industrie minière

Québec et le Fonds FTQ à la rescousse de Stornoway

Le producteur de diamants du Québec, Stornoway, éprouve des difficultés financières en raison d’une production de carats plus faible que prévu. Québec et le Fonds de solidarité FTQ lui viennent donc en aide en lui accordant un report de remboursement de capital de trois mois sur ses dettes.

La valeur de ce report, de la fin de juin à la fin de septembre, équivaut à 10 millions de dollars.

D’autres discussions sont toujours en cours avec ses bailleurs de fonds. Pour cette raison, la société a décliné notre demande d’entretien et nous a revoyé à ses communiqués déjà publiés.

Stornoway rencontre des difficultés en 2018, une année où la compagnie minière effectue la transition d’une exploitation à ciel ouvert à une exploitation souterraine. La teneur est à ce point faible que la société a dû réviser à la baisse, le 15 mai dernier, ses prévisions de production de 15 %, à entre 1,35 et 1,40 million de carats pour 2018. Ses prévisions de ventes de diamants ont en plus diminué de 20 à 25 %, soit de 1,20 à 1,25 million de carats.

Stornoway maintient néanmoins ses prévisions à long terme, soit une production annuelle moyenne de diamants de 1,8 million de carats pendant les 10 premières années de vie de la mine.

Toutefois, le recul temporaire de la production met les liquidités de la société à mal.

« Cette révision à la baisse des projections de production et de ventes va entraîner une baisse des fonds autogénérés de 30 à 40 millions pour 2018, ce qui provoquera des problèmes de liquidités d’ici la fin de l’année. »

— Scott McDonald, analyste pour la Banque Scotia, en mai

40 carats par 100 tonnes

Au deuxième trimestre, les problèmes se sont poursuivis. La teneur moyenne n’a été que de 40 carats par 100 tonnes, à un prix de 109 $US le carat. La prévision pour l’année, révisée à la baisse le 15 mai, prévoit une teneur entre 54 et 56 carats.

À titre comparatif, l’étude de faisabilité de 2011 entrevoyait un prix moyen de 180 $US le carat et une teneur de 78 carats par 100 tonnes.

L’action de Stornoway (symbole boursier : SWY) a commencé l’année à 0,670 $ pour descendre jusqu’à 0,420 $ le 4 juillet. À l’annonce du congé de paiement, le titre a remonté jusqu’à 0,495 $.

Le 6 juillet, la société, détenue à 25 % par le gouvernement du Québec, a annoncé dans un communiqué avoir obtenu un congé de paiement de deux prêteurs à qui elle doit 130 millions de dollars.

Investissement Québec (IQ), par sa filiale Diaquem, et le Fonds de solidarité FTQ ont accordé un report d’une valeur de 10,4 millions sur le remboursement du principal pendant 3 mois. IQ a aussi dispensé jusqu’au 30 septembre Stornoway de respecter certains ratios financiers.

Au 31 mars 2018, le solde du prêt d’IQ s’élevait à 124,4 millions.

« Ça fait partie de la mission d’IQ d’accompagner ses clients à tous les stades de leur croissance. »

— Isabelle Fontaine, directrice principale des affaires publiques et gouvernementales chez IQ.

Il n’est pas exclu que le report se prolonge au-delà du 30 septembre. « On répondra à cette question à ce moment-là », indique Mme Fontaine.

De son côté, le Fonds de solidarité a avancé 75 % d’une facilité d’emprunt non garantie de 20 millions en 2012. Le solde serait maintenant plus bas que 10 millions. Le prêt porte intérêt au taux de 12 % par an et est payable à 100 % en espèces depuis le début de la production commerciale. La date d’échéance est le 3 mai 2021.

« En tant que partenaire à long terme qui offre du capital patient aux entreprises québécoises, il n’est pas inhabituel que le Fonds consente de tels congés de paiements », explique son porte-parole Patrick McQuilken.

« Le congé de paiements accordé témoigne de la confiance que le Fonds a dans l’avenir de Stornoway et devrait lui allouer le temps nécessaire afin de modifier les termes de certains titres d’emprunt avec ses créanciers pour qu’ils correspondent mieux à ses besoins en fonds de roulement », poursuit-il.

La mine Renard en chiffres 

Production annuelle moyenne au fil du temps

Selon l’étude de faisabilité (2011) :  1,7 million de carats par année sur la durée de vie de la mine

Selon le plan minier (2016) :  1,8 million de carats par an pendant 10 ans, 1,6 million par an par la suite

Production en 2017 : 1,64 million de carats

Prévision pour 2018 avant le 15 mai :  1,6 million de carats

Prévision pour 2018 après le 15 mai :  1,35-1,40 million de carats

Teneur au fil du temps

Selon l’étude de faisabilité (2011) :  78 carats par 100 tonnes

À long terme, selon le plan minier (2016) :  67 carats par 100 tonnes

Teneur en 2017 : 84 carats par 100 tonnes

Prévision pour 2018 avant le 15 mai :  65 carats par 100 tonnes

Prévision pour 2018 après le 15 mai :  entre 54 et 56 carats par 100 tonnes

Au deuxième trimestre 2018 :  40 carats par 100 tonnes

Source : Stornoway

La mine Renard en bref

Où se trouve la mine ?

Seule mine canadienne de diamants accessible par route à longueur d’année, la mine Renard se trouve à environ 250 kilomètres au nord du village cri de Mistissini et à 350 kilomètres de Chibougamau.

Première au Québec

Renard est la première mine de diamants du Québec et la sixième au Canada. La plus grande mine de diamants individuelle au monde (Argyle, en Australie) et les deux plus grosses mines canadiennes devraient être épuisées à partir de 2020.

Bien construite

La mine a commencé sa production en juillet 2016, sept mois plus tôt que prévu. Sa construction a coûté 37 millions de moins que prévu, soit 774 millions de dollars plutôt que 811 millions.

Un diamant de 189 carats

Mine Renard a déjà extrait un diamant de 189 carats, l’un des plus gros jamais extraits au Canada. Un autre diamant de 37 carats, mais sans défaut interne, de couleur et de type recherchés, s’est vendu 1,3 million US.

Vendus chez Birks

La bijouterie Birks a vendu les premiers diamants du Québec en mai 2017. Chacun possède son certificat d’authenticité. Une microgravure, représentant la feuille d’érable et la fleur de lys, orne chaque diamant et n’est visible qu’à l’aide d’une loupe.

Ce texte provenant de La Presse+ est une copie en format web. Consultez-le gratuitement en version interactive dans l’application La Presse+.