GOURMAND

À boire

Parce que le monde des liquides est en constante effervescence, la journaliste spécialisée Karyne Duplessis Piché vous offre une sélection hebdomadaire de nouvelles.

MERCURE À la hausse

Le temps sec et chaud fait habituellement le bonheur des vignerons. Or, dans certaines régions du sud de la France, les vignes n’ont pas aimé que le mercure franchisse la barre des 40 oC à la fin de juin. Vigneron en Provence, Pierre-François Terrat n’a pas été touché, mais il raconte que certaines feuilles et grappes de la région ont brûlé sous le soleil. « Les raisins brûlés sont foutus, écrit-il à La Presse. Sans feuille, pas de photosynthèse, donc pas d’usine à sucre, ce qui fragilise la plante et rend la maturité difficile, voire impossible à atteindre. » À Roquebrun, dans le Languedoc, l’œnologue Alain Rogier confirme que certaines vignes ont été touchées par la chaleur extrême. « Notre plus grosse inquiétude reste par rapport à la sécheresse, explique-t-il par courriel. S’il ne pleut pas, le stress hydrique entraînerait de petites baies, donc une petite récolte. » La situation est d’autant plus grave que la récolte 2018 a été difficile dans le sud de la France en raison de la forte présence de mildiou. La chaleur fait cependant le bonheur des vignerons dans le nord de l’Hexagone, comme à Bordeaux.

Vin de personnalité

Même s’il admet que ses Curieux produits en épicerie ont connu un succès en demi-teinte, l’animateur Christian Bégin tente un nouveau marché : le vin. Il s’est associé avec l’agence d’importation Vin conseil pour sélectionner deux cuvées de France. Son choix s’est arrêté sur les vignerons Philippe Cherbonnier, de Saumur, dans la Loire, et Jean-François Paly, de Tavel, dans le Rhône. Le visage des vignerons occupe d’ailleurs toute la place sur l’étiquette des deux vins. « Un vin, c’est avant tout un vigneron, explique Christian Bégin. Ce sont ces gens qui font le produit. » Christian Bégin ne le cache pas, il aurait préféré lancer son aventure vinicole avec un vin québécois. « Pour commencer, je devais me tourner vers un vigneron qui pouvait m’assurer un certain volume, dit-il. Au Québec, ils ont déjà de la difficulté à fournir la SAQ. »

On a goûté…

Il y a plusieurs rouges du Rhône à moins de 17 $ à la SAQ. Le rouge de Jean-François Paly est un bon choix. Dans le sol de galets roulés de l’appellation Tavel, les vignes de grenache, de syrah et de carignan offrent un rouge dense aux parfums intenses de poivre et de fruits noirs. Sa bouche charnue dévoile des arômes de garrigues et de réglisse. Avec ses 15 %, ne le servez pas trop chaud ! Quant au blanc, sa vivacité et ses notes d’agrumes sont agréables.

Le rouge de Jean-François, 16,55 $ (14097544)

Goût d’ailleurs

Le vignoble chinois est encore très peu connu chez nous, mais il gagne en notoriété. La prestigieuse entreprise bordelaise Barons de Rothschild possède des vignes en Argentine et au Chili, en plus du Château Lafite à Bordeaux. Elle ajoutera à l’automne des vins chinois à sa gamme sous le nom du Domaine de Long Dai. Le vignoble de 25 hectares est situé dans la province du Shandong, dans le nord-est du pays. Il est composé en majorité de raisins rouges, dont les cabernets, la syrah, le merlot et le marselan. Aucun vin chinois n’est vendu pour l’instant au Québec, mais cela pourrait changer. La production vinicole de l’empire du Milieu a dépassé celle de l’Argentine en 2016.

Format vacances

Une bouteille de vin d’un litre est pratique, surtout en été, avec les soirées qui s’étirent et les amis qui s’amènent. Celle-ci va plaire aux amateurs de rouges fruités et plutôt légers. Vinifié en partie comme dans le Beaujolais, pour accentuer le côté fruité du vin, cet assemblage de grenache, de carignan et d’alicante bouschet provient de Toscane. Il est élaboré par Marco Tait en partenariat avec Elisabetta Foradori, vigneronne reconnue pour ses cuvées bios et produites dans un esprit le plus naturel possible. Ce vin est rempli d’épices et il est peu tannique. Gardez-le dans le seau à glace et accompagnez-le de burgers végétariens.

Ampeleia Unlitro 2018, 26,90 $ (14110500)

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.