Chronique Résultats des élèves aux tests PISA

La force du Québec deviendra payante

Chaque fois que je propose une chronique sur l’éducation, je sens une certaine réticence de mes patrons de la section Affaires.

« Oui, bon, c’est bien intéressant l’éducation, disent-ils essentiellement, mais est-ce vraiment un sujet économique ?

— Mais oui, que je réponds. L’éducation est à la base même d’une économie solide. Elle n’est pas que cela, bien sûr, mais elle est au cœur de l’économie. »

Deux fois sur trois, ils rétrogradent ma chronique dans la section générale, dans les premières pages du journal. Je ne m’en plains pas, mais bon…

Lundi, justement, une étude très intéressante est parue sur la forte corrélation entre l’éducation et l’économie. Sur cette base, les chercheurs mandatés par la Commission européenne ont projeté la progression économique des pays européens en supposant une hausse importante des résultats des élèves du secondaire.

Cette amélioration a été simulée à partir des résultats des élèves de 15 ans aux tests internationaux PISA(1). Ces tests en lecture, en mathématiques et en sciences, dont les résultats les plus récents ont été publiés mardi (j’y reviens plus loin), causent tout un remous chaque année, surtout en Europe. À tel point que certains pays, comme l’Allemagne, ont lancé de vastes réformes en éducation, il y a quelques années, pour améliorer leurs résultats très moyens à ces tests PISA.

Cette année, par exemple, il y a un écart de 22 points entre les résultats de l’Allemagne (498) et du Canada (520) en lecture. Les chercheurs ont justement simulé une augmentation de 25 points aux résultats PISA des pays européens, soit l’équivalent de cet écart Allemagne-Canada.

Conclusion : avec une telle hausse moyenne au PISA, le produit intérieur brut (PIB) de pays comme l’Allemagne bondirait de 30 % à long terme !

Comme les enfants sont jeunes au sortir de l’école, l’effet économique demeure marginal dans les années qui suivent un redressement permanent au PISA, mais il s’accroît au fil des ans pour atteindre 30 % après 80 ans.

La progression économique de ce bond uniforme de 25 points au PISA est de très loin supérieure à des scénarios où l’on miserait plutôt sur une amélioration des élèves faibles, sur une baisse du décrochage ou sur une amélioration des élèves forts.

Le Québec 8e au monde en lecture

Ces projections économiques sont fort intéressantes pour le Canada et encore davantage pour le Québec. Mardi, en effet, la publication des plus récents résultats PISA, administrés en 2018, démontre que le Canada et le Québec se sont nettement démarqués, encore une fois.

On le sait depuis plusieurs années, les élèves québécois sont très forts en maths. On les jugeait toutefois plus faibles en lecture. Or, dans ce dernier PISA, qui porte principalement sur la lecture, les élèves québécois terminent au 8e rang, avec un résultat moyen de 519, loin devant la France (493), le Japon (504), les États-Unis (505) et la Suède (506).

Devant le Québec se trouvent le Canada (520) et l’Estonie (523), mais surtout Singapour (549) et la Chine (555), dans une classe à part. Notez que les scores des élèves les plus forts au monde dépassent 700 et ceux des plus faibles sont en bas de 200.

Non seulement les élèves de 15 ans du Québec sont-ils globalement plus forts en lecture, mais aussi l’écart entre les plus faibles et les plus forts est moindre qu’ailleurs. Cet écart moindre témoigne de l’équilibre de notre système social (toujours par rapport aux systèmes ailleurs dans le monde).

L’examen a été administré à 600 000 élèves de 79 pays dans le monde, dont 22 500 au Canada (20 % viennent du Québec). Le taux de participation des écoles et des élèves s’est élevé à plus de 80 % dans toutes les provinces, tel qu’exigé par le test. Les résultats ont été pondérés pour tenir compte des élèves provenant du public et du privé.

Au Canada, l’Alberta se démarque significativement en lecture, avec une moyenne de 532, suivie de l’Ontario (523) et du Québec (520). Si l’on incluait ces deux provinces dans le classement mondial, le Québec tomberait au 10e rang plutôt que 8e.

Bref, si les Québécois étaient nombreux à être considérés comme analphabètes, davantage qu’ailleurs au Canada, on constate maintenant que ce n’est pas le cas des jeunes.

Dans les dernières analyses sur l’analphabétisme, on avait aussi constaté que le taux d’analphabétisme était rehaussé par les faibles scores des gens de 40 ans et plus.

Certains critiques diront que le plus grand nombre de décrocheurs au Québec, donc possiblement absents aux tests PISA, a pour effet de gonfler nos résultats moyens. À ce sujet, il faut constater que les élèves de 15 ans sont généralement en 3e secondaire et que le décrochage survient souvent après, ce qui n’aurait donc pas tant d’impact sur les résultats de PISA.

Cinquièmes en maths, les Québécois

Après la lecture, le test PISA de 2018 avaient aussi deux tests secondaires, soit en mathématiques et en sciences. Encore une fois, le Québec domine largement en mathématiques. Nos élèves se classent 5es au monde sur 80 régions, derrière trois régions de la Chine et Singapour.

Le résultat du Québec (532) est considéré comme semblable à ceux du Japon et de la Corée. Le Québec est toutefois la seule parmi les 10 provinces à être jugée significativement plus forte (moyenne de 512). Le Québec devance maintenant la Finlande (507), qui était vue comme un modèle en la matière.

Bref, au vu des résultats constamment bons du Québec et du Canada au PISA depuis quelques années, et compte tenu de l’étude sur les effets économiques d’une telle force, on peut penser que notre économie progressera fortement d’ici 80 ans… tout étant égal par ailleurs.

Convaincus, les patrons ?

(1) PISA signifie Programme international pour le suivi des acquis des élèves

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.