LES GÉMEAUX

Meilleure animation – humour, série ou spéciale de variétés

Va gagner : Louis-José Houde, Gala ADISQ 2015

C’est le champion de l’animation de galas. Louis-José Houde est un travaillant qui ne tient rien pour acquis. Chacune de ses répliques est travaillée avec un soin maniaque. Et comme l’humoriste barbu adore la musique, le mariage avec l’industrie du disque et du spectacle est encore très loin du divorce.

Devrait gagner : Jean-René Dufort, Infoman

Parce que le travail de notre Infoman est essentiel et divertissant. Aucun détail ni réplique boiteuse de politicien n’échappe à sa vigilance. Bien souvent, le travail de Jean-René Dufort est aussi essentiel que celui d’un chroniqueur qui détient sa carte professionnelle de la FPJQ.

Meilleure actrice dans une comédie

Va gagner : Julie Le Breton, Les beaux malaises

Le couple qu’elle forme avec Martin Matte dans la comédie de TVA est l’un des plus crédibles du petit écran des 10 dernières années. On croit à leur complicité, leurs chicanes et leur quotidien jamais plate. Julie Le Breton y est d’un naturel épatant.

Devrait gagner : Anne Dorval, Les Parent

En voilà une autre qui n’est jamais mauvaise. Grâce à son talent débordant, elle rend aussi meilleurs les acteurs autour d’elle. Et en huit ans de brouhaha domestique, Anne Dorval a habilement navigué entre les divers niveaux d’exaspération d’une mère épuisée par ses trois garçons.

Meilleur acteur dans une série dramatique annuelle

Va gagner : Guy Nadon, O’

C’est le choix logique. Il gagne toujours, Guy Nadon, parce qu’il est parfait dans O’, particulièrement cette saison où son Samuel O’Hara a été fort ébranlé par sa séparation d’avec Jacqueline (Marie Tifo) et son départ de l’entreprise qu’il a longtemps dirigée.

Devrait gagner : Gabriel Arcand, Au secours de Béatrice

C’est un rôle de psy tout en retenue pour cet acteur chevronné. Tout passe dans son regard bienveillant, ses silences révélateurs et les poses dubitatives qu’il adopte devant sa patiente du mardi (Sophie Lorain). Les échanges entre ces deux comédiens donnent lieu à des séquences que l’on croirait captées dans un vrai cabinet.

Meilleure comédie

Va gagner :  Les beaux malaises

Ce serait étonnant que le projet de Martin Matte à TVA ne se sauve pas, une fois de plus, avec la statuette dorée. Encore cette saison, l’humoriste nous a surpris, émus et fait beaucoup rire avec son émission au ton souvent grinçant, jamais déplacé.

Devrait gagner : Les beaux malaises

L’Académie voudra peut-être récompenser Les Parent, qui a tiré sa révérence après huit ans de petits bonheurs hebdomadaires. La vague des Beaux malaises va toutefois déferler sur le parterre du Théâtre St-Denis, où tout le gratin se pressera demain.

Meilleure actrice dans une série dramatique annuelle

Va gagner : Guylaine Tremblay, Unité 9

Même si sa Marie Lamontagne agressive et fâchée nous a tapé sur les nerfs cette année, Guylaine Tremblay posera encore ses mains sur une récompense demain. Les scènes de crises de colère ou de tentative de suicide qu’elle a eu à interpréter ont atteint des niveaux dramatiques inégalés.

Devrait gagner : Sophie Lorain, Au secours de Béatrice

Même si j’aime beaucoup Marilyse Bourke, qui campe Louisa dans O’, j’aime autant l’urgentologue au caractère compliqué dans Au secours de Béatrice. Quand elle remue les souvenirs d’enfance de sa Béatrice, Sophie Lorain nous démontre qu’elle est une de nos grandes comédiennes.

