Abanda a veillé tard à Québec

« Merci tout le monde d’être restés, je sais qu’il est tard ! »

Une centaine d’amateurs de tennis de Québec sont allés au lit plus tard qu’à l’habitude, hier soir. La Québécoise Françoise Abanda les a gardés dans les gradins du PEPS de l’Université Laval jusqu’à 23 h ou presque.

Mais cela en aura valu la peine. Après un début de match difficile, Abanda s’est ressaisie et est venue à bout de la Tchèque Tereza Matincova au compte de 4-6, 6-2 et 6-2 pour accéder au deuxième tour de la Coupe Banque Nationale.

Il s’agit déjà d’une septième participation au tournoi professionnel WTA de Québec pour la Montréalaise de 21 ans. Après avoir acquis de l’expérience comme jeune joueuse locale, Abanda est l’an dernier passée en vitesse supérieure avec une présence en quarts de finale.

La voilà maintenant en ronde des 16 pour la troisième année de suite.

« J’ai fait les quarts ici l’an dernier et aussi la semaine dernière [à Chicago]. J’ai des points de classement à défendre ici, j’y pense et ça met un peu plus de pression. Je n’ai jamais atteint les demi-finales, alors ce serait un bon objectif d’arriver à le faire », a indiqué la favorite locale.

Abanda affrontera demain la gagnante du duel opposant la cinquième favorite, l’Américaine Sofia Kenin (67e mondiale), à l’Allemande Mona Barthel (94e) présenté aujourd’hui.

Ajustement

Sur sa victoire aux dépens de Martincova, une qualifiée qui occupe le 240e rang mondial, Abanda (196e) explique avoir pris une bonne partie de la première manche pour s’ajuster autant à la surface rapide de Québec qu’à son adversaire, qu’elle n’avait jamais affrontée.

« J’étais tout près au premier set, j’aurais même dû le gagner. J’étais à quelques points, je n’étais pas sortie du match », a analysé Abanda.

« Le premier tour d’un tournoi, c’est toujours stressant et l’important était de trouver une façon de gagner. »

— Françoise Abanda

« Je me suis bien reprise aux deuxième set et au troisième, à 2-2, c’était un jeu très important. Je l’ai gagné pour faire 3-2 et j’ai quasiment gagné le match », a résumé celle qui a même demandé aux spectateurs encore présents de revenir l’encourager à son prochain match.

Abanda a atteint le 111e rang du classement mondial de la WTA l’an dernier, mais une blessure à un œil lors de la Coupe Fed, en avril, a ensuite freiné sa progression. Elle dit n’avoir retrouvé ses moyens que depuis un mois à peine, soit à la Coupe Rogers de Montréal, où elle a vaincu la 47e mondiale.

Trois Canadiennes sont donc encore en lice après le premier tour à Québec, avec la jeune Québécoise Leylah Annie Fernandez, qui a toutefois perdu en double hier avec Sharon Fichman, et la revenante Rebecca Marino, tombeuse hier de la septième favorite, l’Allemande Tatjana Maria, 6-2 et 6-2.

Avec l’élimination de la première tête de série et vedette montante biélorusse Aryna Sabalenka, hier soir, au moins quatre des huit favorites n’auront pas franchi le premier tour à Québec.

Sabalenka s’est inclinée 4-6 et 6-7 (5) devant l’Ouzbèke Varvara Lepchenko.

Omnium du Japon

Bouchard éliminée

Eugenie Bouchard a subi l’élimination d’entrée de jeu à l’Omnium du Japon, hier à Hiroshima, s’inclinant en deux manches de 4-6 et 4-6 devant la favorite locale Nao Hibino. La Québécoise, finaliste du tournoi en 2013, a donc encaissé une troisième défaite de suite. Hibino, 23 ans, et Bouchard, 24 ans, s’étaient affrontées pour la première fois à Vancouver plus tôt cette année. Bouchard avait enlevé la première manche avant de perdre 6-3, 1-6 et 3-6.

— La Presse canadienne

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.