Aéroport international de Berlin

Neuf ans de retard…

L’aéroport international de Berlin (BER), gouffre financier dont l’entrée en service aurait dû avoir lieu en 2011, ouvrira finalement le 31 octobre 2020, ont promis vendredi ses responsables. Si tout va bien, maintes compagnies aériennes, dont EasyJet, déménageront de l’aéroport du nord de la ville, Tegel, vers le BER à cette date. Les autorités n’ont toutefois pas dit quand la première compagnie allemande, Lufthansa, prendrait ses nouveaux quartiers. Cette dernière a d’ailleurs prudemment réagi : « Il s’agit à présent de respecter ce calendrier », a déclaré la société dans un communiqué. Sa date d’ouverture a été repoussée à de nombreuses reprises, et ses coûts de construction, évalués à l’origine à 2,5 milliards de dollars, ont grimpé à quelque 9,5 milliards. — Agence France-Presse

Transition électrique

Daimler supprime au moins 10 000 emplois

Le constructeur des Mercedes-Benz, Daimler, a annoncé vendredi la suppression d’au moins 10 000 emplois dans le monde d’ici 2022 pour financer la coûteuse transition électrique qui pèse sur l’ensemble du secteur automobile allemand, frappé par une vague de restructurations. La nouvelle survient trois jours après l’annonce de 9500 suppressions de postes chez son concurrent Audi. Si une partie des départs se fera par des non-remplacements et un programme de retraites anticipées, le groupe a précisé qu’il proposerait également des départs volontaires. Daimler compte actuellement quelque 304 000 employés dans le monde. — Agence France-Presse

Relance du service

Le CN ne peut prioriser la livraison du propane

La Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada (CN) a indiqué qu’elle « s’occupait » des pénuries de propane dans le centre et l’est du Canada, alors qu’elle s’efforce de relancer son service après une grève de huit jours, tout en prévenant que le traitement prioritaire exigé par les producteurs de gaz naturel et de céréales pourrait ne pas avoir lieu.

Le Québec a commencé à rationner le propane, qui sert à sécher les récoltes et à chauffer les hôpitaux et les maisons de retraite, après que 3200 chefs de train et ouvriers du CN ont entamé leur grève, la semaine dernière, ce qui a interrompu l’approvisionnement. Le conflit de travail a pris fin mardi.

Le responsable des affaires générales du CN, Sean Finn, a expliqué que le transporteur ne donnait pas la priorité à des marchandises particulières, mais il a ajouté que deux trains remplis de 10 millions de litres de propane étaient déjà arrivés dans l’est de l’Ontario et à Montréal. M. Finn a affirmé que le CN déployait des ressources supplémentaires pour tenter de désengorger ses chantiers ferroviaires congestionnés, mais que tout déplacement supplémentaire de produits n’était pas garanti.

« Soutien prioritaire »

L’Association canadienne du propane a demandé au plus grand transporteur ferroviaire du pays de fournir un « soutien prioritaire pour la reconstitution du propane » en Ontario, au Québec et dans les Maritimes.

Par ailleurs, le directeur de l’association des silos à céréales de l’Ouest, Wade Sobkowich, a indiqué qu’un arriéré de 130 millions de céréales des Prairies pourrait perdre une grande partie de sa valeur si les trains ne pouvaient pas l’acheminer au port avant le printemps, période de l’année où les prix baissent habituellement en raison d’une offre mondiale accrue.

La plus longue grève des chemins de fer depuis 2012 a interrompu les livraisons de produits allant des engrais aux produits forestiers, et a suscité l’angoisse des agriculteurs, dont la récolte tardive exerçait déjà une pression sur le réseau ferroviaire.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.