Meilleur acteur dans une série dramatique saisonnière

Va gagner : Vincent Leclerc, Les pays d’en haut

C’était un rôle casse-gueule que celui de Séraphin Poudrier, et l’acteur Vincent Leclerc se l’est approprié avec brio, sans tomber dans la caricature. Déjà au visionnement de presse des Pays d’en haut, les rumeurs de Gémeaux circulaient. Ça se confirmera fort probablement demain soir.

Devrait gagner : François Létourneau, Série noire

Personne ne joue la gaucherie et l’inconfort aussi bien que François Létourneau. Autant son scénariste Denis Rondeau était égocentrique et malaisant, autant il était attachant dans sa bêtise. Ce n’était pas évident à bien rendre, mais François Létourneau l’a fait de façon admirable. Bring it on !

Qui gagnera demain soir ?

Il est toujours périlleux de se lancer dans cet exercice de prédiction des lauréats des prix Gémeaux, surtout en cette année où le talent déborde dans chacune des catégories. Allons-y quand même. On frotte notre boule de cristal et on essaie d’y déchiffrer les noms des futurs gagnants et de ceux qui devraient triompher selon nous.

Meilleure série dramatique saisonnière 

Va gagner : Les pays d’en haut

Gros trafic dans cette catégorie. Pour sa direction artistique impeccable, sa réalisation moderne et sa distribution de qualité AAA, le remake de ce classique a tout pour séduire les membres de l’Académie. Mensonges, sacrée il y a deux ans, pourrait causer la surprise.

Devrait gagner : Série noire

Parce que c’est l’émission la plus originale du lot, la plus éclatée, celle qui dépeigne le plus. Son manque de visibilité risque de lui nuire. Reste que cette deuxième saison, plus haletante que la première, a amené notre télévision complètement ailleurs.

Meilleure actrice dans une série dramatique saisonnière

Va gagner : Fanny Mallette, Mensonges

Très difficile à trancher entre Laurence Leboeuf de Marche à l’ombre et Fanny Mallette, couronnée pour ce même rôle d’enquêteuse aux homicides au gala de 2014. J’y vais avec la détective Julie Beauchemin de Mensonges, qui réussit toujours à extirper des aveux des suspects qui s’assoient devant elle.

Devrait gagner : Anne-Élisabeth Bossé, Série noire

C’est ma préférée du lot, la caméléon en chef. Capable de se dissimuler derrière chacun de ses personnages, Anne-Élisabeth Bossé mérite ce Gémeaux pour avoir donné vie à une Charlène au caractère à la fois rugueux et doux, jamais dans le cliché de la prostituée. Superbe composition.

Meilleure série dramatique annuelle

Va gagner : Unité 9

L’année a été pénible pour notre Marie Lamontagne (Guylaine Tremblay). Pourtant, l’action n’a pas ralenti à Lietteville, et l’auteure Danielle Trottier a su maintenir la tension en introduisant de nouveaux personnages féminins très forts, dont celui joué par Élise Guilbault.

Devrait gagner : Au secours de Béatrice

Pour la finesse des dialogues et pour l’approche plus lente de ce téléroman, qui agit sur nous comme un petit baume du mercredi soir. Dans le chaos du quotidien, ça fait du bien de se faire raconter des histoires bourrées d’humanité par des comédiens de talent.

Meilleur acteur dans une comédie

Va gagner : Martin Matte, Les beaux malaises

Sans surprise, l’acteur et auteur va continuer sur sa lancée victorieuse grâce à son personnage d’humoriste charmant et fendant. Il est très bon, ce Martin Matte. Et pas seulement dans les moments cocasses, mais aussi dans les portions plus émouvantes des Beaux malaises.

Devrait gagner : Antoine Bertrand

Il est tellement sympathique dans Boomerang. Tellement intense, grande gueule, gaffeur et amoureux fou de sa Karine (Catherine-Anne Toupin). Son personnage de chef déchu qui tente de rebondir lui procure des scènes extrêmement rigolotes, notamment en duo avec Fabien Cloutier.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.