états-unis

2035

L’administration de Donald Trump va repousser à 2035 son objectif d’élimination complète du déficit budgétaire fédéral, ont affirmé dimanche des médias américains. Ce déficit, creusé par des mesures de stimulation de la croissance telles que des baisses de l’impôt sur les sociétés et un allègement de la pression fiscale pour les classes les plus aisées, devrait atteindre 1,015 milliard de dollars fin septembre 2020. Jusqu’à présent, le gouvernement américain avait affiché sa détermination à parvenir à un déficit zéro d’ici la fin de la décennie. — AFP

Thaïlande

Recueillement pour les 29 personnes abattues par un soldat

Des centaines de personnes se sont recueillies dimanche soir lors d’une veillée funèbre dans le nord-est de la Thaïlande, après une tuerie perpétrée par un soldat qui a fait 29 morts et des dizaines de blessés.

Selon les autorités, les motivations de l’auteur de ce carnage « sans précédent » étaient d’ordre « personnel ».

Vingt-neuf personnes, dont des civils – le plus jeune étant un garçon de 13 ans – et des membres des forces de l’ordre, ont été tuées par le soldat, a déclaré le gouverneur de la province. Une soixantaine de personnes ont été blessées.

Après une nuit entière émaillée d’échanges de tirs nourris, et d’images de foule s’échappant du centre commercial, théâtre d’un carnage, les tireurs d’élite ont abattu l’assaillant dimanche au petit matin, mettant fin à un périple sanglant de 17 heures qui a tenu le pays en haleine.

Dimanche, des centaines de personnes se sont rassemblées près du centre commercial Terminal 21 de la ville de Nakhon Ratchasima, dans le nord-est du pays, également appelée Korat, où ils ont allumé des bougies et prié à la mémoire des victimes alors que des moines scandaient des prières.

« C’est sans précédent en Thaïlande et je veux que ce soit la dernière fois qu’une telle crise se produit », a déclaré le premier ministre thaïlandais Prayut Chan-O-Cha à l’hôpital de Nakhon Ratchasima où les victimes de la tuerie, dont deux grièvement blessées au cerveau, ont été prises en charge.

M. Prayut, ancien numéro 1 de l’armée, a mis en cause un « problème personnel » lié à la vente d’une maison pour expliquer le coup de folie du militaire.

L’assaillant, Jakrapanth Thomma, un jeune adjudant-chef, a utilisé une mitrailleuse M60, un fusil d’assaut et des munitions qu’il avait dérobés dans sa base militaire, l’une des plus importantes de Thaïlande, ainsi qu’un véhicule militaire.

La plupart des 29 victimes ont été tuées dans le centre commercial et autour de celui-ci. Pendant la nuit, des échanges de tirs nourris ont été entendus et des personnes ont été évacuées du Terminal 21 par petits groupes. Au cours de l’assaut, un policier a été tué.

— Agence France-Presse

La tempête Ciara se déchaîne sur l’ouest de l’Europe

Vols annulés, traversiers interrompus entre la France et l’Angleterre, trafic ferroviaire interrompu dans l’ouest de l’Allemagne : la tempête Ciara soufflait dimanche sur le nord-ouest de l’Europe, notamment en Grande-Bretagne, faisant craindre dégâts, inondations et coupures de courant. Au Royaume-Uni, pays le plus touché par cette tempête hivernale, les transports aériens, ferroviaires et maritimes étaient perturbés, la tempête provoquant de fortes pluies et des rafales de plus de 130 km/h. Quelque 92 000 foyers étaient privés d’électricité au Royaume-Uni, et des cours d’eau sont sortis de leur lit.

— Agence France-Presse

Suisse

Une loi anti-homophobie approuvée par référendum

Les Suisses ont largement approuvé dimanche par référendum une loi interdisant la discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, combattue par des formations conservatrices. Les résultats nationaux donnent le « oui » à 63 %, avec des scores dépassant 70 % dans des villes comme Genève ou Bâle. Seuls trois petits cantons germanophones du centre et de l’est du pays ont accordé une courte majorité au « non ». La nouvelle loi anti-homophobie élargit une législation déjà existante en matière de lutte contre les discriminations et appels à la haine raciale ou religieuse, en l’étendant à l’orientation sexuelle. 

