Cas de rougeole

3 fois

Les cas de rougeole dans le monde ont presque triplé depuis le début de l’année, a annoncé hier l’Organisation mondiale de la santé. Durant les sept premiers mois de l’année, 364 808 cas ont été enregistrés, contre 129 239 l’an dernier à la même période. Il s’agit des chiffres « les plus élevés » jamais enregistrés depuis 2006. Les épidémies les plus importantes surviennent dans des pays où la couverture vaccinale contre la rougeole est faible.(AFP)

Australie

Attaque au couteau dans le quartier des affaires de Sydney

Un homme a poignardé une femme et tenté de blesser d’autres personnes avant d’être maîtrisé par des passants, hier, dans le quartier des affaires de Sydney, ont rapporté des témoins à l’AFP. L’homme de 21 ans, vivant à Sydney, était connu pour des antécédents psychiatriques, mais pas pour des liens avec une organisation terroriste, a indiqué la police, qui a cependant trouvé sur lui une clé USB contenant des informations sur les attaques de suprémacistes blancs aux États-Unis et en Nouvelle-Zélande. La femme qu’il a poignardée et blessée, âgée de 41 ans, se trouvait hier dans un état « stable ». Par ailleurs, le corps d’une jeune femme d’une vingtaine d’années a été découvert dans un complexe résidentiel non loin du lieu de l’attaque ; la police soupçonne l’agresseur au couteau d’être l’auteur de son meurtre. Des images diffusées par des médias australiens ont montré l’agresseur peu après l’attaque, debout sur le toit d’une voiture, hurlant « Allah Akbar » (« Dieu est le plus grand ») et brandissant un couteau tout en criant « Abattez-moi ! ».

— Agence France-Presse

Affaire Epstein

Le directeur de la prison muté, deux employés suspendus

Le directeur de la prison fédérale de Manhattan a été muté à titre temporaire à la suite de la mort en détention, samedi, du financier Jeffrey Epstein, accusé d’agressions sexuelles sur des mineures. La décision a été prise « en attendant les conclusions de l’enquête du FBI et de l’inspecteur général », a indiqué hier dans un communiqué la porte-parole du département de la Justice, Kerri Kupec. « La direction des prisons a aussi suspendu deux employés du MCC [Metropolitan Correctional Center] responsables de l’unité de la prison où M. Epstein était détenu, en attendant les conclusions des enquêtes », a-t-elle ajouté, en précisant que « des mesures supplémentaires pourraient être prises. » Epstein, 66 ans, a été retrouvé sans vie samedi matin au MCC, prison réputée particulièrement sûre, où il attendait son procès qui devait commencer au plus tôt en juin 2020. Il avait été arrêté le 6 juillet et inculpé à New York pour avoir organisé, de 2002 à 2005 au moins, un réseau constitué de dizaines de jeunes filles avec lesquelles il avait des rapports sexuels dans ses nombreuses propriétés, notamment à Manhattan et en Floride.

— Agence France-Presse

Kirghizstan

L’ex-président Atambaïev accusé de coup d’État

Almazbek Atambaïev, ex-président du Kirghizstan, arrêté la semaine dernière après une opération des forces spéciales marquée par des violences, a été accusé hier d’avoir fomenté un coup d’État dans ce pays d’Asie centrale déjà secoué par deux révolutions en 2005 et en 2010. À la tête de cette ancienne république soviétique de 2011 à 2017, et jusqu’alors poursuivi pour corruption, M. Atambaïev a été arrêté le 8 août à l’issue de deux assauts contre sa résidence près de la capitale, Bichkek, ce qui a marqué le zénith de nombreux mois d’un conflit de plus en plus ouvert avec son successeur. Son arrestation, qui a mobilisé près de 2000 policiers et a été supervisée par le ministre de l’Intérieur en personne, a fait un mort au sein des forces spéciales et 170 blessés, en majorité des troupes du ministère de l’Intérieur, dont deux sont toujours dans un état grave.

