologiques font l’objet de cultures expérimentales au Québec. Le chia, par exemple, pourrait bientôt être cultivé à grande échelle, estime Josée Boisclair, de l’Institut de recherche et de développement en agroenvironnement. Après deux années d’étude, « les résultats sont très encourageants et suggèrent que la culture du chia biologique est envisageable sous nos conditions », résume l’agronome. Ses travaux démontrent que le chia, plante originaire du Mexique, a un rendement comparable à celui du soya biologique, déjà cultivé au Québec.

À boire et à manger

Certaines des productions innovantes sont destinées à la transformation alimentaire. C’est le cas du houblon et de l’orge brassicole, dont la culture est stimulée par la popularité des microbrasseries et des bières artisanales. La gastronomie inspire aussi les producteurs, dont un de Saint-Charles-sur-Richelieu, Mario Maciocia. Il s’est lancé dans la production de lait de bufflonne, qui sert à fabriquer des fromages mozzarella et burrata qui font les délices des foodies.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.