QUIZ

Vedette mystère

Chaque semaine, nous vous invitons à tester vos connaissances en présentant une vedette mystère qui a marqué à sa façon la culture automobile populaire. Chaque indice dévoile une partie du véhicule recherché, en plus d’offrir anecdotes et informations étonnantes.

— Pierre-Marc Durivage, La Presse

INDICE 1

Construite de 2001 à 2005, notre vedette de la semaine a profité de son passage au petit écran pour devenir la voiture d’occasion la plus recherchée par les jeunes de la génération Y en 2010. Cette année-là aux États-Unis, le tiers des acheteurs du modèle étaient âgés de 18 à 34 ans.

INDICE 2

Pour la production, trois véhicules ont été utilisés. Un premier qui est exposé dans les studios Sony de Culver City, en Californie. Un deuxième a été conservé pour ses pièces alors qu’un dernier, utilisé pour les cascades, a été vendu aux enchères pour 7800 $US. Sérieusement accidenté, il n’était plus en état de marche.

INDICE 3

Véhicule considéré comme l’un des plus laids de l’histoire automobile, son hayon arrière s’ouvrait à l’horizontale en deux parties. L’une des options offertes à l’achat permettait d’y fixer une tente et un matelas gonflable.

INDICE 4

Dans la série télé, le véhicule, mal entretenu, témoignait bien de l’état d’esprit initial du personnage campé par Bryan Cranston. Ce dernier a d’ailleurs vendu son véhicule pour 50 $ avant de louer une rutilante (et menaçante) Chrysler 300 SRT8 noire, un reflet de sa nouvelle personnalité de trafiquant de drogue assumé.

RÉPONSE

La Pontiac Aztek 2003, mi-VUS, mi-fourgonnette, était très certainement l’une des voitures les plus mal-aimées de l’histoire, certains chroniqueurs l’ayant même associée aux déboires qui allaient précipiter General Motors en faillite en 2009. Mais grâce à la série Breaking Bad, elle est depuis devenue un objet culte : elle est désormais et pour toujours la voiture de Walter White.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.