— Agence France-Presse

Algérie

Poursuite du procès en appel de Saïd Bouteflika

Le procès en appel de Saïd Bouteflika, frère de l’ex-président algérien Abdelaziz Bouteflika, ainsi que de deux ex-patrons du renseignement et d’une cheffe de parti, condamnés à 15 ans de prison pour complot contre l’armée et l’État, se poursuivra lundi. Le procès s’est ouvert dimanche matin à huis clos devant la Cour d’appel militaire de Blida. Il reprendra lundi matin avec le réquisitoire et les plaidoiries, ont indiqué les avocats à l’AFP. La presse n’a pas été autorisée à suivre les débats.

— Agence France-Presse

Syrie

Le régime en passe de contrôler une voie clé

Au moins 20 civils ont été tués dimanche dans le nord-ouest de la Syrie, où les forces du régime syrien, soutenues par l’aviation russe, sont sur le point de reprendre l’intégralité d’une autoroute stratégique dans la région d’Idleb, dernier bastion sous contrôle djihadiste et rebelle, selon une ONG. L’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) dit qu’au moins 14 civils ont été tués dans des raids russes, dont neuf dans le village de Kar Nouran, situé dans le sud-ouest de la province d’Alep, près du dernier tronçon de l’autoroute M5 que le régime cherche à reconquérir. 

— Agence France-Presse

Irlande

Législatives difficiles pour le premier ministre

Le parti du premier ministre irlandais Leo Varadkar a été supplanté dimanche soir, à l’issue d’une première phase du décompte des voix pour les élections législatives, par le parti républicain Sinn Fein, qui sans attendre le résultat final, cherche déjà à nouer des alliances.

En raison du complexe mode de scrutin, le rapport de force complet ne sera connu qu’après le décompte total, qui peut prendre plusieurs jours. Il doit reprendre lundi.

Les électeurs ne votent pas pour une liste constituée, mais élaborent leur propre liste en classant les candidats par ordre de préférence.

À l’issue du premier tour du décompte entamé dimanche matin, le Sinn Fein a été placé en tête de liste par 24,5 % des électeurs, devant les deux grands partis de centre droit, le Fianna Fail avec 22,2 % et le Fine Gael du premier ministre sortant avec 20,9 %, selon la radio télévision publique RTE.

Un sondage réalisé à la sortie des urnes par Ipsos MRBI pour les médias irlandais donnait Fine Gael, Sinn Fein et Fianna Fail au coude-à-coude, avec respectivement 22,4 %, 22,3 % et 22,2 % des suffrages.

Reste désormais à voir comment l’arithmétique électorale répartira les 160 sièges de députés que compte le Dail, la chambre basse du Parlement irlandais.

Baisse de popularité

Jeune (41 ans), métis, homosexuel, incarnant une Irlande autrefois très catholique qui se modernise, Leo Varadkar a vu après presque trois ans au pouvoir sa popularité s’émousser.

Il a notamment été critiqué pour avoir privilégié le Brexit dans sa campagne – sujet qui n’a déterminé le vote que de 1 % des sondés – au détriment des sujets comme le logement ou la santé, au cœur des préoccupations des électeurs.

Une semaine après la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, l’Irlande et ses 4,9 millions d’habitants se trouvent en première ligne.

Des discussions commerciales entre Londres et Bruxelles approchent, aux conséquences considérables pour les échanges dans l’île d’Irlande. Leo Varadkar a mis en avant son rôle dans la mise au point d’une solution évitant le retour à une frontière physique entre les deux Irlande.

Cette question, l’une des plus épineuses de l’accord de divorce entre Londres et Bruxelles, a fait resurgir le souvenir des trois décennies de « Troubles » entre républicains (majoritairement catholiques) et unionistes (surtout protestants), qui ont fait 3500 morts.

— Agence France-Presse

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.