À petites doses

Des coraux en eaux profondes

Des biologistes américains ont découvert au large du Costa Rica des coraux à 800 m de profondeur. Seuls des récifs de corail près des Galápagos, situés à 1000 m de profondeur, battent ce record. L’expédition de l’institut Schmidt, à laquelle participaient plusieurs universités, a permis de découvrir quatre nouvelles espèces de coraux et six autres espèces animales. Des déchets de plastique ont aussi été observés à 3200 m de profondeur.

Quelle bonne nouvelle nous a apportée ce corail-cerveau ?

Les océans sont moins pollués par l’azote des engrais agricoles qu’on ne le croyait. Des chercheurs de l’Université de Princeton ont fait une biopsie d’un corail-cerveau vieux de 130 ans, qui vit à quelques mètres de profondeur près des Bermudes, et constaté que le niveau d’azote dans l’océan n’avait pas augmenté depuis 50 ans, malgré l’intensification de l’agriculture aux États-Unis. Près des côtes, l’excès d’azote crée des zones « mortes » où la prolifération des algues accapare tout l’oxygène disponible. Ces zones mortes ne semblent pas s’étendre au-delà de l’embouchure des fleuves, concluent les biologistes dans Proceedings of the National Academy of Science (PNAS).

10 à 100 millions d’années

C’est l’âge des anneaux de Saturne, selon une analyse italienne des données de la sonde Cassini, qui a plongé en 2017 vers la planète pour mieux explorer ses anneaux et son atmosphère. Dans la revue Science, les astronomes de l’Université de Rome « La Sapienza » expliquent que la plupart de leurs collègues croyaient jusqu’à maintenant que les anneaux de Saturne s’étaient formés en même temps que la planète, voilà 4,5 milliards d'années. Cela signifie que d’autres planètes ont pu avoir des anneaux éphémères dans le passé. Les anneaux de Saturne devraient disparaître d’ici quelques millions d’années.

La langue change les oreilles

L’ouïe change selon la langue qu’emploie une personne bilingue, selon une étude publiée dans la revue Cognition par une psychologue de l’Université Concordia, Krista Byers-Heinlein. Elle a testé plusieurs étudiants bilingues et a constaté que s’ils pensent entendre de l’anglais, ils percevront différemment les sons que s’ils pensent entendre du français. L’étude s’est notamment intéressée aux consonnes p et b, qui sonnent légèrement différemment dans les deux langues.

Un gibbon de 2300 ans

Des biologistes britanniques ont identifié une nouvelle espèce de gibbon, maintenant éteinte, dans une tombe impériale chinoise du IIIe siècle avant Jésus-Christ. Junzi imperialis provenait du Shanxi, province voisine de Pékin, où il n’y a plus le moindre gibbon depuis au moins 300 ans, selon les chercheurs de la Société zoologique de Londres, qui publient leurs résultats dans Science. La tombe abritait les ossements des animaux de compagnie de la grand-mère du premier empereur de Chine.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.