dossier spécial musique

Rencontres

Pendant l’expérience 8 h 45, nos journalistes ont rencontré des gens d'horizons très différents. En voici trois qui donnent un petit aperçu de la diversité montréalaise, dans les déplacements comme dans les goûts musicaux.

CARLOS TOVAR

23 ans

Vu : au métro Sherbrooke

Temps passé en transit : environ 25 minutes, cinq fois par jour

Direction : toutes les lignes de métro. Se déplace partout en ville pour le travail.

Écoute : du rap, de la musique pop, en anglais, parfois en espagnol, de tout « sauf du rock métal ! »

Plateforme : Spotify

Pourquoi : « J’adore écouter de la musique. Ça m’aide à me concentrer. Si je n’écoute pas de musique, je ne me concentre pas aussi bien. Et puis ça m’aide à lancer ma journée. Ça me permet de penser à mes affaires, faire le point sur mon agenda, etc. »

LAURENT MOSES BÉLANGER

26 ans

Vu : dans la rue, angle Wellington et Peel

Temps passé en transit : 90 minutes par jour environ

Direction : de Ville-Marie vers Griffintown, puis Rosemont, puis retour à Ville-Marie

Écoute : de la house, du hip-hop (99 Wolves, des artistes de l'étiquette free.99) et du rap québécois (LaF et Nate Husser)

Plateforme : Soundcloud

Pourquoi : « Je suis producteur de musique, j’écoute ma musique. Il faut que j’écoute les productions que je fais partout – dans l’auto, dans des écouteurs, sur des ordinateurs –, pour être sûr que ça sonne bien ! Et j’aime ça ! Je suis un gars énergique, j’aime l’énergie de la house et le groove du hip-hop. Ça me donne de l’énergie, ça me rend heureux, ça me fait vivre des émotions ! »

JULIE BOSSÉ

45 ans

Vu : dans l’autobus 55, en direction sud, angle Rachel

Temps passé en transit : 120 minutes par jour

Direction : « Je suis infirmière à domicile, alors je me rends à pied ou en transports en commun chez les patients. »

Écoute : ABBA, mais aussi beaucoup de musique québécoise (Vulgaires Machins, Les Cowboys Fringants), ou encore Lady Gaga

Plateforme : son téléphone

Pourquoi : « Ça me permet de relaxer. De ne penser à rien. Et de passer le temps. Ça enlève le stress du métro, des transports en commun, où tout le monde court. De toute façon, on ne se parle pas dans le métro, alors en écoutant de la musique, ça nous permet de nous mettre dans une bulle. »

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.