HOCKEY

La Suède remporte un bras de fer défensif

TORONTO — Le défenseur Anton Stralman a appuyé l’attaque en deuxième période et permis à la Suède de prendre les devants dans un véritable bras de fer défensif avec la Finlande, et son équipe a finalement prévalu 2-0 grâce à un but dans un filet désert. Selon la recrue Patrik Laine, il y avait une certaine frustration chez les marqueurs finlandais de ne pas pouvoir percer le mur suédois. Le gardien Henrik Lundqvist a certes été impérial, mais les Suédois appliquent à la lettre le plan établi. « Notre façon de jouer défensivement explique notre succès, a soutenu Daniel Sedin. C’est sûr que ça commence avec notre gardien, mais nous nous défendons bien en unité de cinq. » La Suède, qui a remporté ses deux premiers matchs, sera de nouveau en action cet après-midi face aux jeunes de l’Amérique du Nord. « On doit attendre et voir si la Suède peut aller chercher une autre victoire, c’est ce qui pourrait nous donner une chance de continuer », s’est résigné Mikko Koivu.

Henrik Lundqvist

Henrik Lundqvist n’avait pas l’air d’un type qui, deux jours plus tôt, était trop affaibli par un virus pour affronter la Russie. Il a repoussé 36 tirs et démontré qu’il pouvait rapidement redevenir le « Hank » qu’on connaît. « Physiquement je me sentais bien, a-t-il confié. J’ai marché jusqu’à l’aréna et je sentais que j’avais beaucoup plus d’énergie qu’il y a deux jours, et cela seulement m’a donné confiance. Mais j’ai eu de la misère à me mettre dans le match mentalement. J’étais un peu éparpillé en première période, mais ça m’a aidé d’avoir des coéquipiers qui avaient une bonne structure de jeu devant moi. La façon dont nos défenseurs jouent et dont nos attaquants se replient, ça aussi, ça donne confiance. » Lundqvist comme son entraîneur-chef Rikard Gronborg ignoraient s’il serait de retour devant le filet cet après-midi.

Aaron Ekblad

La Coupe du monde d’Aaron Ekblad est terminée. Les Panthers de la Floride ont rapatrié leur défenseur, hier, après qu’il a subi une commotion cérébrale dimanche face à la Finlande. Le DG des Panthers Tom Rowe l’a lui-même confirmé aux reporters affectés à la couverture de l’équipe. C’est une mise en échec de Leo Komarov derrière le filet qui a sonné Ekblad, tant et si bien qu’il n’a pu affronter la Russie le lendemain. Ryan Murray, qui a temporairement quitté l’entraînement d’hier, semble un peu amoché lui aussi. Bref, la ligne bleue d’Équipe Amérique du Nord est fragilisée. Ce sera à suivre pour la suite du tournoi.

Teuvo Teravainen

Trois mois après être passé aux Hurricanes de la Caroline, Teuvo Teravainen assure que son départ des Hawks lui sera bénéfique. « À Chicago, il y avait tous ces joueurs qui prenaient du temps de glace et j’étais limité au troisième trio, a-t-il indiqué. En Caroline j’aurai une bonne chance d’amener mon jeu à un autre niveau. » Le Finlandais de 21 ans savait que les Hawks avaient des ennuis avec le plafond salarial et qu’ils tenteraient d’échanger Bryan Bickell. Mais se débarrasser d’un joueur au lourd contrat se fait maintenant au sacrifice d’un actif plus intéressant. Ç’a été lui. Les Canes ont cédé deux choix au repêchage en retour des deux attaquants. « On voit de plus en plus de ce genre de transaction strictement business », a observé le choix de premier tour des Hawks en 2012.

Nikita Zaitsev

Jumelé à Dmitri Orlov pour former le premier duo défensif de la Russie, Nikita Zaitsev fait très bonne impression depuis le début de la Coupe du monde. Pour l’arrière de 24 ans, qui se joindra aux Maple Leafs après le tournoi, c’est de jouer du hockey de qualité pour son pays qui importe, et non de le faire à Toronto. Zaitsev, deux fois membre de l’équipe d’étoiles de la KHL avec le CSKA de Moscou, a signé un contrat d’un an avec les Leafs le printemps dernier. Son choix, semble-t-il, était fait depuis longtemps. « C’est une jeune équipe qui se rebâtit, qui a une grande histoire et qui joue dans une belle ville, a expliqué Zaitsev. J’ai beaucoup aimé l’approche des gens de l’organisation. Ils sont restés en contact toute l’année et c’était important pour moi. »

Alex Pietrangelo

À la suite du forfait du défenseur Duncan Keith, blessé, Alex Pietrangelo est passé du côté gauche de la ligne bleue. Équipe Canada cherchait un défenseur qu’elle connaissait et qui pratiquait un style de jeu fiable, mais d’avoir fait appel à Jay Bouwmeester a forcé l’entraîneur-chef Mike Babcock à renoncer à son principe des duos gaucher-droitier. « C’est un très bon joueur, a-t-il commenté à propos de Pietrangelo. Ça lui a pris du temps à s’ajuster et il n’est certainement pas aussi bon que s’il jouait de l’autre côté. Je n’ai rien contre Jake Muzzin, mais nous n’avons pas d’autre option de ce niveau sous la main. Nous voulons Pietro dans la formation. Nous jugeons que c’est le gars qui a le sens du jeu, les habiletés et la patience qu’on veut. Il savait longtemps à l’avance qu’il se retrouverait dans cette situation-là et on lui a laissé le temps de s’habituer. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.