— Agence France-Presse

Inde

Levée « progressive » des restrictions au Cachemire

Le gouvernement indien a annoncé hier une levée « progressive » des restrictions imposées au Cachemire, où il a coupé le téléphone et l’internet il y a plus d’une semaine pour éviter un éventuel soulèvement après sa décision de révoquer le statut d’autonomie de la région himalayenne. Un couvre-feu avait aussi été imposé le 4 août, à la veille de l’annonce de la révocation de l’autonomie constitutionnelle de l’État du Jammu-et-Cachemire. Les moyens de communication normaux ont été rétablis dans le Jammu, partie du Jammu-et-Cachemire considérée comme plus pacifique, après « évaluation faite par les autorités compétentes », a indiqué un porte-parole du ministère indien de l’Intérieur. Aucune confirmation indépendante de l’allègement des restrictions n’a pu être obtenue. Hier après-midi, les habitants du Cachemire ne pouvaient toujours pas être joints au téléphone et l’accès à l’internet ne semblait pas avoir été rétabli.

— Agence France-Presse

Syrie 

59 combattants tués dans des affrontements

Des affrontements dans le nord-ouest de la Syrie entre les forces loyales à Damas et des forces dominées par des djihadistes ont fait 59 morts dans les deux camps, hier, a indiqué l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH). Des combats meurtriers font rage depuis plusieurs jours dans la région sur fond de progression territoriale des forces du régime syrien, qui ont repris dimanche la localité d’Al-Habit, dans le sud d’Idleb. Le groupe djihadiste Hayat Tahrir al-Cham (HTS, ex-branche syrienne d’Al-Qaïda) contrôle la majeure partie de la province d’Idleb et des zones adjacentes des provinces voisines, où sont également présents des groupes rebelles syriens moins importants. Hier, les affrontements dans le sud de la province d’Idleb et dans les environs de Lattaquié ont tué 29 membres des forces prorégime ainsi que 30 djihadistes et combattants de groupes rebelles alliés, selon l’OSDH. Par ailleurs, trois civils sont également morts lors de raids aériens du régime sur Khan Cheikhoun, ville la plus grande du sud de la province d’Idleb, a-t-on ajouté de même source.

— Agence France-Presse

Ebola

Des guérisons suscitent l’espoir d’un nouveau traitement

Goma, — République démocratique du Congo — Les autorités sanitaires congolaises ont annoncé hier la guérison de deux malades d’Ebola après 11 jours de traitement à Goma, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), nouvelle preuve de l’efficacité de deux molécules récemment mises en avant par une étude américaine.

« Nous avons la grande joie de vous annoncer que, parmi les quatre cas confirmés d’Ebola de Goma, deux sont guéris. C’est pour nous un message fort qu’Ebola est guérissable. Aujourd’hui, les médicaments sont là », a déclaré le professeur Jean-Jacques Muyembe, coordonnateur de la riposte contre Ebola en RDC.

« Nous avons deux traitements maintenant, le mAb114 et le REGN-EB3. Ce sont donc ces deux molécules que nous allons utiliser, parce que, d’après les résultats que nous avons obtenus jusqu’à présent, ce sont ces deux molécules qui sont efficaces », a expliqué cet expert congolais, spécialiste et pionnier dans la lutte contre Ebola.

Taux de survie

Lundi, les autorités sanitaires américaines, qui ont cofinancé une étude sur le traitement d’Ebola, ont indiqué que ces deux médicaments avaient augmenté significativement le taux de survie de patients dans le cadre d’un essai clinique en RDC, qui a doublé.

Parmi les quelque 500 personnes dont les données ont été analysées (sur un total de 681 participants), la mortalité est tombée à 29 % avec le REGN-EB3 et à 34 % avec le mAb114, a détaillé lundi Anthony Fauci, directeur de l’Institut américain des maladies infectieuses et des allergies. Quant aux personnes ne prenant aucun traitement, le taux de mortalité est compris entre 60 et 67 %.

Ces deux traitements sont des anticorps monoclonaux qui agissent en neutralisant la capacité du virus à infecter d’autres cellules.

« On peut guérir vite »

Femme d’un orpailleur mort le 2 août à Goma, Espérance Nabintu et son garçonnet de 1 an sont rentrés chez eux, après avoir été déclarés guéris par les autorités sanitaires.

« Je remercie mon Dieu, j’étais malade d’Ebola, je suis guérie alors que mon mari en est mort […]. Ebola existe. Je l’ai expérimenté dans ma chair. Il tue, mais on peut guérir vite », a témoigné Mme Nabintu.

La RDC est touchée par une épidémie d’Ebola déclarée le 1er août 2018. Depuis juillet, quatre cas ont été enregistrés à Goma, capitale du Nord-Kivu, ce qui fait craindre une propagation de l’épidémie dans d’autres villes congolaises et dans les pays voisins.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.